Les maladies du cerveau : mieux les connaître pour mieux les combattre, la synergie de l’espoir

Avec Bernard Esambert et Alain Finix
Bernard Esambert, président de la Fédération pour la recherche sur le cerveau explique pourquoi soutenir la recherche des neurosciences tandis qu’Alain Finix, gouverneur en 2009 du Rotary international, expose les enjeux de l’action Espoir en tête. Tous deux unissent leur force au service des diverses pathologies neurologiques.


T�l�charger le fichier sur votre ordinateur
Références Émission afficher
Émission proposée par : Jean-Louis Chambon
Référence : PDM533
Adresse directe du fichier MP3 : https://www.canalacademie.com/emissions/pdm533.mp3
Adresse de cet article :
Date de mise en ligne : 15 novembre 2009

Créée en 2000 par des associations accompagnant les malades, la Fédération pour la recherche sur le cerveau, FRC, veut unir les forces pour soutenir la recherche sur les maladies neurologiques. Elle poursuit un but précis : stimuler une recherche appliquant différentes approches pour explorer et comprendre le cerveau, son fonctionnement, ses maladies. Elle a donc deux missions : financer des programmes de recherche et sensibiliser et informer le public sur les besoins et les avancées des neurosciences. Elle s’est donné pour objectif de soutenir des programmes scientifiques, actifs sur plusieurs pathologies neurologiques, et mettant à contribution différentes disciplines en associant recherche fondamentale et clinique. La fédération approche cette problématique dans une logique pluridisciplinaire et transversale qui l’a conduite à soutenir à ce jour plus de 200 projets dans ce domaine.

Le président Bernard Esambert rappelle les enjeux considérables pour lesquels combat cette Fédération, à l’instar d’une fondation : en effet un français sur dix est touché directement ou indirectement par une maladie du cerveau : alzheimer, parkinson, épilepsie, sclérose en plaques ou latérale, amyotrophique huntington. Ces maladies deviendront bientôt l’une des premières causes de mortalité dans l’hexagone et dans le monde.

- Bernard Esambert, connu pour son intérêt des différentes facettes de l’économie (ancien conseiller du président George Pompidou, administrateur de grands groupes, etc. et également président de l’Ecole polytechnique), est aussi un humaniste très impliqué dans le domaine caritatif (il a notamment présidé l’institut Pasteur). C’est donc tout naturellement qu’il en est venu à présider la Fédération pour la recherche du cerveau qui lance régulièrement des actions nationales de collecte de don. Cette collecte en continu toute l’année porte le nom de neurodon dont le temps fort se situe au mois de mars à l’occasion de la semaine du cerveau et se traduit par la distribution de revues d’informations et de guides, des expositions et de nombreuses conférences.

- Encourager la recherche, donner envie au grand public comme à de nombreux partenaires de s’impliquer dans cette noble cause. C’est le cas précisément du Rotary international, premier club service au monde qui a mis sur pied une action nationale intitulée « l’espoir en tête » à laquelle participe l’ensemble des clubs et les rotariens eux-mêmes : cette action est programmée cette année le 17 novembre avec un objectif de collecte très ambitieux : 100 000 personnes dans les salles de cinéma, 1 million d’euros de recettes.. ambition qui s’inscrit dans la logique de la performance de 2008 qui avait permis d’atteindre 700 000 euros.

Alain Finix détaille les objectifs et les modalités de cette 5ème édition. Cette opération consiste en effet, avec le soutien des studios de Walt Disney, à présenter un film en avant première dans toutes les salles de France reservées par les clubs rotariens : une soirée privée au profit de la Fondation pour la recherche sur le cerveau.

« Une synergie de l’espoir pour une noble cause partagée... » selon Bernard Esambert.

En savoir plus :

- La Fédération pour la recherche sur le cerveau

- La fondation Rotary






© Canal Académie - Tous droits rééservés

Notez cette émission :

Commentaires