Le radiotélescope de Nancay : mesurer l’impulsion radio des supernovae

Par Ismaël Cognard, chercheur au CNRS au radiotélescope de Nançay
Inauguré en mai 1965 par le Général de Gaulle le radiotélescope de Nancay a pour objectif de mesurer l’impulsion radio des supernovae.
Au cours d’une conférence donnée au Bureau des longitudes en novembre 2009, Ismaël Cognard chercheur au CNRS au radiotélescope de Nançay présente l’instrumentation spécialement développée à Nançay pour l’observation des pulsars les plus stables, des résultats significatifs récents ainsi que quelques perspectives pour le futur.


T�l�charger le fichier sur votre ordinateur
Références Émission afficher

Référence : COL585
Adresse directe du fichier MP3 : https://www.canalacademie.com/emissions/col585.mp3
Adresse de cet article :
Date de mise en ligne : 3 janvier 2010


Les pulsars sont les restes d’une supernova, l’explosion d’une grosse étoile laissant un cœur dense, magnétisé et tournant très rapidement sur lui-même. Une émission radio « collimatée » s’en échappe et est perçue sur Terre sous forme d’impulsions brèves.

Image composite visible/rayon X du pulsar du Crabe, né de la supernova historique SN 1054, montrant le gaz environnant la nébuleuse agité par le champ magnétique et le rayonnement du pulsar
Image composite visible/rayon X du pulsar du Crabe, né de la supernova historique SN 1054, montrant le gaz environnant la nébuleuse agité par le champ magnétique et le rayonnement du pulsar
Image NASA

De grands télescopes et une instrumentation dédiée sont utilisés pour dater le plus précisément possible l’arrivée au radiotélescope de l’impulsion radio. La précision de datation d’impulsions ayant voyagé ainsi des dizaines de milliers d’années dans la galaxie peut être de l’ordre de 100 nanosecondes ou mieux.

Les pulsars binaires serrés sont utilisés pour faire les meilleurs tests des théories de la gravitation, spécialement en champ fort. Un ensemble de pulsars stables bien réparti sur le ciel devrait permettre, dans les années futures, de contraindre l’existence d’un fond d’ondes gravitationnelles d’origine cosmologique.

Au cours de cette conférence donnée au Bureau des longitudes en novembre 2009, Ismaël Cognard présente l’instrumentation spécialement développée à Nançay pour l’observation des pulsars les plus stables, des résultats significatifs récents ainsi que quelques perspectives pour le futur.

En savoir plus :

- Ismaël Cognard est responsable du programme « Pulsar » au grand radiotélescope de Nançay, au Laboratoire de physique et chimie de l’environnement à Orléans

Situé entre Orléans, Bourges et Vierzon, le village de Nançay se trouve dans le Cher.

Support Visuel de la communication d’Ismaël Cognard
Support Visuel de la communication d’Ismaël Cognard
Chronométrie des pulsars rapides au radiotelescope de Nancay





© Canal Académie - Tous droits rééservés

Notez cette émission :

Commentaires