1807, Apogée de l’Empire

avec Jacques Bernet, Emmanuel Cherrier, Thierry Lentz, invités de Françoise Thibaut, correspondant de l’Académie des sciences morales et politiques
1807 fut une ultime année de paix et de faste, la paix de Tilsit ayant été signée le 7 juillet. Thierry Lentz, directeur de la Fondation Napoléon en évoque ici toutes les ambiguïtés, tandis que deux autres invités de Françoise Thibaut, Jacques Bernet et Emmanuel Cherrier, reprennent l’ensemble de l’année 1807 en précisant pourquoi on peut la tenir comme apogée de l’Empire.


T�l�charger le fichier sur votre ordinateur
Références Émission afficher

Référence : FOC546
Adresse directe du fichier MP3 : https://www.canalacademie.com/emissions/foc546.mp3
Adresse de cet article : https://www.canalacademie.com/ida5097-1807-Apogee-de-l-Empire.html
Date de mise en ligne : 4 juillet 2010
Statue équestre de Napoléon à Cherbourg
Statue équestre de Napoléon à Cherbourg

Les interventions d’une trentaine de spécialistes de l’Empire, venus de l’Europe entière, des États-Unis et d’ailleurs, qui sont intervenus lors du colloque 1807 Apogée de l’Empire sont désormais publiées.

Ouvrage indispensable pour tout connaisseur de l’Empire, l’ensemble des communications de 1807, Apogée de l’Empire offre une incomparable richesse de savoirs.

Il nous restitue, non seulement l’aspect « visible » de l’Empire à son plus haut degré de réussite politique et militaire, mais aussi l’ambiance de l’époque, la vie quotidienne des Français, l’état des conscriptions, les réformes administratives et brosse un tableau des différentes unités étatiques européennes.

Jacques Bernet nous explique « pourquoi 1807 ? » : tous les ennemis sont abattus, la paix règne, le faste est de retour avec la noblesse d’Empire, les réformes administratives et politiques commencent à fonctionner, Bonaparte réalise ses ambitions européennes, regroupe, partage, attribue territoires, titres et pouvoirs…

Les 21 communications tracent un profil de l’époque en trois directions :

- une première partie est consacrée à l’Armée et l’aspect militaire : Annie Crépin dépeint la « machine » conscriptionnelle, mais Stéphane Calvet signale la fin de l’invincibilité de la « Grande Armée » ; Bruno Ciotti nous plonge au cœur des techniques de combat, analyse le travail des troupes à pieds, les blessures, l’évolution de la cavalerie ; Benoit Roger regarde la guerre en Pologne.

- Ensuite, plusieurs réflexions nous font faire un tour d’Europe : comment la guerre et la paix sont-elles vécues en Pologne, qui devient « Grand Duché » ? ; la Suisse connaît un sort particulier et devient une sorte de « baromètre » de l’influence française ; la Confédération du Rhin préfigure l’Allemagne et redécoupe le ventre de l’Europe ; Julien Sapori retrace l’effet de la présence française sur le commerce de Trieste.

Le Traité de Tilsit (Adolphe Roehn, 1799-1864)
Le Traité de Tilsit (Adolphe Roehn, 1799-1864)

- La part la plus importante des communications brosse un tableau passionnant de la France et des Français en 1807 : certes, il y a l’aspect politique avec la suppression du Tribunat et l’érection d’une Cour des Comptes, un tableau de la gestion administrative et du découpage départemental par Igor Moulliez. Mais il y a surtout la vie quotidienne avec le sort des forêts tellement nécessaires à l‘effort de guerre, la professionnalisation de la fiscalité, la description de la vie municipale (avec l’exemple des Vosges) par Jean-Paul Rothiot, et l’activité notariale à Paris par Philippe Berthollet ; la pratique de la « fête napoléonienne » dans le Massif central par Cyril Triolaire, le contenu de l’Almanach impérial en cette année charnière, et l’analyse des données électorales (par Malcom Crook et John Dune).

La vie des Français se dessine, souvent paisible, loin des conquêtes, occupée à gérer ses biens, retrouver l’aisance et la sérénité, dans un climat non pas euphorique mais confiant.

Thierry Lentz, directeur de la Fondation Napoléon, termine en décrivant la trop fameuse Paix de Tilsit du 7 juillet 1807, comme le point final d’une aventure remarquable, un acte d’une ambiguïté inégalable et la promesse d’une inévitable rupture de la Paix.

Le Colloque « 1807, Apogée de l’Empire » qui s’est tenu, sous la direction de Jacques Bernet et d’Emmanuel Cherrier à l’Université de Valenciennes au printemps 2007, vient d’être publié. Françoise Thibaut les a tous deux invités ainsi que Thierry Lentz, de la Fondation Napoléon, pour évoquer cette ultime année de paix et de faste.

1807 : Apogée de l’Empire. Études réunies par Jacques Bernet et Emmanuel Cherrier N°30 de Recherches Valenciennoises, 386 pages, Presses Universitaires de Valenciennes. Diffusion : Les Belles-Lettres, 25 rue du général Leclerc, 94290 Le Kremlin-Bicêtre






© Canal Académie - Tous droits rééservés

Notez cette émission :

Commentaires