Confiance, mode d’emploi

Un livre présenté par l’auteur, Hervé Sérieyx, invité de Jean-Louis Chambon
Cap sur la confiance ! Dans son livre Confiance, mode d’emploi, Hervé Sérieyx braque le projecteur sur les coups indirects que peut recevoir un pays comme la France, parmi lesquels la crise de confiance. Comment la comprendre, la gérer, la dépasser ? L’auteur propose un plan d’action en douze propositions commençant toutes par la lettre E. La confiance comme nécessité et moteur de la croissance.


T�l�charger le fichier sur votre ordinateur
Références Émission afficher
Émission proposée par : Jean-Louis Chambon
Référence : PAG651
Adresse directe du fichier MP3 : https://www.canalacademie.com/emissions/pag651.mp3
Adresse de cet article : https://www.canalacademie.com/ida5020-Confiance-mode-d-emploi.html
Date de mise en ligne : 18 octobre 2009

Dans l’univers des managers, la parution d’un nouveau « Sérieyx » suscite à tous coups la curiosité et souvent l’enthousiasme pour la génération qui a été élevée à l’aune de « l’Entreprise du Troisième Type. » (1)

L’auteur témoigne une nouvelle fois de sa capacité à élever le débat au-dessus de « l’écume des vagues ». Son regard de navigateur expérimenté se porte en effet sur la crise de confiance, nouveau cancer endémique de la société civile.

Mais qu’est-ce-que la confiance ?
- A mi chemin entre la foi du charbonnier et le scepticisme systématique, assez sûr pour qu’on fonde sur elle l’action pratique, la confiance est un état intermédiaire entre le savoir et le non savoir sur autrui : celui qui sait tout n’a pas besoin de faire confiance, celui qui ne sait rien, ne peut raisonnablement même pas faire confiance.

- Elle revêt deux formes : la confiance calculée fondée sur une évaluation des qualités de l’autre (sérieux, respect de la parole, cohérence) et d’autre part la confiance affective qui traduit une composante relationnelle, un attachement émotionnel à l’autre (du fait de son ouverture d’esprit, de sa bienveillance de son équanimité voire de sa disponibilité généreuse (2). A contrario, doté d’une capacité d’analyse réduite et fermé sur soi-même, on vit en méfiance : la défiance ou la suspicion permanente est présente chez ceux qui ont une faible propension à estimer que l’on peut attendre du bon chez les autres.

S’inscrivant en écho des parutions récentes dont la « société de défiance » (3) reste la figure de proue et dont il partage globalement le diagnostic, Hervé Sérieyx braque le projecteur sur les coups indirects pour le pays « de cet héritage de corporatisme et d’étatisme qui fondent le modèle français…. »

- La confiance est au cœur de la mutation du travail et intègre des spécificités nationales aggravées par les circonstances ; de même l’entreprise éclatée postule la confiance, le phénomène de l’externalisation suppose de « faire confiance aux sous-traitants » et l’incertitude stratégique (risque d’OPA, perte de marchés, rachat d’entreprise) est par contre, porteuse de défiance.

Dans l’univers professionnel, l’équilibre entre la vie privée et la vie professionnelle est une condition de la confiance. Pour garder dans ses rangs, des collaborateurs ardents, désireux de contribuer, en confiance, à l’action collective, il faudra veiller à ce que chacun, à commencer par les meilleurs, se sente dans une situation où il garde la possibilité d’équilibrer son portefeuille d’activités (professionnelles, familiales, culturelles, spirituelles) sans jamais devoir devenir l’esclave de la seule dimension du travail rémunéré. Aussi propose-t-il, comme à son habitude, une thérapie très personnelle, témoignage supplémentaire de l’effervescence d’une imagination intacte. S’en suit un plan d’actions d’une « douzaine d’ E... » représentant les efforts pour susciter la confiance (chaque proposition commence par un E…) avec la gestion de soi (équilibre, exemplarité, éthique) l’animation des équipes (enthousiasme, ensemble, « étoile » - pour polariser les diversités – l’amélioration de la relation interpersonnelle (écoute, équité, éducation) et enfin dans la conduite de l’action (éveil, endurance, évaluation) des valeurs dont l’auteur fait lui-même largement usage.

« La confiance n’est pas un choix mais une nécessité », rappelle-t-il, « d’autant plus juste que l’on sait qu’elle est aussi le premier moteur de la croissance que chacun appelle de ses vœux ».

Capitaine au long cours à ses heures, l’auteur nous rappelle que sa boussole de grand connaisseur du monde du travail peut toujours servir pour retrouver le cap du capital confiance. Embarquement immédiat.

(1) – L’Entreprise du Troisième Type : le Seuil – SÉRIEYX et ARCHIER – Prix Harvard – L’Expansion 1984 (2) – voir l’étude conduite par Brigitte Charles-Pauvers Centre de Management international franco-chinois (3) - La Société de défiance : Yan ALGAN et Pierre CAHUC – Editons Rue d’Ulm – 2008

Hervé Sérieyx est également l’auteur, avec Jean-Luc Fallou, de La confiance en pratique, des outils pour agir, (éditions Maxima Laurent Du Mesnil éditeur, 2010)






© Canal Académie - Tous droits rééservés

Notez cette émission :

Commentaires