Le Club

Découvrez le club Canal Académie et créez votre compte dès maintenant pour profiter des avantages, des exclusivités, des services...

Découvrir le Club

Communication des savoirs, savoirs de la communication

Par Yves Jeanneret, directeur de recherche dans le programme de doctorat international Muséologie, médiation et patrimoine
Notre société est particulièrement sensible à l’importance des phénomènes de communication avec leur dimension ordinaire, médiatique et technologique. Nous parlons aujourd’hui de société de communication, société de l’information : que signifient au fond ces formules ? Écoutez la leçon inaugurale d’Yves Jeanneret donnée fin août 2009 à l’Ecole Nationale des Ponts et Chaussées.


T�l�charger le fichier sur votre ordinateur
Références émission afficher


« La communication est omniprésente entre nous et en même temps, il est très difficile d’en avoir une approche scientifique car tout le monde est convaincu que l’on communique comme on respire et qu’elle ne mérite pas une investigation scientifique » explique Yves Jeanneret.

La conférence d’Yves Jeanneret s’articule autour de trois axes :

- 1. La vulgarisation des connaissances

« Contrairement aux idées reçues, la vulgarisation est un produit culturel qui s’adresse à un public cultivé ». La vulgarisation demande un effort pour donner un regard global, synthétique, vivant.
Exemple sélectionné par Yves Jeanneret : une publicité datant de 1962, des pâtes Panzani ; une image devenue un objet patrimoniale dans la science de la communication !

A partir de cette publicité, Roland Barthes fait la première analyse systématique du message médiatique, donnant lieu à la publication d’un article en 1963 : Rhétorique de l’image.

C’est alors que Roland Barthes introduit la sémiologie de la publicité avec Georges Péninou, ingénieur chez Publicis. Ce sont les débuts des études systématiques des rhétoriques et des langages qui peuvent être mobilisés pour produire des messages publicitaires. L’effort de la science de la communication pour comprendre le fonctionnement de la communication médiatique devient un ressort de pouvoir pour ceux qui visent avant tout la dissymétrie, c’est-à-dire avoir un pouvoir sur la consommation grâce à la communication.

- 2. Travailler sur une approche culturelle de la communication

Aujourd’hui, la dimension politique, managériale de la communication est omniprésente. « On ne parle plus que de communication gouvernementale, de la communication de Monsanto ou encore de la télé réalité. Mais n’oublions pas que la communication c’est aussi les musées, la bibliothèque, la communication scientifique et tous les échanges quotidiens qui nous permettent de constituer une culture » insiste Yves Jeanneret. Il n’existe pas de technologie intellectuelle ou de technologie intelligente : « La technologie va favoriser une forme intellectuelle et façonner une culture, mais la technologie en elle-même n’est pas intelligente » précise Yves Jeanneret.

Et de s’intéresser à l’appropriation des objets dans des contextes sociaux différents. Exemple est pris sur les formes des cartes sur Internet qui n’ont rien à voir avec les exigences des cartes géographiques. Elles engendrent actuellement une nouvelle matrice de perception du monde selon laquelle partager du savoir ce serait passer par la cartographie, ce serait naviguer à l’intérieur d’un univers cartographique. « Il est intéressant de savoir pourquoi les cartes sont en train de prendre une telle place dans notre société et ce que cela va engendrer. »

- 3. Le dialogue interdisciplinaire

Détail du chapiteau de la Basilique Sainte-Madelaine à Vézelay
Détail du chapiteau de la Basilique Sainte-Madelaine à Vézelay

Le dialogue interdisciplinaire est permanent avec la sociologie politique, la sociologie de l’opinion publique et l’économie des médias.
Mais il est aussi très important avec les technologies, les sciences et techniques de l’ingénieur et la dimension historique et anthropologique.
Pour Yves Jeanneret, « le dialogue avec les anthropologues est nécessaire pour nourrir l’approche de la communication non pas simplement à la surface des échanges mais dans la teneur intellectuelle culturelle et morale. La communication n’est rien d’autre qu’une activité anthropologique fondamentale sans laquelle ni le savoir, ni la morale ni la politique ne peuvent exister ».

Comment la mémoire sociale va-t-elle s’élaborer à travers les échanges produits dans une communauté ? Exemple est pris avec le chapiteau de la Basilique Sainte-Marie-Madeleine de Vézelay. On y voit la volonté de pérenniser une certaine conception du monde, liée à la démarche d’initiation chrétienne telle qu’elle peut se développer à la fin du premier millénaire, à travers une technique de figuration et sur un matériau particulièrement durable.

Yves Jeanneret à l'ENPC lors de la conférence inaugurale de 2009
Yves Jeanneret à l’ENPC lors de la conférence inaugurale de 2009

Ecoutez la conférence inaugurale d’Yves Jeanneret donnée à la rentrée 2009 à l’Ecole nationale des Ponts et Chaussées. Yves Jeanneret est ancien élève de l’ENPC, agrégé de lettres classiques, professeur de science de l’information et de la communication à l’université d’Avignon.

En savoir plus :

Support visuel de la communication d’Yves Jeanneret
Support visuel de la communication d’Yves Jeanneret

- Ecole nationale des Ponts et chaussées

Ecoutez également, La "Machine esprit" : La leçon inaugurale d’Alain Prochiantz, de l’Académie des sciences, à l’Ecole nationale des Ponts et chaussées






© Canal Académie - Tous droits rééservés

Notez cette émission :

Commentaires