Jour de colère. L’esprit du capitalisme

Jean-Louis Chambon reçoit Pierre Dockès, l’un des auteurs de cet ouvrage collectif
Parmi les 4 auteurs de l’ouvrage collectif Jour de colère. L’esprit du capitalisme, Canal Académie reçoit Pierre Dockès, professeur d’économie. Ce dernier prône une rupture urgente de l’ordre économique établi et s’interroge sur les perspectives de l’après-crise mondiale.


T�l�charger le fichier sur votre ordinateur
Références Émission afficher
Émission proposée par : Jean-Louis Chambon
Référence : PAG650
Adresse directe du fichier MP3 : https://www.canalacademie.com/emissions/pag650.mp3
Adresse de cet article : https://www.canalacademie.com/ida4912-Jour-de-colere-L-esprit-du-capitalisme.html
Date de mise en ligne : 4 octobre 2009

Quatre auteurs pour quatre noms familiers et un titre qui en dit long... Jour de colère. L’esprit du capitalisme résulte d’un sentiment d’injustice et d’impuissance qu’analyse le philosophe allemand, Peter Sloterdijk, tandis que Francis Fukuyama, auteur de best-sellers, plaide pour une insertion de l’économie dans « l’extérieur social » ; Pierre Dockès, professeur à l’université Lumière-Lyon 2, pour sa part, montre la ligne de rupture potentielle de l’ordre économique en esquissant les perspectives d’une mutation urgente de cet ordre que Marc Guillaume considère frappé du « virus de l’économisme ».

Quel est l’esprit du capitalisme ?

Pierre Dockès explique que l’actualité à travers la crise mondiale renvoie aux racines communes des différentes formes du capitalisme : le marché et la concurrence, la « guerre civilisée » mais mal régulée de « tous contre tous », le divertissement généralisé dans le jeu. Autant de conséquences au goût irrépressible des hommes pour la démesure et la négation même de la rationalité.

Doit-on et peut-on renouveler son esprit ?

Pour sortir son esprit de sa « cage de fer », il faut « réenchanter le capitalisme », le refonder et recourir à l’Histoire. L’ordre économique, en lien dans ses origines avec la spiritualité, s’en est-il définitivement éloigné au point de devenir le lieu de culte des deux grands ressorts de l’économie capitaliste : la cupidité et la peur ? « L’amoralisme » du capitalisme est-il le prix à payer fatalement pour préserver son efficacité ?

Pierre Dockès cite Deng Xiaoping qui disait : « ... peu importe que le chat soit noir ou blanc, pourvu qu’il attrape la souris ... » Mais la « souris sociale » semble vouloir résister ...






© Canal Académie - Tous droits rééservés

Notez cette émission :

Commentaires