Le Club

Découvrez le club Canal Académie et créez votre compte dès maintenant pour profiter des avantages, des exclusivités, des services...

Découvrir le Club

Le défenseur historique de la démocratie

L’auteur caché n° 10
Jouez avec nous à découvrir le nom de cet auteur caché, un grand nom de la culture française qui fut, bien sûr, académicien. Voici dix indices biographiques, la lecture de dix extraits de son oeuvre et en moins de dix minutes, vous aurez trouvé de qui il s’agit !


T�l�charger le fichier sur votre ordinateur
Références émission afficher
Émission proposée par : Fernand Guiot , Hélène Renard
Référence : VOI522
Adresse directe du fichier MP3 : https://www.canalacademie.com/emissions/voi522.mp3
Adresse de cet article : https://www.canalacademie.com/ida4801-Le-defenseur-historique-de-la-democratie.html
Date de mise en ligne : 1er novembre 2009

1er indice :

Notre auteur caché est né le 29 juillet 1805, il appartient donc au XIX ème siècle. Portant titre de comte, il est issu d’une famille noble, qui avait échappé de peu à la guillotine en s’exilant en Angleterre. Sous l’Empire, sa famille était rentrée en France. Sous la Restauration, il commence des études de droit et devient magistrat. Mais c’est en opposition aux idées traditionnelles de son milieu familial qu’il forge sa pensée et surtout, en se rendant en voyage d’étude aux Etats-Unis en 1831.

2ème indice :

Durant les 9 mois qu’il passe aux Etats-Unis (dont la Constitution a été acceptée le 17 septembre 1787), il observe cette toute jeune démocratie naissante (elle existe depuis à peine 50 ans, lorsqu’il y est envoyé pour étudier le système pénitentiaire).

3ème indice :

En fait, aux Etats-Unis, il examine attentivement les rouages de la vie politique et de la démocratie. Et il en tirera la matière d’un grand ouvrage historique, De la démocratie en Amérique, œuvre fondatrice de la pensée de notre auteur, parue en 1832.

Voici, lu par Fernand Guiot, un extrait de l’introduction de cet ouvrage célèbre :

- Une grande révolution démocratique s’opère parmi nous ; tous la voient, mais tous ne la jugent point de la même manière. Les uns la considèrent comme une chose nouvelle, et, la prenant pour un accident, ils espèrent pouvoir encore l’arrêter ; tandis que d’autres la jugent irrésistible, parce qu’elle leur semble le fait le plus continu, le plus ancien et le plus permanent que l’on connaisse dans l’histoire...

4ème indice :

Notre auteur s’appuie sur les faits historiques et sur l’évolution de l’histoire, pour annoncer le triomphe inéluctable de la démocratie. Et il n’est pas loin d’affirmer que c’est de cette manière que s’exprime la volonté divine…

- Partout, on a vu les divers incidents de la vie des peuples tourner au profit de la démocratie… ; tous les hommes l’ont aidée de leurs efforts : ceux qui avaient en vue de concourir à ses succès et ceux qui ne songeaient point à la servir, ceux qui ont combattu pour elle, et ceux mêmes qui se sont déclarés ses ennemis ; tous ont été poussés pêle-mêle dans la même voie, et tous ont travaillé en commun, les uns malgré eux, les autres à leur insu, aveugles instruments dans les mains de Dieu...

5ème indice :

C’est donc une révolution paisible, calme mais « irrésistible », comme il le dit lui-même, qu’observe notre auteur. Mais il demeure lucide : il perçoit les dangers de l’égalité pour la liberté individuelle.

- Le despotisme me paraît particulièrement à redouter dans les âges démocratiques…Dans les siècles d’égalité, chaque individu est naturellement isolé ; il n’a point d’amis héréditaires dont il puisse exiger le concours, point de classe dont les sympathies lui soient assurées ; on le met aisément à part, et on le foule impunément aux pieds ...

6ème indice :

Grâce à cet ouvrage, qui a d’ailleurs été couronné du prix Montyon décerné par l’Académie française, notre auteur est désormais un avocat célèbre. Il est, en 1837, décoré de la Légion d’honneur, il est élu, à l’Académie des sciences morales et politiques (laquelle vient d’être restaurée en 1832) et enfin, le 23 décembre 1841, il entre à l’Académie française, au fauteuil 18, succédant à un homme politique le comte Lacuée de Cessac. Il n’a que 36 ans, faut-il qu’il soit considéré pour entrer si jeune dans cette noble institution !

7ème indice

Notre auteur défend deux libertés qui lui paraissent essentielles : la liberté de la presse tout d’abord,

- Pour garantir l’indépendance personnelle… je ne m’en fie point aux grandes assemblées politiques, aux prérogatives parlementaires, à la proclamation de la souveraineté du peuple…

Et, autre liberté essentielle : l’indépendance du pouvoir judiciaire.

- La force des tribunaux a été, de tout temps, la plus grande garantie qui se puisse offrir à l’indépendance individuelle…

8ème indice :

Remarquons toutefois que la démocratie que notre auteur caché appelle de ses vœux, est une démocratie chrétienne. Il s’en explique ainsi :

- Le christianisme qui a rendu tous les hommes égaux devant Dieu ne répugnera pas à voir tous les citoyens égaux devant la loi ».

9ème indice :

Notre auteur a entamé une carrière politique, se présentant comme député de la Manche en 1839, siège qu’il conservera durant douze ans. Au parlement, il défendra des positions en faveur des libertés, contre l’esclavage et même contre les excès du colonialisme. Après la chute de la Monarchie de Juillet, il sera élu à l’Assemblée constituante de 1848. Il sera l’un des rédacteurs de la Constitution, favorable au bicamérisme et à l’élection du président de la République au suffrage universel. Et, en 1849, il acceptera le poste de Ministre des Affaires étrangères mais seulement durant 6 mois ! Après le coup d’Etat du 2 décembre 1851, par Louis Napoléon Bonaparte, auquel il est opposé et qui le fera incarcéré à Vincennes, il quittera la vie politique.

10ème indice :

Retiré dans le château qui porte son nom, notre auteur se consacre sur ses dernières années à la rédaction d’un autre ouvrage politique sur l’Ancien Régime et la Révolution. Ultime indice : il y a tout juste 150 que notre auteur est mort, de tuberculose d’ailleurs, à 54 ans, le 16 avril 1859.

Vous avez trouvé ? C’était un peu facile parce que le titre de son ouvrage le plus célèbre vous a été donné dès le 3ème indice ! Mais au cas où vous ne l’auriez pas trouvé, cliquez sur le document ci-dessous.

Le comédien Fernand Guiot a assuré les lectures de cette émission.

Retrouvez notre série des auteurs cachés : ici



Réponse pour l’auteur caché n° 10




© Canal Académie - Tous droits rééservés

Notez cette émission :

Commentaires