Jean Bernard : anecdotes de son élève et confrère Jean-Louis Michaux

Avec Jean-Louis Michaux, correspondant étranger de l’Académie nationale de médecine
A l’image du professeur Jean Bernard (1907-2009), son ancien élève Jean-Louis Michaux est devenu un hématologue de renom en Belgique. Tout comme Jean Bernard, il endosse également volontiers la plume d’écrivain. Il troque ici sa blouse et ses biographies de musiciens pour nous livrer ses anecdotes sur le grand professeur. Elève, puis confrère, il travailla pendant plus de 40 ans auprès du « maître » comme il le dit lui-même.


T�l�charger le fichier sur votre ordinateur
Références Émission afficher

Référence : HAB542
Adresse directe du fichier MP3 : https://www.canalacademie.com/emissions/hab542.mp3
Adresse de cet article :
Date de mise en ligne : 16 août 2009

C’est à travers La revue du praticien où écrivait de temps à autre Jean Bernard, que Jean-Louis Michaux, abonné en Afrique, fit sa première « rencontre » avec le maître.
La véritable échange a lieu en 1969. De retour du Congo, Jean-Louis Michaux entre comme élève dans le service d’hématologie du professeur Jean Bernard. Le premier contact dans le bureau est minuté, mais heureux. Leur collaboration allait durer 40 ans.

« C’était un maître, avec le caractère qui va avec » raconte Jean-Louis Michaux.« Son silence était aussi parlant que ses paroles, mais il n’était pas renfermé pour autant. Il faisait part de son opinion avec beaucoup de clarté et de concision, sans heurter l’avis des autres ».

« Son approche du malade était exceptionnelle pour l’époque » précise-t-il. « Il écoutait véritablement ses patients, et leur redonnait confiance en eux. »

Jean Bernard (1907-2006), membre de l'Académie française, de l'Académie des sciences et de l'Académie nationale de médecine
Jean Bernard (1907-2006), membre de l’Académie française, de l’Académie des sciences et de l’Académie nationale de médecine

Pudique, il ne montrait pas sa sensibilité.
Le décès de sa mère à la suite d’une quatrième grossesse (conséquence d’une faiblesse cardiaque) a certainement conditionné sa carrière (il hésitait entre devenir médecine et écrivain). Ce décès a joué aussi sur sa prise de position quant à l’interruption volontaire de grossesse pour raison médicale. Ainsi le disait Jean Bernard lui-même : « Soigner, c’est aimer ».

Jean Bernard et les écrivains

Jean Bernard hésite pendant quelque temps entre la médecine et les lettres. Il faut dire que dès son adolescence il est un client assidu de la librairie de la poétesse Adrienne Monnier. Sa boutique est un salon littéraire permanent où se retrouvent les écrivains en vogue, tels qu’André Gide, Paul Claudel, ou encore Marcel Proust. S’il n’a pas eu l’occasion de s’entretenir réellement avec eux, il gardait un souvenir sur chacun d’eux.

Jean Bernard et la résistance

Ce n’est que très tardivement que Jean Bernard parlera de son emprisonnement à Fresnes sous l’Occupation, pour son rôle dans la résistance en 1940. Sans papier, ni crayon, il compose de tête des poèmes sous forme de prières, « Prières pour ceux qui souffrent » et « Prières pour ceux qui cherchent ».

N’oublions pas que Jean Bernard consacrera aussi près de 20 ans à la bioéthique. Il fut le premier président du Comité consultatif national d’éthique des sciences de la vie et de la santé et le resta durant dix ans.

Écoutez les anecdotes du professeur Jean-Louis Michaux au cours de cette émission En habit vert.

Jean-Louis Michaux, correspondant étranger de l'Académie nationale de médecine
Jean-Louis Michaux, correspondant étranger de l’Académie nationale de médecine

Jean-Louis Michaux est hématologue. Il débuta par une carrière clinique et universitaire à l’université de Lovanium avant de séjourner dix ans au Congo. De retour en Belgique, il devient professeur à l’Université catholique de Louvain.
A partir des années 1970 Jean-Louis Michaux poursuit sa formation auprès du professeur Jean Bernard, à l’hôpital Saint-Louis à Paris ; le début d’une longue et fructueuse collaboration.

Pour rappel, Jean Bernard a 75 ans lorsqu’il est élu à l’Académie des sciences en 1973. L’année suivante, il entre à l’Académie nationale de médecine, avant d’être élu en 1975 à l’Académie française.

En savoir plus :

Citons quelques ouvrages de Jean Bernard :
- 1975 : L’Homme changé par l’homme, Buchet-Chastel
- 1981 : Le Sang des hommes, Buchet-Chastel
- 1987 : Et l’âme ? demande Brigitte
- 2004 : Dans la prison que France est devenue : Mémoires de résistance






© Canal Académie - Tous droits rééservés

Notez cette émission :

Commentaires