Le désir du vin à la conquête du monde de Jean-Robert Pitte, de l’Académie des sciences morales et politiques

Le vin, le divin et l’humain : partout et depuis toujours !
Le lien entre le vin, le religieux et l’humain, nul ne l’a mieux étudié que Jean-Robert Pitte auteur de plusieurs ouvrages sur ce thème. Il présente ici son dernier ouvrage paru, racontant où sont nés la vigne et le vin, comment le vin se propage maintenant dans les régions d’Extrême-Orient, pourquoi il reste interdit en islam et nous offre bien d’autres éléments historiques, géographiques et économiques.


T�l�charger le fichier sur votre ordinateur
Références Émission afficher
Émission proposée par : Hélène Renard
Référence : PAG611
Adresse directe du fichier MP3 : https://www.canalacademie.com/emissions/pag611.mp3
Adresse de cet article : https://www.canalacademie.com/ida4530-Le-desir-du-vin-a-la-conquete-du-monde-de-Jean-Robert-Pitte.html
Date de mise en ligne : 9 août 2009

Si le mot divin rime avec vin, ce n’est pas par hasard. C’est que les dieux eux aussi goûtent les plaisirs alimentaires, dont le vin. Lequel vin, comme le chantait le roi David dans un psaume, réjouit le cœur de l’homme.

Ce lien entre le vin, le religieux et l’humain, nul ne l’a mieux étudié que Jean-Robert Pitte qui a consacré plusieurs ouvrages consacrés à la gastronomie, et trois livres au vin : le Vin et le divin (en 2004), A la table des dieux, dans lequel sont reprises ses chroniques du supplément Le monde des religions (de 2004 à 2008) et, maintenant, en 2009, le Désir du vin à la conquête du monde, tous trois parus chez Fayard.

Jean-Robert Pitte dans ce livre fait remarquer que l’homme est la seule espèce capable de boire sans soif et d’y trouver du plaisir… Il en profite pour développer une idée qui lui tient à cœur : boire du vin, à condition de le consommer modérément, de le goûter avec l’esprit autant qu’avec le palais, invite l’homme à exercer sa responsabilité, son jugement, sa liberté. Justement parce que l’excès peut en être dangereux. Outre l’alcoolisme, bien sûr, le danger du vin est dénoncé dans de nombreux textes religieux car il peut mener à l’idolâtrie, au blasphème, à la violence, etc. D’où l’interdit du vin. L’Ancien Testament, pour ne citer que lui, contient plus de 400 références à la vigne et au vin.

Jean-Robert Pitte note cette constante : le dieu du vin est le dieu de la renaissance : « le vin et la vie sont tout un. C’est une idée ancrée très tôt dans les mentalités du Proche Orient ». Il y a deux religions où le vin est devenu un dieu, le dieu du vin, le dieu-vin : celle de Dionysos et le christianisme.

Car les Grecs aussi ont largement écrit sur la relation vin-vie-amour. Il n’est qu’à relire le Banquet de Platon où le sage Socrate est capable de déguster longtemps le bon vin.

Sur la position de l’Islam, Jean-Robert Pitte s’explique aussi longuement : « contrairement à l’opinion commune, le vin est au cœur de l’Islam ». Les transgressions sont multiples et subtiles : raisons médicales, mysticisme dont le soufisme, poésie etc. Plusieurs sourates mentionnent le vin mais elles varient selon les époques (et selon le principe de l’abrogation, la plus récemment révélée abroge la plus ancienne).

- Quelques données géographiques : La vigne, « vitis vinifera » : c’est l’une des plantes les plus ubiquistes qui soit… Elle pousse partout, c’est une liane à vrilles, sous toutes les latitudes. A l’état sauvage avant d’être cultivée.

- Quelques données archéologiques : On peut étudier les pigments des jarres retrouvées dans les tombes égyptiennes, par exemple. Et on trouve même des fossiles de Vitis… (et des pépins de raisins à Terra Amata).

- Quelques données économiques : 8 millions d’hectares dans le monde, 3000 millions d’hectolitres, soit 5 litres par an et par habitant, produits par 3 à 4 millions de personnes… Une production des plus « peuplantes », lucratives. Les exportations françaises de vin équivalent à 129 airbus…

Si l’on trouve le vin dans toutes les régions du monde, ce n’est pas néanmoins en développement égal. Certaines parties du monde semblent plus réticentes à l’adopter (la Route de la soie semble faire barrage), certaines même, pour des motifs religieux, le condamnent… du moins officiellement.

Au Japon (grâce à l’empereur Meiji), en Chine (et notamment chez les Ouigours du Turkestan chinois, viticulteurs depuis toujours), et en Inde, on produit désormais du vin, et on commence à le goûter, à s’intéresser à son histoire et à sa production.






© Canal Académie - Tous droits rééservés

Notez cette émission :

Commentaires