Placido Domingo incarne Cyrano au Théâtre du Châtelet

L’opéra d’Alfano Cyrano de Bergerac, à Paris
Placido Domingo chante Cyrano de Bergerac, l’opéra d’Alfano dont il interprète le rôle-titre au théâtre du Châtelet en mai 2009. Le ténor fait revivre "notre" flamboyant Cyrano, rêvant d’amour, avec ses faiblesses et sa superbe sur des harmonies musicales qui empruntent à Massenet, Puccini ou Debussy. Entre deux répétitions, à quelques jours de la première, quelques mots du maestro : l’occasion d’écouter Placido Domingo parler des partitions qui lui sont chères et de son plaisir d’incarner, cette fois à Paris, ce rôle qu’il connaît bien.


T�l�charger le fichier sur votre ordinateur
Références Émission afficher
Émission proposée par : Marianne Durand-Lacaze
Référence : CARR587
Adresse directe du fichier MP3 : https://www.canalacademie.com/emissions/carr587.mp3
Adresse de cet article : https://www.canalacademie.com/ida4473-Placido-Domingo-incarne-Cyrano-au-Theatre-du-Chatelet.html
Date de mise en ligne : 24 mai 2009


Placido Domingo, dans <i> Cyrano de Bergerac</i> d'Alfano, Théâtre du châtelet, mai 2009
Placido Domingo, dans Cyrano de Bergerac d’Alfano, Théâtre du châtelet, mai 2009
Photographie de Marie-Noëlle Robert

Pour Placido Domingo, Cyrano est un personnage de rêve, ironique, généreux. Il incarne la joie, la peine et bien sûr l’amour. Populaire grâce au succès de la pièce d’Edmond Rostand depuis plus de cent ans, adaptée maintes fois à l’écran et à l’opéra, l’histoire de Cyrano de Bergerac reste un must joué dans le monde entier. Le panache du héros demeure intact.

Placido Domingo a, à cœur de jouer à Paris, sur les lieux mêmes de l’intrigue le personnage de Cyrano, qu’il a chanté au Metropolitan Opera, à Covent Garden, au Palais des arts de Valencia et à la Scala. C’est avec plaisir qu’il retrouve le Théâtre du Châtelet où l’an dernier, il assura la direction musicale de la création mondiale de The Fly d’Howard Shore. Le public retrouve cette fois, en mai 2009, le chanteur lyrique qui ne s’était pas produit sur une scène parisienne depuis 8 ans. En programmant Cyrano de Bergerac, le Théâtre du Châtelet réalise là, un clin d’œil à sa propre histoire puisque l’Aiglon d’Edmond Rostand y fut l’un de ses très grands succès populaires, à sa sortie avec Sarah Bernhardt, et sous l’Occupation, durant laquelle, malgré l’interdiction, la pièce fut donnée pendant 2 ans.

Placido Domingo, à 68 ans, reste à l’affût de partitions qui méritent d’être exhumées de l’oubli et continue à chanter sur scène des rôles longs et difficiles, faisant partager au public le fruit de cinquante ans de carrière. Avec "humilité", il présente à Paris ce rôle de cape et d’épée, ciselé à la plume, gravé sur partitions par l’un des compositeurs italien les plus francophiles qui fût, qui avait choisi d’écrire un opéra en français, s’attaquant, en plus, à l’un des monuments de la mémoire littéraire française, le Cyrano de Bergerac d’Edmond Rostand.

Du drame d’Esmond Rostand à l’opéra d’Alfano

Cyrano protège sa cousine Roxane et son fiancée Christian de Neuvillette par un double jeu dans lequel son amour pour elle, ne peut être dévoilé sans se compromettre. Les jeunes gens se marient. Mais Christian et Cyrano sont envoyés au siège d’Arras où Christian meurt au champ de bataille, le jour de l’arrivée de Roxane. Cyrano ne dit rien du secret des lettres qu’il écrivait à Roxane. Quinze ans après la mort de Christian, à Paris, Cyrano est à son tour blessé, un samedi, jour où il rend habituellement visite à la jeune femme, retirée au couvent. Cachant ses souffrances, il lui lit sa gazette mais la gravité de ses blessures l’emporte. Quand elle comprend qu’il était en fait l’auteur des lettres, il meurt dans ses bras. L’adaptation de la pièce par le compositeur italien Alfano pour en faire un opéra, est restée fidèle au texte d’Edmond Rostand malgré quelques coupes et quelques arrangements. Quelques tirades, parmi les plus connues ont été supprimées, impossibles à chanter, car trop longues : "Le nez", "Non merci", "Oui Roxane", "Les voyages dans la lune".

Le librettiste Henri Cain (1859-1937) a resseré l’intrigue sur le trio amoureux entre Cyrano, Roxane et Christian sans compromettre l’équilibre de l’intrigue. Dans chacun des quatre actes, Cyrano occupe la scène et dispose à chaque fois d’un solo valorisant : "Ballade du duel, "Chant des cadets", "Écoutez les Gascons", "Gazette de Cyrano".

La compositeur Franco Alfano (1876-1954), est surtout connu pour avoir terminé Turandot de Puccini, inachevé par la mort du célèbre compositeur. Cette version finale rejetée, puis finalement acceptée, a largement éclipsé les autres œuvres d’Alfano, longtemps restées dans l’obscurité. Aujourd’hui son Cyrano de Bergerac est considéré comme l’une de ses œuvres les plus abouties. Il en a écrit deux versions, l’une en français, l’autre en italien. Cependant à l’époque de sa création au Théâtre de Rome en 1936 et quelques mois plus tard à Paris, au théâtre comique, l’œuvre fut mal accueillie. Un mépris qui paraît aujourd’hui injustifié aux yeux des spécialistes.

En savoir plus

- Nathalie Manfrino en Roxane dans Cyrano de Bergerac, l’opéra d’Alfano

- Théâtre du Châtelet : Cyrano de Bergerac de Franco Alfano, Opéra héroïque en quatre actes, d’après la pièce d’Edmond Rostand,
- Direction musicale Patrick Fournillier
- Mise en scène et décors Petrika Ionesco
- Cyrano Plácido Domingo
- Roxane Nathalie Manfrino
- Christian Saimir Pirgu
- Orchestre Symphonique de Navarre
- Choeur du Châtelet

Du 19 au 31 mai 2009

- Placido Domingo
- Edmond Rostand de l’Académie française (1868-1918), élu à l’Académie en 1901.
- "Cyrano de Bergerac", l’auteur et la pièce , dans la bibliothèque numérique Gallica de la Bnf (Bibliothèque nationale de France)
- Cyrano de Bergerac, actualités des représentations et des adaptations






© Canal Académie - Tous droits rééservés

Notez cette émission :

Commentaires