Le Club

Découvrez le club Canal Académie et créez votre compte dès maintenant pour profiter des avantages, des exclusivités, des services...

Découvrir le Club

Les matrices culturelles de Jean Baechler

Un volume de la somme anthropologique du philosophe et sociologue Jean Baechler, de l’Académie des sciences morales et politiques
Le philosophe Jean Baechler poursuit, d’année en année, sa réflexion sur l’espèce humaine, proposant ainsi une "somme" anthropologique. Dans ce nouveau livre, il développe le concept de matrice culturelle. Un essai majeur qui montre que l’humain s’accomplit par la médiation d’une culture qui actualise et réalise sa nature.


T�l�charger le fichier sur votre ordinateur
Références émission afficher
Émission proposée par : Hélène Renard
Référence : PAG599
Adresse directe du fichier MP3 : https://www.canalacademie.com/emissions/pag599.mp3
Adresse de cet article : https://www.canalacademie.com/ida4286-Les-matrices-culturelles-de-Jean-Baechler.html
Date de mise en ligne : 19 avril 2009

Dans cette émission, il vous est proposé de prendre connaissance de la réflexion du sociologue et philosophe Jean Baechler qui vient de faire paraître un ouvrage portant pour titre « les matrices culturelles » et pour sous-titre « au foyer des cultures et des civilisations ». Un ouvrage paru à la fin de l’année 2008 chez Hermann Editeurs.

Jean Baechler, membre de l'Académie des sciences morales et politiques
Jean Baechler, membre de l’Académie des sciences morales et politiques

Jean Baechler, membre de l’Académie des sciences morales et politiques depuis décembre 1999, dans la section morale et sociologie, a consacré sa carrière à la sociologie, en enseignant cette discipline à la Sorbonne, à l’Ecole des Hautes Etudes en Sciences sociales, l’EHESS, et dans plusieurs universités, et plus précisément à Paris IV Sorbonne, la sociologie historique. Il a aussi été directeur de recherche au CNRS dans la section de sociologie et il appartient à tous les grands centres de réflexion ou groupes d’études de cette discipline.

Depuis 2000, il se consacre à l’écriture de ses travaux et à leur publication. En particulier à ce qu’il considère comme une "somme" anthropologique et dont plusieurs volets ont déjà été publiés et comptent parmi ses œuvres majeures,
- en 2000, Nature et Histoire
- en 2002 , Esquisse d’une histoire universelle (qui fait d’ailleurs l’objet de trois émissions disponibles à l’écoute sur CA)
- en 2005, les morphologies sociales
- 2008, Agir, faire, connaître
- et à la fin de 2008, début 2009, « les matrices culturelles » dont il nous parle dans cette émission.

Jean Baechler développe une théorie, appuyée sur l’expérimentation, sur les faits, et avance une hypothèse de départ (résumée dès la première page de son livre, mais il y revient de nombreuses fois) : l’espèce humaine étant libre (par rapport à son programme génétique), sa nature est virtuelle et ses actualisations culturelles : soit une espèce animale, en l’occurence Homo sapiens sapiens, à qui les contingences intelligibles de l’histoire du vivant ont fait franchir un seuil de complexité neuronale, telle que ses représentants, ne trouvant plus inscrits dans leur génome les comportements indispensables à la survie, peuvent être déclarés libres, au sens où ils ne sont pas programmés génétiquement pour devenir ce qu’ils sont. L’espèce humaine présente cette particularité remarquable que sa nature est virtuelle et ses actualisations culturelles... Et Jean Baechler de donner un exemple : le langage. L’humanité est apte au langage mais les humains doivent apprendre à parler dans des milieux culturellement définis.

Il explicite donc ici ces trois mots essentiels :
- libre
- virtuelle
- culturelle

et il attribue à cette espèce animale qu’on appelle humaine quatre caractères : libre, finalisée, rationnelle, et faillible.

En pédagogue, il prend grand soin de définir tous les mots, tous les concepts utilisés. Parmi ces concepts, il en est deux particulièrement essentiels :
- le concept de civilisation : c’est tout le sujet de son premier chapitre (pas moins de 70 pages)
- le concept de matrice culturelle : défini dans le chapitre 2 (lui aussi 70 pages)

Et bien entendu, reprenant le titre de son livre, il définit ce qu’il appelle une matrice, et particulièrement une matrice culturelle, ce qu’il fait, notamment à la page 83 de son livre en se référant au dictionnaire Trésor de la langue française : une matrice est « un milieu où quelque chose prend racine, se développe , se produit ». Dans les chapitres suivants, 3, 4 et 5, il s’attache à décrire trois matrices,
- la matrice primitive
- la matrice traditionnelle
- la matrice moderne.

Evoquant ici la matrice moderne, il démontre que des développements majeurs apparus dans les faits permettent d’affirmer que l’on a changé de matrice (démocratie, science, individuation, différentiation des ordres, développement économique).

Il répond également à deux questions :

- l’hypothèse des matrices culturelles offre-t-elle une vision cohérente de l’histoire de l’humanité ?
- la nature humaine a-t-elle développé toutes ses potentialités dans ces trois matrices ? ou bien a-t-elle encore des virtualités à développer autrement dit, a-t-elle encore son histoire devant elle ?

L’ouvrage "Les matrices culturelles" est paru à la fin de l’année 2008 chez Hermann Editeurs.






© Canal Académie - Tous droits rééservés

Notez cette émission :

Commentaires