Olivier Messiaen, l’amoureux d’orgue

L’académicien des beaux-arts est évoqué par l’organiste musicologue Michel Fischer
Olivier Messiaen ne conçoit pas la vie de musicien et de compositeur sans orgue. Il n’a que 22 ans lorsqu’il devient titulaire de l’orgue de l’église de la Trinité, à Paris. Couleurs, timbres, constrastes de registres : Messiaen trouvait dans l’orgue tous les possibles de son imagination musicale. Entretien avec le musicologue -et organiste- Michel Fischer.


T�l�charger le fichier sur votre ordinateur
Références Émission afficher

Référence : carr548
Adresse directe du fichier MP3 : https://www.canalacademie.com/emissions/carr548.mp3
Adresse de cet article : https://www.canalacademie.com/ida4137-Olivier-Messiaen-l-amoureux-d-orgue.html
Date de mise en ligne : 8 mars 2009

Olivier Messiaen (1908-1992) commence tôt l’apprentissage de l’orgue auprès du grand maître de l’instrument qu’était alors Marcel Dupré. La tradition de l’école française lui est ainsi transmise : Dupré était l’élève de Charles-Marie Widor et de Louis Vierne, lui-même héritier de César Franck.

Après un premier prix en orgue et en improvisation à l’orgue en 1929 au Conservatoire national supérieur de musique de Paris, Messiaen apprend l’art de la composition et de l’orchestration auprès de Paul Dukas et perfectionne sa connaissance de l’harmonie dans la classe de Jean Gallon. Toujours au Conservatoire, Maurice Emmanuel, professeur d’histoire de la musique et théoricien de la musique modale, l’initie à la métrique grecque. Enfin, Messiaen est un protégé de Charles Tournemire. L’influence de cet organiste et improvisateur de grand renom sur le jeune Messiaen est incontestable.
À propos des Sept paroles du Christ en croix de Tournemire, Messiaen s’extasie : « Un thème de pédale, effroyablement calme, qui ramasse tout la puissance de l’orgue en d’énormes si bémol, et reçoit sur les épaules de sanglants gémissements, d’aveuglantes et contrariantes clartés, puis s’amenuise jusqu’à un déchirant solo de clarinette, jusqu’à un soupir de bourdon ! Un tel thème, une telle musique, cela, c’est le génie ! »

Olivier Messiaen, à l'orgue Cavaillé-Coll de l'église de la Trinité, à Paris.
Olivier Messiaen, à l’orgue Cavaillé-Coll de l’église de la Trinité, à Paris.

Quelle est l’influence des grands maîtres français sur la musique de Messiaen ? Celui qui a marqué une rupture nette vis-à-vis de l’héritage musical du début du siècle est-il malgré tout l’héritier de Franck, de Dupré, de Dukas et de Tournemire ? Qu’est-ce qui fait l’originalité de Messiaen à l’orgue ?

Avec notre invité, Michel Fischer, organiste, musicologue, maître de conférences à l’université Paris-Sorbonne, nous abordons les compositions pour orgue de Messiaen : que trouve-t-il dans ce instrument qu’il ne puisse obtenir au piano ou à l’orchestre ? Comment l’orgue lui permet-il d’exprimer son sentiment religieux ?

Enfin, nous parlons dans cette émission de l’orgue de l’église de la Trinité, à Paris, que Messiaen a adopté de l’âge de 22 ans jusqu’à sa mort en 1992. Il a fait retravailler l’instrument à son goût. Dans les mixtures, la fondamentale a été enlevée pour ne laisser que les harmoniques, ce qui confère à l’instrument une résonance particulière. Il a fait ajouter des jeux d’anches et de mixtures. Et comme beaucoup d’orgues à cette époque, le toucher a été électrifié.
« Je suis totalement attaché à la Trinité. C’est mon orgue, mon enfant, mon fils ! Je ne peux pas le quitter », disait Messiaen.

Olivier Messiaen était membre de l’Académie des beaux-arts, élu en 1967 dans la section de Composition musicale, au fauteuil VII, créé pour l’occasion. Marius Constant lui a succédé en 1992.

Olivier Messiaen
Olivier Messiaen

Liste des œuvres pour orgue d’Olivier Messiaen :

- Esquisse modale, 1927
- Le Banquet céleste, 1928
- L’Hôte aimable des âmes, 1928
- Prélude, 1928
- Diptyque - Essai sur la vie terrestre et l’éternité bienheureuse, 1930
- Apparition de l’Eglise éternelle, 1932
- L’Ascension, 1934
- La Nativité du Seigneur, 1935
- O Sacrum Convivium !, 1937
- Les Corps glorieux, sept visions de la vie des ressuscités, 1939
- Messe de la pentecôte, 1950
- Livre d’orgue (sept pièces), 1951
- Verset pour la fête de la dédicace, 1960
- Méditations sur le mystère de la sainte trinité, 1969
- Livre du saint-sacrement, 1984

Sont diffusés dans cette émission des extraits des œuvres d’Olivier Messiaen, interprétées par lui-même, dans un enregistrement de 1956, à l’église de la Sainte-Trinité. Et notamment :

- 1e minute de l’émission : La Nativité du Seigneur. Première méditation : la Vierge et l’Enfant.
- 8e minute : Dyptique, essai sur la vie terrestre et l’éternité bienheureuse.
- 17e minute : La Nativité du Seigneur. Troisième méditation : Desseins éternels.
- 22e minute : dernières mesures de la Communion, extrait de la Méditation de la Pentecôte.
- 24e minute : Livre d’orgue, quatrième partie. Chants d’oiseaux.
- 40e minute : La Nativité du Seigneur. Sixième méditation : les Anges.
- 50e minute : Méditation de la Pentecôte. Quatrième partie : la Communion.

Liens utiles pour connaître Messiaen :

- Le site consacré au centenaire de la naissance de Messiaen : www.messiaen2008.com

- Toutes les émissions évoquant Olivier Messiaen sur Canal Académie. Vous trouverez notamment un entretien avec François-Bernard Mâche consacré à la passion de Messiaen pour l’ornithologie et une interview de Claude Samuel à propos de la méthode pédagogique de Messiaen.

- La biographie du compositeur sur le site de France Musique.






© Canal Académie - Tous droits rééservés

Notez cette émission :

Commentaires