De la méchanceté en littérature au XVIIe siècle

La chronique Lecture et relecture de Jacques Rigaud
Pour être méchant en écriture, il faut bien du talent ! Jacques Rigaud a relu les Mémoires du cardinal de Retz et les Maximes de La Rochefoucauld ainsi que le Misanthrope de Molière : ce sont des chefs d’oeuvre de méchanceté ! Voici quelques portraits réjouissants par de méchants talentueux !


T�l�charger le fichier sur votre ordinateur
Références Émission afficher
Émission proposée par : Jacques Rigaud
Référence : chr540
Adresse directe du fichier MP3 : https://www.canalacademie.com/emissions/chr540.mp3
Adresse de cet article : https://www.canalacademie.com/ida4123-De-la-mechancete-en-litterature-au-XVIIe-siecle.html
Date de mise en ligne : 29 mars 2009

Le cardinal de Retz fait partie des relectures favorites de Jacques Rigaud. Il en donne ici lecture quelques extraits (ils sont résumés dans le texte ci-dessous, écoutez Jacques Rigaud pour avoir la totalité du portrait) :

- Melle de Vendôme avait peu d’esprit ; mais il est certain qu’au temps dont je vous parle, sa sottise n’était pas encore bien développée

- sur Anne d’Autriche : la Reine avait, plus que personne que j’ai jamais vu, de cette sorte d’esprit qui lui était nécessaire pour ne pas paraître sotte à ceux qui ne la connaissaient pas. Elle avait plus d’aigreur que de hauteur, plus de hauteur que de grandeur...

- et sur Mazarin : il s’aimait trop, ce qui est le naturel des âmes lâches ;

et ne manquez pas non plus le cruel portrait de Mme de Montban, celui de Richelieu, celui de M. de Longueville, et celui du Duc d’Orléans ! La méchanceté n’épargne personne... mais elle est proposée avec tant de brio !

Et Jacques Rigaud de terminer ce petit catalogue de portraits méchants par les portraits croisés du cardinal de Retz par La Rochefoucauld et celui de La Rochefoucauld par le cardinal de Retz.

François VI, duc de la Rochefoucauld, né le 15 septembre 1613 à Paris et mort le 17 mars 1680, est un écrivain, moraliste et mémorialiste français, surtout connu pour ses Maximes

Le premier commence ainsi : Paul de Gondi, cardinal de Retz, a beaucoup d’élévation, d’étendue d’esprit, et plus d’ostentation que de vraie grandeur et de courage.... sa pente naturelle est l’oisiveté ; il travaille néanmoins avec activité dans les affaires qui le pressent, et il se repose avec nonchalance quand elles sont finies. Il a une grande présence d’esprit, et il sait tellement tourner à son avantage les occasions que la fortune lui offre, qu’il semble qu’il les ait prévues et désirées... Il aime à raconter ; il veut éblouir tous ceux qui l’écoutent par des aventures extraordinaires et souvent son imagination lui fournit plus que sa mémoire...

Le cardinal de Retz
Le cardinal de Retz
Jean-François Paul de Gondi, plus connu comme le cardinal de Retz, est un homme d’État et mémorialiste français né à Montmirail le 20 septembre 1613 et mort à Paris le 24 août 1679.

Et le cardinal de proposer en réplique : Il y a toujours eu du je ne sais quoi en tout M. de la Rochefoucauld. Il a voulu se mêler d’intrigue dès son enfance, et dans un temps où il ne sentait pas les petits intérêts, qui n’ont jamais été son faible et où il ne connaissait pas les grands, qui, d’un autre sens, n’ont pas été son fort...

Et le plus réjouissant, c’est que tout cela amuse notre chroniqueur Jacques Rigaud qui espère bien vous faire partager ce plaisir littéraire !






© Canal Académie - Tous droits rééservés

Notez cette émission :

Commentaires