Pierre Messmer, le soldat

par le général Gilbert Forray, à l’Académie des Sciences d’Outre-Mer
Pierre Messmer était membre de l’Académie des Sciences d’Outre-Mer. Il fut un soldat courageux, en Syrie comme en Indochine, comme l’a rappelé le général Gilbert Forray lors de la journée d’éloge organisée par cette Académie.


T�l�charger le fichier sur votre ordinateur
Références Émission afficher

Référence : COL539
Adresse directe du fichier MP3 : https://www.canalacademie.com/emissions/col539.mp3
Adresse de cet article : https://www.canalacademie.com/ida4063-Pierre-Messmer-le-soldat.html
Date de mise en ligne : 8 février 2009

Pierre Messmer, qui fut chancelier de l’Institut de France, membre de l’Académie française et de l’Académie des sciences morales et politiques, était également membre de l’Académie des Sciences d’Outre-Mer. Cette académie a organisé le 21 novembre 2008 une journée en hommage à Pierre Messmer.

Cette journée fut introduite par Edmond Jouve, professeur à la faculté de droit à l’université Paris Descartes, Paris V, qui accueillit les nombreux invités parmi lesquels plusieurs académiciens de l’Institut de France qui avaient tenu à participer à cet hommage. Edmond Jouve rappela que Pierre Messmer avait été élu à l’Académie des sciences d’Outre-Mer le 11 juin 1976 et reçu le 6 mai 1977 par René Pleven, compagnon du général Leclerc. Il traça brièvement l’enfance et la jeunesse de Pierre Messmer, né le 2 mars 1916 dans une famille alsacienne (qui avait opté pour la France en 1871) et qui est mort à Paris en août 2007.

Le Secrétaire perpétuel de l’Académie des sciences d’Outre-Mer, Gilbert Mangin, expliqua tout d’abord ce que fut, pour Pierre Messmer, l’Ecole nationale de la France d’Outre-Mer, une école "coloniale" fondée en 1889 pour former les administrateurs et les magistrats de la France d’outre-mer (elle a fermé ses portes depuis l’accès à l’indépendance de la plupart des territoires d’outre-mer). C’est dans cette école que Pierre Messmer entra en 1934, la "colo" comme on disait, expérience qu’il relata dans son livre "Les Blancs s’en vont".

Puis chacun des intervenants prenant la parole dressa à sa manière un portrait de Pierre M. au travers de l’un ou l’autre de ses engagements, militaire, politique ou culturel, car Pierre M. fut tout cela à la fois, un combattant intrépide, un homme politique avisé, et un académicien de haute notoriété.

Canal Académie vous propose dans cette émission d’écouter le général Gilbert Forray, ancien grand chancelier de la Légion d’honneur, qui dresse le portrait de Pierre Messmer, le soldat.

L’uniforme, en activité, il l’a porté pendant 9 ans, 2 mois et 20 jours... Un parcours éclatant, héroïque et modestement récompensé. Il commence la guerre comme lieutenant et la termine comme capitaine. Et pourtant ! quel désintéressement, quel courage, quel franc-parler !

Lorsque survient la guerre, il sert au 12ème régiment de Tirailleurs sénégalais. Et, après juillet 40, il se retrouve incorporé dans les Forces françaises libres. Le 20 septembre 40, chef d’une section de légionnaires de la 13 ème demi-brigade de la Légion étrangère, il est devant Dakar. Il participe à la libération de Libreville avec Leclerc, puis à Noël se retrouve à Douala pour rejoindre l’Erythrée par le cap de Bonne Espérance. La campagne d’Erythrée durera jusqu’en mai 1941. Il se distingue dans le combat contre les Italiens puis le 23 juin, il est fait compagnon de la Libération et nommé chevalier de la Légion d’honneur.

Très rapidement, il rejoint Suez pour rejoindre la Palestine et la Syrie. La guerre se joue au Moyen-Orient. Du 26 mai au 11 juin 1942, il est à Bir-Hakeim face aux Allemands et aux Italiens et les combats sont d’une violence inouïe. Mais les Français tiennent bon durant un siège de 16 jours et la compagnie du capitaine Messmer est héroïque. Cette première victoire qui entrave la marche de Rommel est d’une importance stratégique. A El-Alamein aussi, Messmer va se distinguer et la victoire se remporter au prix de lourdes pertes.

Après la Tunisie, Messmer doit quitter la Légion qu’il a tant aimée. De Gaulle a besoin de lui ailleurs, pour libérer Paris.

Homme de terrain, il ne rêve que de repartir et se porte volontaire pour l’extrême-orient. Il est muté à Calcutta puis parachuté au Tonkin en août 45, opération qu’il qualifiera de "stupide" et le général Forray dans cette émission explique pourquoi en effet elle le fut.

Le rappel des campagnes de Messmer effectué ici par le Général Forray est indispensable, bien que sans doute insuffisant, pour circonscrire la personnalité entière de Messmer. Mais ce qui reste incontestable, ce fut son courage, son ardeur, son intelligence et son coeur aussi : et Gilbert Forray d’en donner ici plusieurs preuves en reprenant des phrases prononcées par Messmer lui-même.

Emissions à écouter également sur Canal Académie :

- Une autre émission dans laquelle Arnaud d’Hauterives, Secrétaire perpétuel de l’Académie des beaux-arts (et membre de l’Académie des Sciences d’Outre-Mer) a évoqué Messmer l’académicien, et Jacques Barrat, diplomate, professeur des universités, a évoqué Messmer l’écrivain Pierre Messmer, l’académicien et l’écrivain
- Une communication de Pierre Messmer à l’Académie des sciences morales et politiques : De Gaulle en direct par Pierre Messmer
- La rediffusion de son entretien avec Frédéric Mitterrand Pierre Messmer, dans « Conversations privées »
- L’hommage de l’Institut de France et des cinq Académies sous la Coupole Le courage, thème de la séance de rentrée 2005 en hommage à Pierre Messmer
- La lecture d’une nouvelle de Pierre Messmer « L’heureuse condamnation à mort du caporal Lechien », une nouvelle de Pierre Messmer

Pour plus de détails sur Pierre Messmer, consulter les fiches des deux académies : - http://www.asmp.fr/fiches_academiciens/decede/MESSMER.HTM

- http://www.academie-francaise.fr/immortels/index.html

Pour mieux connaître l’Académie des Sciences d’Outre-Mer : http://www.academiedoutremer.fr

Un album commémoratif

Un tout récent ouvrage intitulé "Pierre Messmer, une conscience française" vient d’être publié début 2009 par les Editions Nicolas Chaudun. Il s’agit d’un album commémoratif qui relate, en huit chapitres, et une soixantaine de photographies, la vie de Pierre Messmer en proposant chaque fois le témoignage d’un proche, parmi lesquels de nombreux académiciens. L’ouvrage est préfacé par Gabriel de Broglie, actuel Chancelier de l’Institut de France, que le chapitre "le courage et l’exemple" est de la plume de Maurice Druon, que François Jacob, de l’Académie française, de l’Académie des sciences et Chancelier de l’ordre de la Libération, a également témoigné sur le soldat que fut Messmer. Témoignent également Robert Dautray, de l’Académie des sciences qui fut haut commissaire à l’énergie atomique (1993-1998), Pierre Mazeaud qui fut Secrétaire d’Etat aux sports dans le premier gouvernement Messmer (1972-73), Alain Plantey qui fut secrétaire général adjoint de l’Elysée sous le Général de Gaulle, et Jean Mesnard, tous trois membres de l’Académie des sciences morales et politiques. Jean Foyer (décédé en 2008) avait eu le temps de rédiger un texte dans lequel il a rappelé que Pierre Messmer s’était vu confier, en 1956, par Gaston Defferre, ministre de la France d’Outre-mer, la préparation d’un projet de loi-programme pour les territoires d’Outre-mer. Jean Foyer qui avait négocié les accords de transfert de compétences et de coopération, s’était longuement entretenu avec Pierre Messmer des questions africaines. Enfin, le Secrétaire perpétuel de l’Académie française, Hélène Carrère d’Encausse présente Pierre Messmer l’académicien. Notons également la signature et le témoignage d’autres personnalités parmi lesquelles Edouard Balladur, Michel Tauriac, Philippe Alexandre, Yves Guéna, Antoine Bernheim, Alain Mérieux, et bien d’autres.






© Canal Académie - Tous droits rééservés

Notez cette émission :

Commentaires