L’alliance française de Washington

Avec son directeur, Laurent Mellier
Canal Académie vous fait découvrir l’Alliance française de Washington grâce à son directeur Laurent Mellier de passage à Paris. Ce dernier nous ouvre les portes d’un immense temple culturel qu’il veut en lien avec la réalité américaine et avec un certain sens de la francophonie.


T�l�charger le fichier sur votre ordinateur
Références Émission afficher

Référence : SAV505
Adresse directe du fichier MP3 : https://www.canalacademie.com/emissions/sav505.mp3
Adresse de cet article : https://www.canalacademie.com/ida4003-L-alliance-francaise-de-Washington.html
Date de mise en ligne : 25 janvier 2009

D’abord coopérant en 1991 au service culturel du Consulat général de France à Houston (Texas), Laurent Mellier devient directeur de l’Alliance française de Washington en 1998. Etabli aux Etats-unis pendant plus de 15 ans, il nous offre sa vision d’une certaine francophonie au service des plus démunis : « La francophonie ne s’adresse pas qu’à la communauté blanche aisée. Elle doit s’adresser à tous. »

Avec 130 Alliances françaises disséminées sur le territoire américain, les objectifs sont ambitieux. Comment permettre à un si large périmètre d’accéder à la culture francophone ? Le pari est grand mais pas impossible. Il faut commencer par le début... « Il faut d’abord travailler avec les institution culturelles américaines. »

De la structure un brin complexe se dessine l’organisation suivante :

- une délégation de l’Alliance française à Washington (l’Alliance française « mère » de Paris qui coordonne des séries de conférences et d’événements culturels),
- les Alliances françaises (130 au total),
- une fédération qui réunit toutes les Alliances françaises (structure américaine qui rassemble les forces et les énergies pour améliorer la visibilité).

L'Alliance française de Washington
L’Alliance française de Washington

L’Alliance française de Washington possède une structure de droit privé américain, elle est indépendante du gouvernement français et est financée sur des fonds privés.

4 pôles l’animent :

- une école de français (pour public adulte ou enfants) avec plus de 4200 incriptions en cours de français par an !,
- un centre culturel et social (avec 2 à 3 activités par semaine). « Le but est d’essayer d’approcher une communauté qui naturellement n’est pas sensible à la culture française ou francophone. »,
- une médiathèque,
- un programme de solidarité ou « outreach program » lancé en 2001 par Laurent Mellier (« programme ABEI ») exclusivement financé sur des fonds privés collectés via des galas de levées de fonds.

La chanteuse afro-américaine Deedee Bridgewater participe au programme de solidarité ABEI de l'Alliance française de Washington © Philippe Pierangeli
La chanteuse afro-américaine Deedee Bridgewater participe au programme de solidarité ABEI de l’Alliance française de Washington © Philippe Pierangeli

Ce programme permet l’envoi de professeurs dans les écoles des quartiers les plus défavorisés où des familles vivent bien en-dessous du seuil de pauvreté. Le but est de sensibiliser les enfants aux cultures étrangères et bien sûr francophones grâce à des ateliers culturels. Le caricaturiste Plantu ou la chanteuse Deedee Bridgewater se sont déjà associés au projet.

Dans une ville très diverse, avec 70% d’afro-américains et de grosses communautés (juive, hispanique, gay, etc.), le directeur de l’Alliance française de Washington reste encore et toujours plus enclin à la sauvegarde de la culture française à l’étranger via la francophonie et non la francophobie (comme il l’a connu après 2001 avec la guerre en Irak « comme cela est difficile à vivre lorsque l’on aime les deux peuples ! ») et via la cassure des clivages sociaux qui demeurent encore aujourd’hui.

En savoir plus :

- L’Alliance française de Washington
- Le FIAF à New York
- Ecoutez une autre émission consacrée aux Alliances françaises des Etats-unis






© Canal Académie - Tous droits rééservés

Notez cette émission :

Commentaires