80 mots pour la mondialisation

un livre de Jean-Yves Calvez
La mondialisation et son vocabulaire spécifique, tel est le sujet du livre présenté ici par son auteur, le philosophe et théologien jésuite Jean-Yves Calvez, reconnu comme l’un des meilleurs observateurs et connaisseurs de ce sujet. Des mots clés pour mieux comprendre des notions essentielles, mais aussi le regard chrétien et les prises de position de l’Église catholique.


T�l�charger le fichier sur votre ordinateur
Références Émission afficher
Émission proposée par : Hélène Renard
Référence : PAG535
Adresse directe du fichier MP3 : https://www.canalacademie.com/emissions/pag535.mp3
Adresse de cet article : https://www.canalacademie.com/ida3807-80-mots-pour-la-mondialisation.html
Date de mise en ligne : 20 décembre 2008

Si vous êtes familier d’Internet, vous participez à l’un des aspects de la mondialisation, car Internet, vous le savez, contribue largement à celle-ci.

80 mots pour la mondialisation paru en 2008, aux éditions Desclée de Brouwer, est loin d’être le premier ouvrage du père Jean-Yves Calvez, qui en a publié une quarantaine, consacrés essentiellement à la pensée politique, économique et religieuse de notre société.

Car il est un spécialiste de ce que l’on appelle « la doctrine sociale de l’Église », expression sur laquelle il commence par s’expliquer. Il appartient lui-même à cette Église catholique, puisqu’il est membre de la Compagnie de Jésus, qu’il a été le directeur de sa célèbre revue Études, qu’il a travaillé à Rome durant 14 ans auprès du supérieur général des jésuites, le père Arrupe, et qu’il a également été le provincial des jésuites de la province France.

Jean-Yves Calvez rappelle que l’Église catholique - mais les autres Églises chrétiennes également -, même s’il a lui-même dénoncé quelquefois ses « silences », ne demeure pas muette quant aux sujets économico-politiques du monde. Récemment encore, une note émanant du Saint-Siège a apporté un éclairage relatif à la crise financière actuellement traversée.

Jean-Yves Calvez
Jean-Yves Calvez

Son ouvrage 80 mots pour la mondialisation s’adresse d’abord à un public jeune, qui doit comprendre le vocabulaire, mais également à tous ceux que ce sujet intéresse. Il a donc choisi 80 mots essentiels, où le fait d’écrire court, comme il l’explique, a été à la fois une difficulté et un avantage. Pour la lecture et la compréhension, c’est incontestablement un avantage !


De « armes » à « Wilson »

Comme dans tout dictionnaire, les 80 mots de la mondialisation sont proposés par ordre alphabétique mais, le tout premier étant le mot « armes » (nucléaires, chimiques, de destruction massive), le père Calvez en vient à expliquer le lien, que l’on déplore bien entendu, entre la guerre, ou le risque de guerre, et la mondialisation. Un autre mot commençant par A est incontournable, et il le commente : le mot « autre », pour altermondialisation ou altermondialistes, en précisant qu’il s’agit là d’un courant à la fois de réflexion et de protestation, rassurant en ce qu’il ouvre la possibilité de débats sur la mondialisation. Au forum des chefs d’État, à Davos, fait écho les forums sociaux, notamment celui de Porto Alegre.

De Commerce équitable à Dette, de Colonisation à Eau, de Banque islamique à Justice et Paix, de Microcrédit à Population, de Santé à Wilson (le dernier), chacun des mots de ce dictionnaire est de longueur différente ; certains répondent à une définition brève, d’autres ont mérité, à ses yeux, une définition longue, de plusieurs pages. Et notamment les trois ci-dessous sur lesquels il s’explique dans cet entretien :
-  culture
-  limites de la mondialisation libérale
-  religion.

L’ouvrage présente aussi quelques grandes figures, des penseurs, des précurseurs de la mondialisation, et Jean-Yves Calvez s’attarde un instant sur deux d’entre elles : le philosophe Hans Jonas et le prix Nobel d’économie Amartya Sen, après avoir évoqué quelques précurseurs comme le père Lebret ou François Perroux.
De même, parmi les mots retenus, on trouve les noms de quelques grands organismes, dont l’histoire a marqué les étapes importantes de la marche vers la mondialisation.

Quelques ouvrages de Jean-Yves Calvez :

- Église et économie : la doctrine sociale de l’Église (éditions L’Harmattan, 1999)
- Changer le capitalisme ( paru en 2001 : il n’a pas attendu la crise !)
- Chrétiens penseurs du social (trois tomes dont le troisième vient d’être publié par les éditions du Cerf)

Mieux connaître Jean-Yves Calvez :

né en 1927, il a été provincial des Jésuites de France et, pendant 14 ans, assistant général auprès du père Arrupe, Supérieur général de la Compagnie de Jésus (de 1965 à 1981). Il enseigne actuellement au département d’éthique publique du Centre Sèvres (faculté jésuite de Paris). Il est membre du CERAS, centre de recherche et d’action sociales des Jésuites de France, collaborant à la revue "Projets". Il est l’auteur de nombreux ouvrages sur la pensée sociale de l’Eglise. Il a publié en 2009 : Traversées jésuites, dans lequel il évoque ses mémoires de France, de Rome et des nombreux voyages de par le monde qu’il a effectués de 1958 à 1988 (collection théologie des éditions du Cerf).

S’informer sur la doctrine sociale de l’Eglise sur le site : www.doctrine-sociale-catholique.fr






© Canal Académie - Tous droits rééservés

Notez cette émission :

Commentaires