Saint-John Perse, le poète diplomate-magicien

avec Renaud Meltz
Sa vie durant, le poète-diplomate, soucieux de préserver sa double vie, sculpta sa légende. Et le summum fut atteint avec la publication de ses œuvres complètes en Pléiade en 1972. Une biographie sérieuse, la première du genre, dûe à Renaud Meltz révèle enfin le vrai visage d’Alexis Léger.


T�l�charger le fichier sur votre ordinateur
Références Émission afficher
Émission proposée par : Damien Le Guay
Référence : PAR502
Adresse directe du fichier MP3 : https://www.canalacademie.com/emissions/par502.mp3
Adresse de cet article : https://www.canalacademie.com/ida3584-Saint-John-Perse-le-poete-diplomate-magicien.html
Date de mise en ligne : 11 janvier 2009

Que ceux qui vénèrent Saint-John Perse (1887-1975) en restent à sa poésie et son désir de louer le dénuement, l’exil, les vents ou les neiges. Qu’ils en restent à la couronne du prix Nobel qui fut posée sur sa tête en 1960. Et surtout, qu’ils n’aillent pas lire la biographie sérieuse et critique, la première du genre, que vient de lui consacrer Renaud Meltz, universitaire, historien, en poste à l’université de Tahiti. Sur 800 pages documentées, et après dix ans de travail, il suit à la trace Alexis Léger – vrai nom du poète – et démonte les légendes, rectifie les embellissements, écorne la statue qu’il avait prit tant de soin à sculpter – ne laissant à personne d’autre le soin de le faire.

Car, sa vie durant, le poète-diplomate, soucieux de préserver sa double vie, même s’il profita de l’une pour aider l’autre et réciproquement, sculpta sa légende. Et le summum fut atteint avec la publication de ses œuvres complètes en Pléiade en 1972. Sans dire qu’il avait signé la petite biographie introductive, il l’écrivit en entier ou plutôt il la réécrivit totalement, arrangeant ceci, modifiant cela, inventant tel ou tel point et toujours à son plus grand avantage – que cet avantage soit personnel ou politique. Quant aux lettres du volume, il alla jusqu’à en écrire certaines complètement ou partiellement, en 1970, alors qu’elles étaient supposées avoir été envoyées dans les années 1920. Si ces réécritures eussent portées seulement sur les rudesses du climat ou les beautés des paysages chinois, cela n’aurait pas beaucoup d’importance.

Saint-John Perse, pseudonyme d'Alexis Léger, est un poète et diplomate français, né le 31 mai 1887 à la Guadeloupe
Saint-John Perse, pseudonyme d’Alexis Léger, est un poète et diplomate français, né le 31 mai 1887 à la Guadeloupe

La postérité pourrait mettre ces arrangements avec la vérité sur le compte des innombrables coquetteries des auteurs – et Dieu sait que ces derniers n’en manquent pas. Mais, pour avoir été diplomate, et l’un des plus importants de l’entre-deux guerre, ces lettres évoquent la situation politique de l’Asie ou la position à adopter face à la montée des périls. Tout est alors faussé, biaisé, différent des jugements alors portés sur les situations politiques de l’époque. Le diplomate apparaît alors plus lucide, plus sûr de son jugement, plus assuré de l’avenir.

Comment ne le serait-il pas quand on connaît déjà l’avenir ?

Bien des gens savaient les supercheries de Saint-John Perse. D’autres s’en doutaient. Certains n’osaient pas en parler compte tenu de la position du poète-diplomate ayant obtenu le prix Nobel sans doute plus pour les qualités diplomatiques du poète que pour les qualités poétiques du diplomate. Mais personne n’avait mené l’enquête d’une manière sérieuse, exhaustive, complète. Renaud Meltz, à force de travail, d’assiduité et d’accumulations de preuves, devient l’Hercule Poirot de ces mensonges en cascades, accumulés les uns derrière les autres qui finissent par faire une légende ou une illusion d’optique littéraire. Longtemps elles furent une légende. Elles sont désormais, grâce à cette biographie, aussi une illusion d’optique. A chacun de choisir entre la légende et la vérité.

Alexis Léger (et non Saint-Léger Léger) né en 1887 à Pointe-à-Pitre (et non sur « l’îlot de Saint-Léger les feuilles » comme indiqué dans la Pléiade fut diplomate et devient même, à partir de 1933, secrétaire général du ministère des affaires étrangères – poste nodal au quai d’Orsay, le plus élevé pour un fonctionnaire. En 1939, Paul Raynaud, et non Vichy, le démit de ses fonctions. Réfugié à Washington pendant la guerre, il s’acharna contre de Gaulle et fit tout pour le discréditer aux yeux de Roosevelt. Jusqu’en 1957, entretenu par ses amis, il resta aux Etats-Unis.

Après s’être fait offrir une maison sur la presqu’île de Giens par une riche admiratrice américaine, il en épousa une autre, moins fortunée. La légende dit qu’il opta pour le silence et le retrait. En réalité, il œuvra, en sous-main, pour que son œuvre poétique soit reconnue. Il prit contact avec les uns et les autres, écrivit à René Char, à Claudel (qui se fit tirer l’oreille pour écrire un article sur lui). Quand il reçut le prix Nobel, en 1960, il fit l’étonné alors qu’il avait fait jouer toutes ses relations, surtout diplomatiques, pour l’obtenir. Mais le plus étonnant dans toute cette affaire, est qu’il laissa toutes les preuves, tous les documents, toutes les traces. Est-ce à dire qu’il attendait celui qui allait le démasquer et démontrer, aux yeux de tous, qu’il était plus génial que génial dans la mystification ? C’est l’hypothèse que nous pouvons faire. Dés lors, Renaud Meltz est le disciple que Saint-John Perse attendait – loin des disciples suiveurs ou des dévots soucieux de ne jamais toucher à la statue. C’est ce qui rend cette biographie d’autant plus intéressante.

Saint-John Perse est altier ; Alexis Léger affabulateur. Reconnaissons au second une vertu : celle d’avoir été, avant l’heure, romancier de lui-même. Il pratiqua avec maestria l’auto-fiction.

En savoir plus :

Site web consacré à Saint-John Perse

Signalons aussi que ce livre a été distingué par le Prix Maurice Beaumont 2008 (dont le jury est présidé par Jean Tulard, de l’Académie des sciences morales et politiques). Par ailleurs, Mr Meltz étant Maitre de Conférences dans un territoire éloigné, ce prix lui sera remis officiellement en juin 2009 lors de l’Assemblée Générale de l’Association des Amis de Maurice Baumont , dont le Président est Mr Jean Baechler, de l’Académie des sciences morales et politiques. Cette précision est dûe à notre auditeur Jacques Delpy, Trésorier de ladite Association et nous l’en remercions.






© Canal Académie - Tous droits rééservés

Notez cette émission :

Commentaires