Economie et finances de l’Empire (2/7)

avec Thierry Lentz et Emmanuel de Waresquiel
Napoléon et l’Empire, les années charnière 1808 et 1809. Une série proposée par Françoise Thibaut en partenariat avec la Fondation Napoléon, Thierry Lentz, Emmanuel de Waresquiel, Jacques-Olivier Boudon et Jean Tulard, de l’Académie des sciences morales et politiques. Dans cette deuxième émission, les intervenants s’interrogent sur les moyens de financer les coûteuses guerres napoléoniennes.


T�l�charger le fichier sur votre ordinateur
Références Émission afficher
Émission proposée par : Françoise Thibaut
Référence : HIST509
Adresse directe du fichier MP3 : https://www.canalacademie.com/emissions/hist509.mp3
Adresse de cet article : https://www.canalacademie.com/ida3554-Economie-et-finances-de-l-Empire-2-7.html
Date de mise en ligne : 18 janvier 2009

En 1808, le 9 janvier, c’est l’entrée en Espagne en vue de consolider le Blocus continental. Cela a-t-il été longuement préparé ?

Lancier cosaque, par l’artiste Vernet
Lancier cosaque, par l’artiste Vernet

La guerre reprend, et fin 1808, on se bat également à l’est, avec début 1809 la victoire d’Eckmul qui permet d’entrer à Vienne... est-ce la fin de l’Empire romain germanique ? Disons qu’il y a un « avant » et un « après » Napoléon : l’Empire autrichien change de nature car il a encore un siècle d’existence après le Congrès de Vienne.

Revenons à 1808 : ces guerres rassemblent des moyens et des unités de plus en plus importants : comment est-ce financé ? Quels sont les revenus tirés des pays vaincus ou occupés ?

Comme le dit Thierry Lentz : « Un Etat ne peut pas avoir de politique sans finances et il ne peut avoir que la politique que lui permette ses finances ! ».

Carle Vernet, académicien des beaux-arts (élu en 1815), par l'artiste Lefèvre Robert (1758 - 1830)
Carle Vernet, académicien des beaux-arts (élu en 1815), par l’artiste Lefèvre Robert (1758 - 1830)

Napoléon est un homme d’argent, il le connaît bien et sait en gagner beaucoup. Il a su créer un système fiscal moderne pour pouvoir avoir les moyens de ses ambitions. Bien qu’il laisse en 1814 le pays dans le même état financier qu’il l’a trouvé au début, entre temps, il a réussi a conduire plusieurs guerres sans mettre en péril le pays. Pour se faire, il met en place en 1809 une fiscalité moderne par la reconstitution de contributions indirectes. Pour Napoléon : « L’Etat idéal est celui qui fonctionnerait avec très peu d’impôts directs ».

Même si la guerre nourrit la guerre, à la fin de la campagne de Russie le bilan est affreux : la guerre n’a pas payé la guerre et le déficit de 500 millions est essentiellement dû au coût de la dite guerre. A tel point que la grande armée reste à l’étranger (en Prusse précisément) pendant près de 3 ans !

- Achetez le beau-livre Armorial du Premier Empire par Philippe Lamarque

En savoir plus :

Carle Vernet est un peintre, dessinateur et lithographe français. il inaugura, avec Gros, la peinture militaire, et il excella dans les chasses, les petits métiers de Paris et les scènes populaires. Lorsque, visitant le Salon de 1808, Napoléon Ier eut admiré le Matin d’Austerlitz, sans doute la meilleure toile de Carle Vernet, il lui remit la Croix de la Légion d’honneur. Les deux hommes se connaissaient déjà bien, puisque Carle Vernet avait accompagné l’Empereur, alors Premier Consul, pendant la campagne de Marengo. L’impératrice Joséphine lui dit : « Il est des hommes qui trainent un nom ; vous, Monsieur Vernet, vous portez le vôtre ».






© Canal Académie - Tous droits rééservés

Notez cette émission :

Commentaires