Le microcrédit ou l’argent solidaire

avec François De Witt, président de Finansol
Epargne et solidarité sont-ils compatibles ? On peut se le demander : l’épargnant cherche à s’enrichir tandis que le donateur accepte de s’appauvrir quelque peu. La preuve ? Sur plus de 40 millions d’épargnants et plus de 7 millions de donateurs, moins de 300 000 Français pratiquent l’épargne solidaire. Et le total des encours de cette épargne comptabilisée par le baromètre Finansol était de l’ordre de 1,3 milliard d’euros fin 2006, pour un patrimoine financier des ménages qui dépasse les 3 000 milliards. L’épargne solidaire, une goutte d’eau dans l’océan ? La semaine de l’épargne solidaire se tient du 18 au 25 octobre 2008. Elle fêtera ses dix ans en 2012.


T�l�charger le fichier sur votre ordinateur
Références Émission afficher
Émission proposée par : Virginia Crespeau
Référence : ecl510
Adresse directe du fichier MP3 : https://www.canalacademie.com/emissions/ecl510.mp3
Adresse de cet article : https://www.canalacademie.com/ida3547-Le-microcredit-ou-l-argent-solidaire.html
Date de mise en ligne : 19 octobre 2008

D’aucuns pourraient conclure à son inutilité. À tort. N’oublions pas, d’abord, que la naissance de l’épargne solidaire est récente, puisqu’elle remonte à vingt-cinq ans à peine. Deuxièmement, son taux de croissance est spectaculaire, puisque le volume de cette épargne a doublé en deux ans. L’idée d’associer une épargne à un acte citoyen progresse rapidement dans les esprits.
En pratique, cette épargne se traduit aujourd’hui soit par le partage des gains entre épargnants et acteurs solidaires (sur des livrets ou des sicav), soit par l’investissement direct chez les "financeurs" solidaires.
En somme, un nombre croissant de Français n’éprouvent aucune gêne à associer l’épargne et le don. Ce constat est d’autant plus encourageant que la diffusion des outils d’épargne solidaire reste encore limitée. Que ce soit aux guichets des banques (via les livrets), dans les entreprises (via l’épargne salariale) ou par l’intermédiaire des organisations de l’économie sociale, ses potentialités paraissent considérables. Tant mieux !

François Dewitt
François Dewitt

Fondée sur un principe de responsabilité et de fraternité, l’épargne solidaire se caractérise par le choix de l’épargnant de mobiliser son épargne au bénéfice d’activités ayant une utilité sociale. Cette démarche s’appuie soit sur des placements d’épargne dont tout ou partie des actifs est investi dans des entreprises ayant une utilité forte sociale (investissements solidaires), soit sur des placements d’épargne dont tout ou partie des revenus est donné à une œuvre d’intérêt général (placements de partage).
Ainsi, des chômeurs de longue durée ou bénéficiaires des minima sociaux peuvent créer leur entreprise ou un emploi, des familles en situation précaire peuvent se loger, des projets environnementaux comme le développement des filières bio voient le jour et, enfin, des centaines de milliers de personnes dans les pays du Sud ou de l’Est bénéficient de cette épargne à travers le commerce équitable ou le microcrédit.
L’énergie doit circuler bilatéralement : l’engagement généreux des épargnants plaçant leur épargne au bénéfice d’activités ayant une utilité sociale et d’autre part, et l’engagement social des organisations porteuses des investissements.
366 millions c’est, en euros, le montant des investissements solidaires pour 2007. Un résultat en forte progression (+ 86 millions d’euros) dans quatre secteurs d’activité principaux : emploi, social et logement, environnement, solidarité internationale.
Plusieurs millions de microcrédits ont pu être accordés avec l’appui des finances solidaires, à travers le financement local de 900 institutions de micro finance, dans près d’une centaine de pays.

En France, 155 000 emplois ont pu être créés avec l’appui des finances solidaires, pour des personnes en situation de grande exclusion. 9 000 familles traversant une période de précarité ont pu être logées.

La progression de l’épargne solidaire est donc en nette progression en matière de :

Emploi :
Insertion par l’activité économique
Revitalisation des quartiers et des territoires en difficulté
Egalité des chances

Social et logement
Insertion par le logement
Entraide et santé
Droits de l’homme
Culture

Environnement
Filières biologiques
Energies renouvelables
Protection de la nature

Solidarité internationale
Commerce équitable
Microcrédit
Humanitaire

Qu’est-ce que le label Finansol ?
Le label Finansol repose sur des critères de solidarité et de transparence. Il garantit aux épargnants qu’ils contribuent au financement d’activités génératrices d’utilité sociale. Il atteste de l’engagement de l’intermédiaire financier à offrir à ses souscripteurs une information fiable, régulière et claire sur le produit d’épargne labellisé. Le label Finansol est attribué pour une période indéterminée ; la conformité aux critères faisant l’objet d’un contrôle annuel par le comité indépendant du label.

Evènement :

Jusqu’alors organisée chaque année au sein d’une région spécifique, la semaine de l’épargne solidaire fait peau neuve en 2008 : dimension nationale, campagne de communication plus offensive, réalisation simultanée dans toute la France... L’évènement se tient du 18 au 25 octobre 2008.

Sont notamment au programme :
- Des expositions photos « les Visages des finances solidaires » (portraits de créateurs, associations et projets qui ont vu le jour ou se sont développés grâce aux finances solidaires) ;
- Des conférences généralistes et thématiques sur les finances solidaires ;
- Des visites guidées d’entreprises soutenues ;
- L’organisation de marchés « solidaires »...

Retrouvez le programme complet sur finansol.org

Les membres de Finansol

Les membres de Finansol travaillent au cœur des circuits des finances solidaires en développant ou gérant des produits d’épargne solidaire, collectant l’épargne solidaire et la réutilisant pour financer des projets solidaires.

Ils sont répartis en quatre collèges :
- Le premier collège rassemble des institutions financières solidaires (associations, fondations, sociétés de capital risque, sociétés financières, clubs d’investisseurs, sociétés foncières...) ;
- le deuxième, des établissements financiers engagés dans une démarche de solidarité (banques et compagnies d’assurance) ;
- le troisième, des institutions et personnalités qualifiées ;
- le quatrième, les personnes morales et les collectivités locales qui soutiennent les buts de l’association.

François Dewitt est polytechnicien. Ancien rédacteur en chef de la revue Mieux Vivre Votre Argent, il est depuis trente-cinq ans un spécialiste réputé des questions financières. France Info diffuse quotidiennement sous forme d’édito ses conseils d’expert en économie. François Dewitt est l’actuel directeur de l’association Finansol, association créée en 1995 et qui fédère les organisations de finance solidaire en France ( en 2012 il est président de Finansol).






© Canal Académie - Tous droits rééservés

Notez cette émission :

Commentaires