Le Club

Découvrez le club Canal Académie et créez votre compte dès maintenant pour profiter des avantages, des exclusivités, des services...

Découvrir le Club

Commerce et déficit

Mot pour mot, la rubrique de Jean Pruvost

Si le mot commerce vient du latin, c’est qu’on a commercé, négocié, de tout temps ! Mais le commerce peut être empreint de pessimisme ou d’optimisme comme l’explique notre lexicologue Jean Pruvost. Quant à déficit, avec ou sans accent, avec un "s" ou sans, il exprime un manque plus ou moins important. Et découvrez le conseil de Léonard de Vinci.


Bookmark and Share

Jean Pruvost, lexicologue, nous livre l’étymologie des mots : «commerce» et «déficit» !


Le commerce ne va plus ?

«Le commerce ne va plus. Le commerce n’est plus bon». Contre toute attente, pareils exemples, empreints d’un pessimisme de saison, ne sont pas tirés d’un dictionnaire d’aujourd’hui, mais bel et bien de notre premier Dictionnaire françois, celui de Richelet en 1680. Ainsi, pour sa première définition officielle, le commerce est-il déjà référencé sous de mauvais auspices.

La commerque, comme l’on disait au Moyen Âge, vient d’un mot composé latin construit à partir de merx, marchandise, et de cum, avec, désignant ainsi le lieu où l’on rassemblait les marchandises pour les négocier. C’est donc tout naturellement que le mot prit le sens de négoce, mais aussi dès le XVIe siècle, de fréquentation, négocier supposant en effet une relation humaine. C’est ainsi qu’au XVIIe siècle, on pouvait tantôt avoir commerce agréable avec une personne d’esprit, tantôt avoir « commerce d’impudicité », avec notamment «une bonne gaillarde qui aime à se réjouir»… On avait aussi «commerce de lettres», littéraire, ce qui annonce le commerce électronique, moins poétique. En 1964, paraissait un ouvrage d’Elmer et Leterman intitulé: «La vente commence quand le client dit : Non». Il faut donc être résolument optimiste !



Déficit(s) et fissures d’un vieux mur

La première attestation du mot deficit date de 1560, en tant que pièce manquant à un inventaire, ce que confirme Furetière dans le Dictionnaire universel (1690) en rappelant que ce mot «latin et indéclinable» se «met à côté des articles d’un inventaire». Venu du latin(...)


© Canal Académie - Tous droits réservés

Notez cette émission :

Pour poursuivre la lecture de cet article et écouter cette émission,
devenez membre du Club pour 25€ par an seulement ! abonnez-vous ici Déjà abonné ? identifiez-vous

Commentaires