Les nouveaux enjeux de la biosécurité

Par Henri Korn de l’Académie des sciences
Canal Académie vous propose d’écouter la retransmission de la conférence d’Henri Korn de l’Académie de sciences, spécialiste de neurosciences et en particulier des transmissions synaptiques, qui présente de nouveaux enjeux pour la biosécurité.


T�l�charger le fichier sur votre ordinateur
Références Émission afficher

Référence : COL378
Adresse directe du fichier MP3 : https://www.canalacademie.com/emissions/col378.mp3
Adresse de cet article : https://www.canalacademie.com/ida3510-Les-nouveaux-enjeux-de-la-biosecurite.html
Date de mise en ligne : 12 octobre 2008


Le vendredi 30 mai 2008, l’Académie des sciences morales et politiques a organisé la rencontre des "Trinômes académiques" à l’occasion de leur 20e anniversaire, placé sous le parrainage du Premier ministre François Fillon.
Au cœur de la rencontre cette année, trois thèmes ont réuni le public : le bilan de l’expérience depuis 20 ans, l’appréhension des guerres et conflits au XXIe siècle et l’enseignement des questions de Défense à l’université.
Canal Académie vous propose d’écouter la retransmission de la conférence d’Henri Korn de l’Académie de sciences, spécialiste de neurosciences et en particulier des transmissions synaptiques, qui présente de nouveaux enjeux pour la biosécurité.

Pour la mise en œuvre d’une politique gouvernementale de sécurité

Henri Korn, professeur honoraire à l’Institut Pasteur et membre de l’Académie des sciences présente un résumé des travaux du comité qu’il préside « Sciences et sécurité » au sein de l’Académie des sciences. Ces réflexions font l’objet d’un rapport , Les menaces biologiques, à paraître prochainement au PUF. L’intérêt est d’alerter les autorités gouvernementales, la communauté scientifique et le grand public sur les enjeux de la biosécurité dans le cadre d’une démarche commune à toutes les académies des sciences du monde entier.

Les progrès des sciences de la vie peuvent être détournés de leur objet et s’ils sont dévoyés ou mis au service de groupe terroriste. Aujourd’hui, il est très difficile de faire la différence entre une pandémie naturelle et une pandémie d’origine criminelle. Des campagnes de vaccins pourraient être détournées. Les risques sont étendus.

En 2002, la Croix-Rouge a lancé un appel visant à développer « une culture de responsabilité cohérente avec le développement de l’éthique scientifique et des lois existantes ». Depuis, de nouveaux accords au sein de la communauté scientifique ont vu le jour en 2005. Mais pour Henri Korn, il s’agit d’aller plus loin. Les liens entre la communauté scientifique et celle de Défense, complètement interrompus dans les années 1990, se rétablissent aujourd’hui.

Mais comment concilier la liberté de recherche et les risques terroristes ? La nécessité de réfléchir parallèlement aux questions scientifiques et juridiques s’impose. Henri Korn suggère la création d’un forum international pour mettre en place une organisation de contrôle et de consultation sur les publications scientifiques.

Quelles sont les conventions internationales contre la prolifération des armes biologiques et surtout quelles en sont les limites ? Henri Korn évoque deux accords historiques, celui de 1925 et celui de 1972. Comment établir une frontière nette entre coopération à des fins pacifiques et coopération à des fins militaires ou terroristes ? Si les destructions d’armes biologiques sont prévues par les conventions, les États signataires ne sont tenus, ni de les déclarer, ni d’apporter la preuve de leur élimination. Henri Korn étudie les risques, les tensions et les incertitudes qui pèsent sur la recherche dans ces conditions et les solutions qui peuvent être envisagées.

A propos des Trinômes académiques

Créés en 1987, les "trinômes" ont pour objet d’assurer une formation en matière de Défense à l’attention des personnels de l’Éducation nationale. Depuis 1988, chacune des académies de l’Éducation nationale a mis en place un trinôme. Il s’agit d’un dispositif qui réunit sous l’autorité du recteur d’académie, un représentant de l’autorité militaire, un représentant de l’Institut des Hautes Études de Défense nationale (IHEDN) et un représentant désigné par le recteur. L’objectif reste de former les jeunes à la Défense depuis la suppression du service national. Les protocoles Défense-Éducation nationale s’élargissent depuis 2007 à l’enseignement supérieur.

En savoir plus :

- Henri Korn de l’Académie des sciences
- Institut des Hautes Études de Défense nationale (IHEDN)
- Ministère de l’Éducation nationale






© Canal Académie - Tous droits rééservés

Notez cette émission :

Commentaires