Le Club

Découvrez le club Canal Académie et créez votre compte dès maintenant pour profiter des avantages, des exclusivités, des services...

Découvrir le Club

Tirez les premiers !

Une allusion historique, par Jean-Claude Bologne
Si l’expression "Messieurs les Anglais, tirez les premiers" remonte à la bataille de Fontenoy, sa ponctuation fait encore couler de l’encre et l’on présuppose que Voltaire, la rapportant, l’a quelque peu enjolivée. Elle est volontiers utilisée aujourd’hui avec humour pour des affrontements courtois. Jean-Claude Bologne la replace ici dans son contexte historique.


T�l�charger le fichier sur votre ordinateur
Références émission afficher
Émission proposée par : Jean-Claude Bologne
Référence : HIST506
Adresse directe du fichier MP3 : https://www.canalacademie.com/emissions/hist506.mp3
Adresse de cet article : https://www.canalacademie.com/ida3489-Tirez-les-premiers.html
Date de mise en ligne : 16 novembre 2008

« Foot UEFA : Auxerrois, tirez les premiers ! », s’exclame un journaliste sportif... Ainsi annonce-t-on encore, avec une pointe d’humour, un affrontement qui ne fait pas oublier la plus élémentaire des courtoisies.

L’expression remonte à la bataille de Fontenoy, le 11 mai 1745, et les circonstances dans lesquelles elle fut prononcée ont été rapportées par Voltaire dans son Précis du siècle de Louis XV. Elles sont corroborées par les acteurs du temps, mais la version de Voltaire a été quelque peu enjolivée. Quant à son interprétation, c’est une autre histoire.

La bataille de Fontenoy se situe durant la guerre des Flandres, sous Louis XV. La victoire remportée par le maréchal de Saxe, commandant les troupes françaises et irlandaises, sera décisive. Lorsque son armée rencontre les troupes anglaises et hollandaises, le Comte d’Anterroches et le capitaine Charles Hay procèdent aux salutations d’usage. Le capitaine Hay a donné sa version à son frère dans une lettre écrite trois semaines après la bataille. Il aurait bu à la santé des Français et plaisanté sur leur récente défaite. Du côté français, les témoignages sont plus tardifs : le marquis de Valfons, lieutenant général des armées du roi, rapporte un dialogue hélas publié en 1860 par son petit-neveu, et sans doute influencé par la version romanesque de Voltaire, publiée en 1768. Lord Hay se serait avancé vers les troupes française et leur aurait proposé d’ouvrir le feu. Anterroches aurait rétorqué : « Non, Monsieur, nous ne tirons jamais les premiers » ou, dans la version de Voltaire : « Messieurs, nous ne tirons jamais les premiers : tirez vous-mêmes ! » Les Anglais ont donc ouvert le feu et massacré les premières lignes françaises, mais ils ont été pris en tenaille par les troupes du maréchal de Saxe. Belle exemple de la courtoisie française, à laquelle la perspective de la mort ne peut faire renoncer. En fait, il reflète une tactique exprimée par le maréchal de Saxe lui-même dans des notes prises en 1732 pour ses Rêveries : un bataillon « qui s’est amusé à tirer » sera désavantagé par rapport à celui « qui a conservé son feu ». Le temps pris pour recharger les armes et pour laisser se dissiper la fumée peut en effet être mis à profit pour enfoncer les lignes... Le comte d’Anterroches n’aurait donc fait qu’appliquer les consignes du maréchal.

Pourtant, cinq ans après la bataille, le maréchal de Saxe semble bien avoir changé d’opinion sur cet usage. Désormais, et peut-être instruit par les pertes inutiles de Fontenoy, il se déclare défavorable à cette tactique qu’il attribue à un pur point d’honneur. Le changement d’opinion plaide en tout cas pour l’application de cette tactique durant la bataille. Comme elle n’était plus de mise à l’époque où Voltaire écrivit son Précis du Siècle de Louis XV, elle a pu être comprise comme un trait de courtoisie.

Si l’expression souligne encore la courtoisie des adversaires lors d’un engagement amical, l’ironie est toujours perceptible : on garde en mémoire la victoire finale de ceux qui se sont laissé mitrailler. Un humoriste n’a-t-il pas, d’ailleurs, renversé du tout au tout le sens de la phrase en y ajoutant une simple virgule ? « Tirez les premiers, messieurs, les Anglais. » Il s’agissait dès lors d’inviter les Français à tirer leurs adversaires comme des lapins.






© Canal Académie - Tous droits rééservés

Notez cette émission :

Commentaires