La famille, une affaire publique

Selon Evelyne Sullerot et son rapport pour le Conseil d’analyse économique
Evelyne Sullerot présente son rapport sur la crise de la famille, établi avec Michel Godet pour le Conseil d’analyse économique, présidé par le Premier Ministre : pas moins de 12 mesures politiques pour assurer le renouvellement des générations...


T�l�charger le fichier sur votre ordinateur
Références Émission afficher
Émission proposée par : Hélène Renard
Référence : ecl068
Adresse directe du fichier MP3 : https://www.canalacademie.com/emissions/ecl068.mp3
Adresse de cet article : https://www.canalacademie.com/ida323-La-famille-une-affaire-publique.html
Date de mise en ligne : 27 janvier 2006

Le vieillissement de la population observé en Europe a deux causes :
- la baisse du taux de fécondité,
- la hausse de l’espérance de vie.

Le renouvellement des générations n’est plus assuré et il y a de moins en moins de jeunes pour payer la retraites des anciens, de plus en plus nombreux. La France est moins touchée par ce phénomène que ses partenaires européens, mais elle n’est pas épargnée.

Michel Godet et Evelyne Sullerot considèrent que c’est le développement durable de nos sociétés qui est en danger. Ils plaident en conséquence pour un renforcement de la politique familiale. La famille doit être mieux soutenue car c’est une institution efficace comme lieu d’investissement en capital humain et social. Il s’agit, en outre, dans un souci d’équité, d’atténuer le phénomène de paupérisation des familles, et notamment des familles nombreuses.

Les auteurs soulignent que la collectivité ne compense pas le coût des enfants. Ils proposent, en conséquence, des mesures fiscales de soutien au revenu, dont la familialisation de la CSG. Des dispositifs permettant une meilleure conciliation des vies professionnelle et familiale et une politique d’immigration choisie doublée d’une politique d’intégration volontariste font également partie du menu des recommandations.

Bibliographie La famille, une affaire publique, Ed. Doc Franc Insee Jo Cereq Certu (1 novembre 2005)

A propos de Michel Godet

Michel Godet, né en 1948, est Professeur au Conservatoire National des Arts et Métiers (titulaire de la Chaire de Prospective Industrielle) où il dirige aussi le LIPSOR (Laboratoire d’Investigation en Prospective, Stratégie et Organisation). Il participe activement à la réflexion publique au sein du Conseil d’Analyse Economique (Cae) rattaché au Premier Ministre, du Conseil Economique de la Nation rattaché au Ministre de l’Economie, du Haut Conseil de la Population et de la Famille auprès du Président de la République. Par ailleurs, il est aussi Administrateur du groupe Bongrain et membre élu de l’Académie des Technologies.

Ces dernières années il est intervenu comme consultant en prospective et stratégie auprès de nombreuses entreprises comme (Aéroport de Paris, AXA, Bongrain, Boulanger, BASF, Société Générale, BIPE, Crédit Mutuel, Décathlon, Presse Régionale, Société Générale, SPIE Trendel, auprès de collectivités locales, d’administrations nationales (Défense, Éducation, Transport aérien, Emploi, Logement) et internationales. Il intervient aussi depuis 1988 au sein de l’APM (Association Progrès du Management).

Michel Godet a participé à plusieurs missions officielles : en 1986, pour la mission "Education et société pourdemain" comme rapporteur auprès de Jacques Lesourne, en 1993, à la Commission Mattéoli sur les “obstacles structurels à l’emploi”. en 1994- 1995 à la Commission Travail et emploi à l’horizon 2015 présidée par Jean Boissonnat au Commissariat Général du Plan, en 1994-1995 à la mission, présidée par Monsieur Jacques Douffiagues, sur “ La desserte aéroportuaire du grand bassin parisien d’ici à 2030 ”.

En 1996, il a été chargé par le Ministre du travail et des affaires sociales d’animer une mission informelle sur les initiatives locales de développement, il a remis un rapport intitulé : « De l’activité à l’emploi par l’insertion » .En 2000, suite à ces réflexions, le Cnam a créé le Centre National de l’Entrepreneuriat basé en Lorraine, chargé notamment de mettre en synergie dans le cadre du réseau du Cnam les initiatives de développement d’activités nouvelles. En 2004-2005, au titre du Cae, il a rédigé avec Evelyne Sullerot, un rapport sur : la Famille, une affaire publique (Publié à la Documentation française fin 2005) . Il anime aussi au sein de la Datar un groupe de travail sur L’impact du vieillissement sur l’activité des entreprises dans les territoires.

Michel Godet est Président d’honneur, co-fondateur de l’ISMER à Vendôme où il a longtemps vécu. Cet institut de développement d’activités nouvelles et d’accompagnement d’entrepreneurs porteurs de projets dormants a permis la création de plusieurs centaines d’emplois depuis 1995 et la réinsertion d’autant de chômeurs.

Depuis 2003 il s’est lancé avec un club d’entreprises sponsors et l’appui des affaires étrangères dans la mise à disponible mondiale et gratuite des fondamentaux de la prospective (ouvrages épuisés, documents introuvables) ainsi que des logiciels de prospective (Ateliers, jeux d’acteurs, scénarios). Le tout sur Internet en trois langues sur le site site web du CNAM.

Michel Godet a publié une quinzaine d’ouvrages traduits en plusieurs langues. Son livre Emploi : le grand mensonge aux éditions Pocket a été vendu à plus de 45 000 exemplaires. Il a aussi publié en 2004 chez Dunod la troisième édition du Manuel de prospective stratégique en deux tomes « Une indiscipline intellectuelle » et « L’art et la méthode ». Une version adaptée au monde anglo-saxon : Creating Futures : Scenario-planning as a strategic management tool a été publiée en 2001 chez Economica-Brookings. Son dernier livre, Le choc de 2006 publié chez Odile Jacob a obtenu le Prix du livre d’économie. La deuxième édition est sortie en poche en septembre 2004.

A propos d’Evelyne Sullerot

Sa carrière

- Professeur (1947-49)
- Fondatrice (1955) et Secrétaire générale (1955-58) puis Présidente d’honneur du Mouvement français pour le planning familial
- Chercheur au Centre d’études des communications de masse de l’Ecole pratique des hautes études (1960-63)
- Professeur à l’Institut français de presse (1963-68)
- Professeur à l’université libre de Bruxelles (1966-68)
- Expert auprès des Communautés économiques européennes (1969-92) et auprès du Bureau international du travail (1970)
- Chargée de cours à la faculté des lettres de Paris-Nanterre (1967)
- Membre du Conseil économique et social (1974-89)
- Fondatrice et Présidente des centres Retravailler
- Membre de la commission nationale consultative des droits de l’Homme (1986-99)
- Correspondant de l’Académie des sciences morales et politiques (1999)
- Ancien membre de la Commission française de l’Unesco.

Ses œuvres

- La Presse féminine (1963)
- La Vie des femmes (1964)
- Demain les femmes (1965)
- Aspects sociaux de la radiotélévision (1966)
- Histoire de la presse féminine des origines à 1848 (1966)
- Histoire et sociologie du travail féminin (1968)
- Le Droit de regard, la Femme dans le monde moderne (1970)
- L’Emploi des femmes et ses problèmes dans les pays de la CEE (rapport, 1972)
- Les Françaises au travail (1973)
- Les Crèches et les équipements d’accueil pour la petite enfance (en coll., 1974)
- Histoire et mythologie de l’amour (1976)
- Le Fait féminin (1978)
- L’Amant (1981)
- Le Statut matrimonial et ses conséquences juridiques, fiscales et sociales (1984)
- Pour le meilleur et sans le pire (1984)
- L’Age de travailler (1986)
- L’Enveloppe (1987)
- Les Problèmes posés par la toxicomanie (1989)
- Quels pères ? Quels fils ? (1992)
- Alias (1996)
- Le Grand remue-ménage, la Crise de la famille (1997, rééd. 2000)
- Diderot dans l’autobus (2001)
- Silence (2004)
- Diverses recherches sociologiques pour l’Unesco, l’OCDE, la Communauté économique européenne et le Bureau international du travail.

A propos des rapports du Conseil d’analyse économique

Les rapports du Conseil sont préparés par un ou plusieurs de ses membres, éventuellement en collaboration avec des auteurs extérieurs, et souvent avec l’appui d’un groupe de travail. Ils donnent ensuite lieu à une première discussion en séance plénière. Des membres du Conseil, usuellement deux, sont désignés pour ouvrir le débat en qualité de "discutants". Après cette séance, les auteurs élaborent une seconde version de leur rapport, qui est présentée au Premier ministre (ou, dans certains cas, au Ministre des Finances) au cours d’une séance qu’il préside. Le rapport est ensuite publié à la documentation française accompagné des commentaires des discutants.

Écoutez nos autres émissions en compagnie d’Évelyne Sullerot






© Canal Académie - Tous droits rééservés

Notez cette émission :

Commentaires