L’étonnante figure du baron de Saint-Castin

et les enjeux franco-anglais au XVIIe siècle en Nouvelle-France
Rencontre avec la figure historique du baron de Saint-Castin (1652-1707) qui débarqua à Québec à 13 ans, se fit chef amérindien et défenseur hors-pair de l’Acadie. Devenu très vite une légende, son parcours est évoqué ici par Axel Maugey.


T�l�charger le fichier sur votre ordinateur
Références Émission afficher
Émission proposée par : Axel Maugey
Référence : PAG432
Adresse directe du fichier MP3 : https://www.canalacademie.com/emissions/pag432.mp3
Adresse de cet article : https://www.canalacademie.com/ida3139-L-etonnante-figure-du-baron-de-Saint-Castin.html
Date de mise en ligne : 29 juin 2008


Jean-Vincent d'Abbadie de Saint-Castin (1652-1707)
Jean-Vincent d’Abbadie de Saint-Castin (1652-1707)

L’histoire de cet étonnant baron est étroitement liée à celle de l’Acadie au XVIIe siècle.
Or, comme le souligne Axel Maugey, il est étonnant de constater à quel point l’histoire du Canada est encore peu connue. Il faut sans cesse rappeler le courage des Champlain, Frontenac, La Salle, Iberville, Jeanne Mance, et tant d’autres, parmi lesquels Saint-Castin, une légende, un homme d’exception, un combattant qui a su influencer le cours des choses.

Avec son régiment, le Carignan-Salières, âgé de 13 ans, le jeune Castin débarque à Québec en 1665. Il ne connaît rien du pays sauvage qui l’accueille. Rapidement, il comprend que pour survivre, il faut adopter les vêtements indiens de cuir dur et imperméable, porter des mocassins, faire comme les Canadiens, de fameux coureurs des bois.
Il s’installe en Acadie et se lie aux indiens Abénaquis. A cause de son courage, il acquiert un énorme prestige. Il devient commerçant tout en défendant la frontière française de l’Acadie.

couple d'indiens Abénaquis.
couple d’indiens Abénaquis.

"L’habitation" qu’il construisit devint le cœur du premier village franco-abénaquis en Amérique. Par ce geste, il concrétisait la nouvelle réalité nord-américaine : un monde métissé. Au fil des années, ce Français patriote et courageux se réinventa une nouvelle vie située quelque part entre le monde sauvage des blancs et le monde civilisé des sauvages ! L’égalitarisme constituait le point central de l’organisation sociale et politique des Abénaquis.

En 1677, il se maria avec une des filles du grand chef indien Madockawando. Cette fille Melchide Misoukdkosié partagea sa vie et plusieurs enfants naquirent de leur union.

À partir de 1687, l’Acadie, zone tampon était devenue une pièce maîtresse dans une lutte gigantesque pour la possession de tout un continent.

Revenu en France, le baron mourut en 1707. En 1713, en signant le Traité d’Utretch, la France condamnait ses colons d’Amérique. Elle laissait tomber la baie d’Hudson, l’Acadie (sauf les îles Saint-Jean et Royale) et Terre-Neuve. Les Anglais obtenaient ce qu’ils avaient toujours désiré : des voies d’entrée dans le continent.

Si l’histoire du baron nous intéresse encore, c’est que c’était un homme de pouvoir. Il a joué un rôle de premier plan dans l’histoire de l’Acadie au XVIIe siècle.

En savoir plus :

- On lira avec intérêt l’ouvrage de Marjolaine Saint-Pierre : Saint-Castin, baron français chef amérindien (1652-1707) (éditions du Septentrion, Montréal, 2008).

- Axel Maugey, spécialiste des relations franco-québécoises, est l’auteur d’un essai intitulé Le privilège du français (éditions Humanitas, 2007).






© Canal Académie - Tous droits rééservés

Notez cette émission :

Commentaires