Le Club

Découvrez le club Canal Académie et créez votre compte dès maintenant pour profiter des avantages, des exclusivités, des services...

Découvrir le Club

Toucouleur : quand l’art contemporain rend hommage à l’Afrique

Visite de l’exposition "Un monde Toucouleur" à l’espace M. Landowski à Boulogne-Billancourt
Visite de l’exposition d’art contemporain « un monde Toucouleur » où artistes américains, européens et africains, évoquent l’Afrique, le plus vieux continent du monde. Identité, société, relations nord-sud, sont autant de thèmes abordés avec pudeur à travers ces toiles et ces sculptures.


T�l�charger le fichier sur votre ordinateur
Références émission afficher
Logo Art absolument


Cette exposition d’art contemporain dépasse l’idée de métissage pour laisser place à un véritable mélange des peuples, la volonté d’une fraternité autour de ses couleurs du monde. Ainsi prend tout son sens le terme « Toucouleur » qui fait référence aux tribus nomades du nord du Sénégal, se déplaçant au gré de leurs envies entre Mali, Guinée, Mauritanie et Sénégal.

Rappelons que la ville de Boulogne-Billancourt (92) a dédié cet espace culturel à Marcel Landowski qui fut membre de l’Académie des beaux arts (élu en 1975 dans la section composition musicale) et, entre autres fonctions éminentes, directeur de l’Ecole nationale de Musique de Boulogne-Billancourt (1960-1965).

Sur la cinquantaine d’œuvres exposées dans le hall de cet espace culturel, Marie-Laure Croiziers, propriétaire de ces œuvres, nous emmène à la rencontre d’une sélection artistes qu’elle affectionne.

1.Jacques Bosser, France
Yasma

Le « bleu Klein » revient beaucoup dans les œuvres que collectionne Marie-Laure Croiziers, lui rappelant ainsi les murs de Gorée de son enfance. Cette œuvre comme toutes celles exposées, sont autant de messages que nous font passer les artistes, avant même que la peinture, sculpture, n’arrivent à maturation. Leur disposition à la créativité les poussent à être en avance sur leur temps.

2. Barbara Prézeau-Stephenson, Haïti
Autoportrait

Dans cet autoportrait sous forme de masque / Barbara Prézeau originaire de Haïti se représente comme égyptienne, avec cette attitude digne qui regarde vers un ailleurs. Apparenté à l’art du Fayoum, technique qui consiste à peindre des visages sur du bois ou de la toile de lin, le bleu de type « vitraux » donne à cette toile un ton sacré.

Toute son importance réside dans le fait que la toile étant découpée, elle ne peut être encadrée. Elle demeure libre.

3. Vincent Michéa, France
Œuvre sans titre

Cette grande toile ressemble aux séries de portraits sérigraphiés d’Andy Warhol.
Vincent Michéa a mis son propre portait en scène, démultiplié en noir sur fond bleu Klein. Longtemps considéré comme la main de l’ affichiste polonais Roman Cieslewicz, Vincent Michéa est en voyage constant entre l’Afrique et l’Europe.

Sylvain LÉCRIVAIN (France) Masque africain, 2000
Sylvain LÉCRIVAIN (France) Masque africain, 2000
Plastique de récupération 206 x 15 cm

4. Sylvain Lécrivain, France
Masque africain ; plastique de récupération

Cette technique du Recup’art (concept initié par Ambroise Monod), mêle à la fois bidons, ampoules et autres bric-à-brac, pour donner vie à un masque totémique, au regard interloqué.

5. Moussa Sakho, Sénégal
Offre d’emploi

Moussa Sakho habite l’île de Gorée. Ne se sentant pas « artiste », il pense en revanche que les œuvres, en exposant à la fois les douleurs et les malheurs de la vie, doivent être d’utilité publique. Ici, c’est avec humour qu’il traite de la situation économique du Sénégal. L’œuvre, créée à partir d’une fenêtre en métal, récupérée dans une décharge, encadre des personnages naïfs. Fixés avec la technique dite du « souwer » (nom en wolof), ses personnages ne semblent pas avoir la possibilité d’échapper à leur destin.

Moussa SAKHO (Sénégal) Offre d'emploi, 2004
Moussa SAKHO (Sénégal) Offre d’emploi, 2004
Technique mixte 105 x 59 cm

6. Hans Bouman, Pays-Bas
Afrique Série

Hans Bouman, hollandais, s’est passionné pour le continent africain, ne cessant de circuler entre le Cameroun, le Mali et le Burkina. C’est en Afrique qu’il a trouvé l’inspiration, travaillant essentiellement sur les visages, à la fois autre et autoportrait mental, sur fond de matières picturales.

Hans BOUMAN (Pays-Bas) Afrique série, 1975
Hans BOUMAN (Pays-Bas) Afrique série, 1975
Technique mixte 60 x 100 cm

7. Viyé Diba, Sénégal
Rapport II

Chef de file de l’école de Dakar, il a utilisé le bois et le tissu dans cette création. Ainsi disposées, les bandelettes qui ont trempé dans des bains sacrés, rappellent les palissades des murs africains qui suent à la fois la joie et la souffrance
Cette œuvre qui se dégrade avec le temps prend également toute sa force en vieillissant, renvoyant le symbole de vie et de mort, fondamental dans l’œuvre.

Viyé DIBA (Sénégal) Rapports II, 1992
Viyé DIBA (Sénégal) Rapports II, 1992
Technique mixte 123 x 120 cm

8. Etiyé Dimma Poulsen, Ethiopie
Regards croisés

Née en Ethiopie, adoptée par des Danois Etiyé Dimma Poulsen revient à ses racines dans ses œuvres. Cette rencontre de deux êtres, à la fois proches et éloignés, au regard intense, portent également la terre craquelée d’une Afrique assoiffée.

9. Cheikhou Ba, Sénégal
Le couple

Il s’agit d’une pièce d’une installation qui en comporte 7. Marie-Laure Croiziers a fait le choix de sélectionner le couple monogame, dans une société qui reste encore polygame. Fait de pansements et de ressort de sommier, ce couple africain semble regarder l’Afrique et sa société, et attendre qu’elle se prenne en main.

Cheikhou BA (Sénégal) Le Couple, 2004
Cheikhou BA (Sénégal) Le Couple, 2004
Technique mixte 110 x 164 cm

10. Gérard Quenum, Bénin
Œuvre sans titre

Inspiré du Récup’art, Gérard Quenum a utilisé la tête d’un baigneur en plastique qu’il a repeint en noir. Son corps est une table de divination en bois, spécifique du Bénin. L’artiste nous incite à réfléchir sur la société de consommation, la place de l’Afrique et de ses traditions.

11. Monique Le Houelleur (Kaïdin), Vietnam/France
Sculpture

Artiste vietnamienne vivant en Cote d’Ivoire, Monique Le Houelleur est spécialiste du land art (art contemporain mêlant des matériaux naturels tels que le bois, la pierre…). Le caméléon gravé est une référence à Amadou Hampâté Bâ écrivain et ethnologue malien.

KAÏDIN Monique Le Houelleur (Vietnam/France) Sculpture, 1995
KAÏDIN Monique Le Houelleur (Vietnam/France) Sculpture, 1995
Bronze 40 x 20 cm

Marie-Laure Croiziers évoque également au cours de cette émission les œuvres exposés d’Ousseynou Sarr, Joesph Kurhajec, Patrice Girardet Rose Holzer.
Entrepreneur d’art et collectionneuse d’art contemporain, depuis trente ans, Marie-Laure Croiziers veille au rayonnement des arts plastiques, notamment ceux issus du continent africain. Elle promotionne ainsi le dialogue des cultures.

Joseph KURHAJEC (USA), Autoportrait, 1996
Joseph KURHAJEC (USA), Autoportrait, 1996
60 x 40 cm

En savoir plus :

L’exposition Toucouleur se déroule jusqu’au 13 juillet 2008 inclus dans le hall d’entrée de l’espace culturel Marcel Landowski à Boulogne-Billancourt. Entrée libre.






© Canal Académie - Tous droits rééservés

Notez cette émission :

Commentaires