Dans les tranchées de la Grande Guerre

avec Jean-Pierre Turbergue, éditeur des Journaux de tranchées
Jean-Pierre Turbergue nous livre quelques extraits de textes réalisés par les soldats et diffusées dans les tranchées de 14-18 pour « tuer le temps avant d’être tué ».


T�l�charger le fichier sur votre ordinateur
Références Émission afficher
Émission proposée par : Annet Sauty de Chalon
Référence : pag353
Adresse directe du fichier MP3 : https://www.canalacademie.com/emissions/pag353.mp3
Adresse de cet article : https://www.canalacademie.com/ida3055-Dans-les-tranchees-de-la-Grande-Guerre.html
Date de mise en ligne : 9 novembre 2008


Jean-Pierre Turbergue, auteur des <i>Journaux de tranchées</i>
Jean-Pierre Turbergue, auteur des Journaux de tranchées

C’est un sujet de controverse : quelle date choisir pour que tous les Français partagent une mémoire commune ?

Les jours fériés ne manquent pas mais leur signification symbolique est diverse et les avis partagés sur le 14 juillet, le 8 mai ou autres dates. Reste le 11 novembre. On observe depuis quelques années un regain d’intérêt pour la Grande Guerre, période autour de laquelle se retrouvent une majorité de Français : l’image du poilu, sorte de soldat-paysan, fort éloignée de celle du corps expéditionnaire ; les monuments aux morts dans les villages les plus reculés, témoins de l’immensité du sacrifice consenti ; la nature même du conflit (moderne par l’utilisation d’armes de destruction massive, à l’ancienne par le côté « boucherie napoléonienne »), et surtout l’héroïsme d’avoir tenu et, malgré tout, vaincu.
Pour toutes ces raisons et d’autres encore, on s’intéressera aux Journaux de tranchées que publie Jean-Pierre Turbergue, éditeur et président de l’association La Fayette, nous voilà  !. Il ne s’agit pas ici des journaux intimes de soldats mais des feuilles qu’ils publiaient et diffusaient sur le front (et aussi à l’arrière) pour « tuer le temps avant d’être tué » .

Cette production s’apparente en fait à un hymne à la vie, à l’espoir, au sursaut, à l’humour, comme si par l’écriture l’homme renversait le quotidien, ironisait sur l’horreur pour y survivre. Des plumes connues s’y sont exprimées.

Dans cet entretien, Jean-Pierre Turbergue en livre quelques extraits. Ces soldats étaient jeunes, courageux ; ils savaient écrire. La plume au fusil a tout du panache.

En savoir plus :

Jean-Pierre Turbergue, Les journaux de tranchées, éditions Italiques, 1999 ; deux ouvrages rassemblés dans un coffret intitulé « La plume au fusil »

- Retrouvez la page La Grande Guerre : toutes nos émissions






© Canal Académie - Tous droits rééservés

Notez cette émission :

Commentaires