Edgardo Carosella, pionnier de l’immunologiste du foetus pendant la grossesse

correspondant à l’Académie des sciences
Né en Argentine en 1951, Edgardo Carosella y fit ses études de médecine avant d’être invité par Jean Bernard à venir travailler auprès de Jean Dausset, deux grands noms de l’immunologie, deux grands noms de l’Académie des sciences.


T�l�charger le fichier sur votre ordinateur
Références Émission afficher

Référence : HAB346
Adresse directe du fichier MP3 : https://www.canalacademie.com/emissions/hab346.mp3
Adresse de cet article :
Date de mise en ligne : 25 mai 2008


De parents d’origine italienne et espagnole, Edgardo Carosella commence ses études à l’école normale et les poursuit chez les Jésuites. Avant de devenir médecin, il passe par la case « instituteur » et en garde une image très positive.
Sa carrière scientifique commence en 1972 à l’Institut de recherche hématologique de l’Académie nationale de médecine de Buenos-Aires. Il étudie à cette époque l’immunité cellulaire chez les malades atteints de lymphome (cancer lymphatique) et de lèpre.

Invité en 1976 par le Professeur Jean Bernard, il rejoint l’équipe du Professeur Jean Dausset à l’Institut universitaire d’hématologie à l’hôpital Saint-Louis de 1977 à 1981 . Jean Dausset est membre de l’Académie des sciences, professeur honoraire au Collège de France et Prix Nobel de médecine en 1980...

Edgardo Carosella, immunologiste, correspondant à l'Académie des sciences
Edgardo Carosella, immunologiste, correspondant à l’Académie des sciences

Edgardo Carosella décide pourtant de partir à Lyon, où il reste pendant quatre ans, de 1981 à 1985 comme chef du service d’immunologie cellulaire et humorale, à l’Institut Mérieux,
En 1986, il part passer une année sabbatique aux États-Unis, avec le Pr. Max Cooper, au Tumor Institute University of Alabama Medical Center, Birmingham (Alabama) avant de revenir l’année suivante à Lyon, où il occupe cette fois le poste de chef du département de recherche d’immunologie générale.

En 1991, on lui propose un nouveau poste à l’hôpital Saint-Louis. Après avoir consulté Jean Dausset, il accepte et devient Directeur de l’unité de recherche sur la biologie des cellules souches hématopoïétiques à l’Institut universitaire d’hématologie à l’hôpital Saint-Louis.

Il ne quittera plus dès lors l’hôpital Saint-Louis, où depuis 1995, il est chef du Service de Recherches en Hémato-Immunologie (CEA – DSV) et Directeur de recherche au Commissariat à l’Energie Atomique.

Les travaux d’Edgardo Carosella :

C’est par ses travaux sur la molécule HLA-G qu’il a contribué, de manière décisive, à la compréhension de la tolérance fœto-maternelle.
Cet antigène est présent principalement à la surface du tissu fœtal infiltrant l’utérus, d’où les antigènes HLA-A, -B, -C et -D, intervenant dans le rejet tissulaire, sont absents.
Edgardo Carosella apporte la première démonstration du rôle protecteur de la molécule HLA-G vis-à-vis des cellules cytotoxiques maternelles. Ainsi le fœtus est protégé des réactions de rejet médiées par les cellules immunes de sa mère.

Dans le domaine de la transplantation, il y a un « rejet naturel ». Edgardo Carosella a alors démontré que, dans ce contexte particulier, l’expression de la protéine HLA-G dans les organes transplantés réduisait significativement le nombre des épisodes de rejets.

Malheureusement, cette protéine HLA-G peut aussi aider les cellules cancéreuses à se développer.

Edgardo Carosella introduisit dès lors, le concept innovant de "molécule HLA de tolérance". Il a été le pionnier dans l’étude de cette molécule et il est leader mondial dans cette discipline.

En savoir plus :

Edgardo Carosella, correspondant à l’Académie des sciences

Écoutez la retransmission du colloque consacré aux transplantations : Les mécanismes de rejet en matière de greffe

Pour ses travaux, il s’est vu décerner la médaille "Blaise Pascal" 2009.






© Canal Académie - Tous droits rééservés

Notez cette émission :

Commentaires