Le télescope

Un roman de François-Pierre Nizery
Le télescope est un roman à l’atmosphère étrange qui mêle avec talent les landes bretonnes, les gondoles à Venise, la peinture abstraite, les paysages cévenoles, le désert et la Toscane mais, s’il est agencé avec une réelle intrigue, il invite aussi le lecteur à penser. Une fonction de la littérature que l’auteur, François-Pierre Nizery défend avec vigueur.


T�l�charger le fichier sur votre ordinateur
Références Émission afficher
Émission proposée par : François-Pierre Nizery , Hélène Renard
Référence : PAG418
Adresse directe du fichier MP3 : https://www.canalacademie.com/emissions/pag418.mp3
Adresse de cet article : https://www.canalacademie.com/ida2959-Le-telescope.html
Date de mise en ligne : 25 mai 2008

Voici un roman à l’atmosphère étrange à la fois par le lieu, les personnages et le sujet.

- Le lieu, la Bretagne, les landes désertes, un énorme cromlech à la mâchoire géante.

François-Pierre Nizery
François-Pierre Nizery

L’auteur, François-Pierre Nizery l’avoue : il est obsédé par le désert. Simplement parce que son nom « Nizery » signifie « désert » ? En tous cas, dans ce roman-ci, il est question de trois sortes de désert : le désert breton, le désert toscan des environs de Volterra, le désert cévenole. Mais ces déserts ne sont pas identiques, les deux premiers offrent un horizon, tandis que le troisième, terre de résistance protestante, offre une verticalité rocheuse.

- La maison est une maison de pierres grises aux volets bleus, ancien couvent de Templiers, mystérieuse elle aussi

- Les personnages, Paolo, breton et toscan à la fois, qui a tout quitté pour s’isoler et sa femme Pauline qui est d’origine cévenole et qui ne s’habitue guère à la Bretagne. Elle traduit dans sa peinture de murs verticaux « sa haine de l’horizon ». Deux personnages, qui ont choisi le repli, et dont on ne sait pas très bien s’ils sont atteints d’une sorte de folie et s’ils accèdent enfin à la sagesse. En tous cas, ils aspirent à l’harmonie du couple.

On doit ajouter aux personnages un goéland, prénommé Antoine. Et peut-être aussi le fameux télescope avec lequel Paolo observait les étoiles mais qu’il utilise bientôt pour observer la ville d’en face, toujours avide de percer l’invisible, l’au-delà du réel.

Il n’est pas interdit de penser !

Ce roman, avec une réelle intrigue, invite aussi le lecteur à penser.

Car François-Pierre Nizery défend avec énergie ce rôle de la littérature : permettre la pensée. Sur ce point, et il s’en explique ici, il se trouve en désaccord avec Jean Dutourd par exemple. Le romancier a le droit absolu de proposer une œuvre littéraire (poésie ou roman) qui incite à penser.

En savoir plus :

La sortie de ce roman le télescope est accompagnée de la réédition de deux autres romans de François-Pierre Nizery : Le Manteau blanc du Berlaymont et le Guerrier vénète. Tous les trois publiés par Riveneuve éditions.

L’ouvrage de F.P Nizery Le minéral et la fleur consacré à André Chamson est publié en 2005 chez l’éditeur Bernard Gilson à Bruxelles. Canal Académie propose deux émissions sur cet écrivain cévenol que l’on lit toujours avec émotion. Frédérique Hébrard et son père, André Chamson et André Chamson par sa fille Frédérique Hébrard






© Canal Académie - Tous droits rééservés

Notez cette émission :

Commentaires