La bataille pour le français depuis les années 1960

par Axel Maugey
Axel Maugey retrace le parcours sinueux de la francophonie dans le monde depuis les années 1960, à travers la plume de grands écrivains et linguistes tels que Claude Hagège, Auguste Viatte, René Etiamble ou encore Léopold Sédar Senghor et Marc Fumaroli, membres tous deux de l’Académie française.


T�l�charger le fichier sur votre ordinateur
Références Émission afficher
Émission proposée par : Axel Maugey
Référence : SAV257
Adresse directe du fichier MP3 : https://www.canalacademie.com/emissions/sav257.mp3
Adresse de cet article : https://www.canalacademie.com/ida2843-La-bataille-pour-le-francais-depuis-les-annees-1960.html
Date de mise en ligne : 16 mars 2008


René Étiemble (1909-2002)
René Étiemble (1909-2002)

Dans les années 1960, René Étiemble (1909-2002) s’élève contre l’américanisation du vocabulaire. Il publie Parlez-vous franglais en 1964, ouvrage décapant et excessif.

Le premier livre qui fait date sur la francophonie est d’Auguste Viatte(1901-1993), Histoire de littérature de l’Amérique française (1954). C’est ce même auteur qui réalise une synthèse enlevée de l’état de la francophonie dans le monde avec son livre La francophonie. De là naît l’agence de coopération culturelle et technique en 1970.

Les actions concrètes sont plus tardives et débutent en 1986, avec la naissance du premier Sommet francophone.

Claude Hagège
Claude Hagège

À cette même époque, Claude Hagège publie Le français et les siècles aux éditions Odile Jacob. Il explique que « sans l’apport de l’économie, la francophonie aura du mal à se développer ». Il pointe également du doigt les médias responsables en partie de la pénétration de la culture anglo-américaine.

L’année suivante, en 1988, Léopold Sédar Senghor de l’Académie française publie Ce que je crois, un témoignage en faveur d’un dialogue des cultures : « Les francophones doivent apprendre d’autres langues que l’anglais ». À cette époque l’anglais représente en effet 87% des langues étudiées dans le cycle secondaire.

Quant à l’écrivain Jean Giraudoux, pour lui « la France a une civilisation qui n’est pas sa propriété particulière. Elle en a la responsabilité vis-à-vis de l’univers ».

Qu’en est-il aujourd’hui ?
Paradoxalement, le français est plus universel qu’au XVIIIe siècle !
Pour preuve, selon l’American council on the teaching of foreign languages le français est la deuxième langue la plus influente derrière l’anglais et devant l’espagnol.

Sur le plan du rayonnement du français dans le monde :
- 110 millions de personnes sont francophones
- 65 millions sont des francophones partiels
- 80 millions de personnes étudient le Français

La prudence reste cependant de mise.
Pour Claude Hagège « la disparition régulières de certaines langues est une menace. à l’origine existait entre 4000 et 5000 langues. En 2100, des experts estiment à seulement quelques centaines la subsistance d’entre elles ». Marc Fumaroli dans son livre Quand l’Europe parlait français en 2001, garde toutefois des raisons d’espérer puisqu’il reste un noyau de fervents défenseurs du français.

En savoir plus : Cette émission a été conçue à partir du livre d’Axel Maugey, Le privilège du français, éditions Humanitas, 2005

- Écoutez toutes nos émissions consacrées à Léopold Sédar Senghor
- Ecoutez notre émission avec Claude Hagège

Retrouvez toutes les émission d’Axel Maugey ici






© Canal Académie - Tous droits rééservés

Notez cette émission :

Commentaires