Dominique Fernandez, enraciné dans le Grand Siècle et les Lumières

de l’Académie française
Entretien sans fard avec l’écrivain Dominique Fernandez, élu à l’Académie française en mars 2007 au fauteuil 25 précédemment occupé par Jean Bernard et reçu sous la Coupole le 13 décembre 2007. Il raconte sa relation à son père, évoque son parcours personnel et son oeuvre de romancier et d’essayiste.


T�l�charger le fichier sur votre ordinateur
Références Émission afficher
Émission proposée par : Elizabeth Antébi
Référence : HAB330
Adresse directe du fichier MP3 : https://www.canalacademie.com/emissions/hab330.mp3
Adresse de cet article :
Date de mise en ligne : 24 février 2008

Dominique Fernandez a voulu entrer à l’Académie Française pour deux raisons :
- faire entrer avec lui l’homme de sa vie, celui auquel il est en train de consacrer un livre, son père le critique, essayiste français d’origine mexicaine, Ramon Fernandez, ami de Proust et de Gide, critique à la NRF, fourvoyé à Weimar en 1941 – source de mystère, source de douleur ;
- offrir une tribune à la cause qu’il a défendue toute sa vie, de L’Etoile rose (1978) jusqu’à L’Amour qui ose dire son nom (2001).

Dans cet entretien il revient sur les tourments du fils d’un homme dont il a été séparé violemment dès l’âge de trois ans, dont il n’a connu que l’opprobre avant d’en découvrir le talent ; sur son sentiment d’avoir été longtemps un paria, mais aussi sur l’éblouissement ressenti face à un Pasolini Dans la main de l’Ange, livre qui lui valut le Goncourt en 1982, après le Médicis de 1974 pour Porporino ou les Mystères de Naples.

Dominique Fernandez
Dominique Fernandez

Il parle aussi du moment où il est « tombé en amour » pour l’Italie, puis pour la Russie – son dernier roman paru s’intitule Place Rouge -, de son goût des voyages (il y eut Jérusalem, Constantinople, Rio, Palmyre, Moscou...), du danger, de la découverte.

Et enfin, il raconte sa première séance du dictionnaire à la lettre « P », affirmant qu’il attend que revienne le « A » pour parler de son mot favori, « Ange » et en suggérer un autre : « Androgyne ».

Ganymède et l'Aigle d' Adamo Tadolini
Ganymède et l’Aigle d’ Adamo Tadolini

"Sur le pommeau de l’épée du nouvel Académicien, Ganymède grec, l’échanson des Dieux, et la truie romaine, la Mère Méditerranée : tout un programme !"

En savoir plus :

Dominique Fernandez de l’Académie française

Écoutez la réception sous la Coupole de Dominique Fernandez, en décembre 2007






© Canal Académie - Tous droits rééservés

Notez cette émission :

Commentaires