Mots clefs et suggestions


100 ans d’explorations : les académiciens aventuriers

avec Christian Clot
Le livre 100 ans d’explorations, paru en 2007 aux éditions Glénat, répertorie photographies, cartes et d’extraits de carnets, de quelque 87 explorateurs sur les 700 membres de la Société des explorateurs français. Canal Académie s’intéresse aux académiciens qui sont ou furent membres de cette Société : Pierre Mazeaud, Théodore Monod, Jacques-Yves Cousteau, Claude Lorius...


T�l�charger le fichier sur votre ordinateur
Références Émission afficher

Référence : PAG395
Adresse directe du fichier MP3 : https://www.canalacademie.com/emissions/pag395.mp3
Adresse de cet article : https://www.canalacademie.com/ida2618-100-ans-d-explorations-les-academiciens-aventuriers.html
Date de mise en ligne : 9 mars 2008

En 1937 Paul-Emile Victor, Théodore Monod et l’exploratrice journaliste Ella Maillart créent la Société des explorateurs. Les quelque 250 membres qu’elle compte aujourd’hui (soir 700 au total depuis sa création) sillonnent toujours les déserts, les forêts, les mers, les montagnes, le ciel et les étendues polaires en quête d’une meilleure connaissance du monde, de ses peuples et d’eux-mêmes.
L’espace reste à découvrir, le fond des océans est encore une énigme, et l’évolution des espèces pousse les explorateurs à revenir travailler sur les traces de leurs prédécesseurs.
Toutes les personnalités figurant dans cet ouvrage furent les pionniers dans leur domaine. Parmi eux, quelques grands Académiciens :

- Théodore Monod, immortel de l’Académie des sciences : En 1923 (il a alors 21 ans), il parcourt en 28 jours seulement quelque 800 kilomètres de désert à pied, en Mauritanie. Cette première méharée sera le début de 125 missions. Il récoltera pierres, plantes, et réalisera de nombreux relevés topographiques.

Il n'existe presque aucune image de la première méharée de Monod en 1923. Ici, dans le même désert mauritanien en 1927, il s'apprête à partir en expédition
Il n’existe presque aucune image de la première méharée de Monod en 1923. Ici, dans le même désert mauritanien en 1927, il s’apprête à partir en expédition
Jacques-Yves Cousteau s'apprête à plonger avec un appareil photo de prise de vue sous-marine
Jacques-Yves Cousteau s’apprête à plonger avec un appareil photo de prise de vue sous-marine

- Jacques-Yves Cousteau, immortel de l’Académie française : En 1943 il créé avec Emile Gagnan, le premier scaphandre autonome. De cette invention naitra l’archéologie sous-marine, jusqu’à présent impossible.

Jacques-Yves Cousteau et Emile Gagnan devant le scaphandre autonome
Jacques-Yves Cousteau et Emile Gagnan devant le scaphandre autonome

Jacques-Yves Cousteau et Théodore Monod participeront également ensemble à la première mise à l’eau du bathyscaphe d’Auguste Piccard, au large du Cap Vert, en 1948.

Franchissement d'une crevasse vers 6000 mètres d'altitude. Echelles et cordes fixes sont indispensables dans le méandre des crevasses qui constitue le début de la montée
Franchissement d’une crevasse vers 6000 mètres d’altitude. Echelles et cordes fixes sont indispensables dans le méandre des crevasses qui constitue le début de la montée

- Pierre Mazeaud, membre de l’Académie des sciences morales et politiques : Avec trois autres alpinistes, il réalise en 1978 l’ascension de l’Everest. Pour réaliser cet exploit, pas moins de 400 porteurs et 12 tonnes de matériel leur sont nécessaires. Ils mettront un mois pour gravir les 260 kilomètres.

- Claude Lorius, membre de l’Académie des sciences : En 1984, il réalise à Vostok le prélèvement d’une carotte glacière à 2083 mètres de profondeur soit 150 000 ans de données météorologiques. Ce travail fut le fruit d’une collaboration entre Américains, Français et Soviétiques en pleine guerre froide.

L'équipe de chercheurs (Claude Lorius est en bleu) examine un des tronçons de leur carotte longue de 2083 mètres
L’équipe de chercheurs (Claude Lorius est en bleu) examine un des tronçons de leur carotte longue de 2083 mètres

- Jean-Baptiste Charcot, membre de l’Académie des sciences, joua un rôle sur la destinée de Paul-Emile Victor membre de la Société des explorateurs.

Les quatre hommes du premier hivernage entourent le commandant Charcot à bord du Pourquoi pas ?. A gauche, Paul-Emile Victor et Fred Matter, et à droite Michel Perez et Robert Gessain
Les quatre hommes du premier hivernage entourent le commandant Charcot à bord du Pourquoi pas ?. A gauche, Paul-Emile Victor et Fred Matter, et à droite Michel Perez et Robert Gessain

En 1934, Paul-Emile Victor est déposé par Jean-Baptiste Charcot avec son bateau le Pourquoi pas ?, pour étudier les Esquimaux au Groenland.
Il revient un an plus tard et réalise cette fois-ci la première traversée française du Groenland, avec pas moins de 13 hommes, 90 chiens et 11 traineaux. Puis il s’installe pendant plus d’un an au sein d’une famille Inuit. Il reprend alors son travail d’ethnologue, recueillant photos, dessins, bandes sons ; autant de témoignages de la vie quotidienne de ce peuple. En 1936, Charcot repasse en bateau dans la zone d’installation de Paul-Emile Victor. Ce dernier lui remet une grande partie de ces documents. Hélas, l’équipage coulera tragiquement.

Intérieur d'une petite hutte commune à Kangerdlugssuatsiak
Intérieur d’une petite hutte commune à Kangerdlugssuatsiak
Christian Clot au studio de Canal Académie
Christian Clot au studio de Canal Académie

Écoutez les précisions de Christian Clot, explorateur-aventurier, membre du comité directeur de la Société des Explorateurs Français depuis 2005. Photographe, réalisateur, auteur, il a dirigé l’ouvrage 100 ans d’explorations, paru en 2007 aux éditions Glénat,

Christian Clot, 100 ans d’explorations, éditions Glénat 2007

En savoir plus :

- Christian Clot, alpiniste, explorateur, auteur du livre 100 ans d’explorations
- Écoutez notre émission en compagnie de Philippe Frey sur l’exploration des déserts : 50°, déserts brûlants
- Écoutez nos émissions en compagnie de Claude Lorius
- Marchez sur les traces de Théodore Monod, avec son biographe Roger Cans
- Jean-François Deniau,immortel de l’Académie française
- Bertrand Poirot Delpech (1929-2006), évoque sa rencontre avec son confrère et ami Jacques-Yves Cousteau, immortel de l’Académie française.
- Charcot, explorateur des mers, navigateur des pôles

- Consultez le site l’Académie des sciences dans l’histoire des expéditions vers les pôles






© Canal Académie - Tous droits rééservés

Notez cette émission :

Commentaires