Bernard Bourgeois : L’Évolution créatrice d’Henri Bergson, oeuvre majeure de la philosophie française

Bergson-Bourgeois : Deux philosophes membres de l’Académie des sciences morales et politiques
Le philosophe Bernard Bourgeois, de l’Académie des sciences morales et politiques, présente la pensée d’Henri Bergson et la méthode de celui que l’on appelle le philosophe de la durée. Une construction loin des abstractions de l’intelligence, en réaction au positivisme. Quelle révolution philosophique propose "L’Évolution créatrice" d’Henri Bergson, de l’Académie française, parue il y a cent ans ?


T�l�charger le fichier sur votre ordinateur
Références Émission afficher
Émission proposée par : Marianne Durand-Lacaze
Référence : ECL320
Adresse directe du fichier MP3 : https://www.canalacademie.com/emissions/ecl320.mp3
Adresse de cet article :
Date de mise en ligne : 16 décembre 2007

Henri Bergson (1859-1941), surtout connu pour Le Rire et Essai sur les données immédiates de la conscience fut un philosophe qui connut le succès de son vivant. Professeur au Collège de France, Prix Nobel de littérature, acteur politique, il fut l’interlocuteur des plus grands de ses contemporains. Il fut membre de l’Académie des sciences morales et politiques et membre de l’Académie française. Un siècle après la parution de L’Évolution créatrice, Bernard Bourgeois, membre de l’Académie des sciences morales et politiques, répond aux questions de Marianne Durand-Lacaze, journaliste à Canal Académie et d’ Olivier Dhilly, agrégé de philosophie, sur la présence de Bergson dans la culture française d’aujourd’hui, sur l’image du philosophe, sur l’importance de cette œuvre dans l’histoire de la philosophie. Il nous rappelle que Charles Péguy présentait Bergson comme le grand révolutionnaire de la philosophie française et de la philosophie universelle.

Dès son premier essai, Essai sur les données immédiates de la conscience, tiré de sa thèse (1889), Bergson dénonce les courants initiés par Spencer et avant lui, par Kant, comme le résultat d’une philosophie qu’il convient d’achever et de remplacer car elle ignore l’unité et la multiplicité dans la vie de l’esprit, que Bergson va lui même identifier à l’absolu.
Bernard Bourgeois situe la parution de L’Évolution créatrice dont on fête, en 2007, le centenaire, dans le contexte philosophique de l’époque. La philosophie enseignée à l’université française était alors ancrée dans un pessimisme ambiant, loin de la vie et du concret. A l’inverse, le bergsonisme est une philosophie de l’optimisme. « Quelque soit le réel, nous en sommes. Ce réel est positif, c’est un réel non pas de destruction mais de création », nous dit Bernard Bourgeois. L’Évolution créatrice a, certes, fait connaître Bergson en dehors des frontières de France mais elle définit surtout une méthode et ne s’attache pas à construire un système.

Dans L’Évolution créatrice, Henri Bergson propose une métaphysique nouvelle qui s’appuie sur la réalité, sur l’expérience intérieure qui échappe aux sciences. Cette métaphysique doit être empirique. Cette expérience spécifique ne s’appuie pas seulement sur l’intelligence mais sur l’intuition, c’est à dire sur le contact direct avec l’esprit. La liberté, pour Bergson, nous dit Bernard Bourgeois, n’est réelle que comme « durée ». Dans cet essai célèbre, s’intéressant aux théories scientifiques et philosophiques de l’évolution, Henri Bergson va forger la notion de l’élan vital. La vie à son moteur dans sa source et non dans sa fin. C’est une tendance qui se déploie, c’est un élan fini, limité. Bergson veut saisir le sens de l’existence. Pour lui, l’évolution est bien créatrice et ne se ramène pas seulement aux effets de la sélection naturelle. Sur quelles images et sur quelles notions s’appuie-t-il ? Bernard Bourgeois répond, revient sur l’articulation science et méthaphysique chez Bergson, sur la place de l’homme dans L’Évolution créatrice et compare la pensée de Bergson à celle de Hegel qui, un siècle avant Bergson, publie La phénoménologie de l’esprit.

Bernard Bourgeois de l'Académie des sciences morales et politiques
Bernard Bourgeois de l’Académie des sciences morales et politiques
© Canal Académie

Bernard Bourgeois est membre de l’Académie des sciences morales et politiques depuis 2002, dans la section philosophie. Depuis 1991, il préside la Société française de philosophie. Il est également membre de l’Institut international de philosophie et assure la direction de la Revue de métaphysique et de morale. Bernard Bourgeois est l’un des plus éminents spécialistes de la philosophie allemande et en particulier de l’idéalisme allemand.








Pour en savoir plus

- Sur Henri Bergson de l’Académie française ;
- Sur Henri Bergson, membre de l’Académie des sciences morales et politiques ;
- Sur les archives de l’Académie des sciences morales et politiques autour d’Henri Bergson ;
- Sur Bernard Bourgeois, membre de l’Académie des sciences morales depuis 2005.

Écoutez sur Canal Académie, la retransmission de trois interventions du colloque consacré à L’Évolution créatrice, organisé par l’Académie des sciences morales et politiques, le 21 septembre 2007

- Le portrait de Bergson en 1907
- L’état des connaissances biologiques, 100 ans après la parution de "L’Évolution créatrice" d’Henri Bergson
- La place de "L’Évolution créatrice" d’Henri Bergson dans la philosophie française.

Vous pouvez également écouter Portrait d’Henri Bergson au travers des discours des académies

Quelques livres

- Henri Bergson, L’Évolution créatrice, Quadrige Grands textes, PUF, 2007 ;
- Henri Bergson, Essai sur les données immédiates de la conscience, Quadrige Grands textes, PUF, 2007 ;
- Frédéric Worms, Annales bergsoniennes : tome 3, Bergson et la science, Collection Épithémée, PUF 2007
- François Azouvi, La gloire de Bergson, essai sur le magistère philosophique, Gallimard, 2007.

Quelques sites Internet

- Société française de philosophie
- Webphilo
- Les classiques en sciences sociales






© Canal Académie - Tous droits rééservés

Notez cette émission :

Commentaires