Roland Giguère : un surréaliste québécois (1/2)

par Axel Maugey
Dans cette première partie, consacrée au poète Roland Giguère, Axel Maugey, auteur d’un essai qui s’intitule "La poésie moderne québécoise", présente la poésie de ce poète québécois renommé.


T�l�charger le fichier sur votre ordinateur
Références Émission afficher
Émission proposée par : Axel Maugey
Référence : SAV241
Adresse directe du fichier MP3 : https://www.canalacademie.com/emissions/sav241.mp3
Adresse de cet article : https://www.canalacademie.com/ida2431-Roland-Giguere-un-surrealiste-quebecois-1-2.html
Date de mise en ligne : 3 décembre 2007


Roland Giguère est né en 1929 à Montréal. Typographe, peintre et poète, il fonde en 1949 les éditions ERTA à Montréal où il poursuit un travail de poète-éditeur à l’avant-garde de son époque.
Dans les années 50, il publie des livres importants comme "les Armées blanches", "le Défaut des ruines est d’avoir des habitants" ; "Adorable femme des neiges".

Il avait signé le manifeste du groupe surréaliste québécois "Prisme d’yeux" animé par Alfred Pellan, avant d’effectuer deux séjours en France entre 1954 et 1963 où il étudie la gravure, fréquente André Breton et le mouvement surréaliste, puis collabore entre autres aux revues Phases, EDDA et BOA.
Après son retour à Montréal, il fait paraître aux éditions de l’Hexagone l’ensemble de sa poésie sous deux titres : l’Age de la parole (1965) et la Main au feu (1973), recueils qui lui valent plusieurs prix littéraires.

Roland Giguère n’a gardé du surréalisme que son "état d’esprit" pour élaborer une oeuvre originale et d’une lumineuse simplicité de ton.
"l’Age de la parole" que nous présentons dans cette première émission s’élève sur la décrépitude d’un monde archaïque la voix libératrice qui bouscule les préjugés, l’ignorance, et qui sait tirer la conscience de sa torpeur.

L'Abécédaire, receuil de poèmes de Roland Giguère
L’Abécédaire, receuil de poèmes de Roland Giguère

Lorsque Giguère a fait paraître ses premiers poèmes (1945), le Québec traversait une époque désespérément obscure qui explique le ton dramatique et prémonitoire de certains textes. Giguère ayant adapté l’écriture automatique à son tempérament, use de nombreuses allitérations accordées aux pirouettes verbales chères à la poésie surréaliste. Ces poèmes-prose, ou encore, cette prose poétique, s’articulent, s’organisent, sur un rythme heurté, resserré par la complexité des thèmes, mais enrichi par la simplicité du vocabulaire.

Axel Maugey a publié "La poésie moderne québécoise" aux Editions Humanitas (Montréal, 1989)

Ecoutez le deuxième volet de cette émission.






© Canal Académie - Tous droits rééservés

Notez cette émission :

Commentaires