Le Club

Découvrez le club Canal Académie et créez votre compte dès maintenant pour profiter des avantages, des exclusivités, des services...

Découvrir le Club

Les mots des religions : les armées

par le rabbin Haïm Korsia, aumônier général israélite de l’armée française
Le rabbin Haïm Korsia explique ici le sens du mot "armées" dans les textes du judaïsme, en insistant sur une expression souvent mal comprises : Dieu combat pour nous. Il explique deux notions en particulier : le mode de recrutement des soldats effectué par Josué et le sens du mot combat.


T�l�charger le fichier sur votre ordinateur
Références émission afficher
Émission proposée par : Hélène Renard
Référence : TOR302
Adresse directe du fichier MP3 : https://www.canalacademie.com/emissions/tor302.mp3
Adresse de cet article : https://www.canalacademie.com/ida2342-Les-mots-des-religions-les-armees.html
Date de mise en ligne : 12 novembre 2007

Dans la Bible apparait fréquemment l’appellation l’Eternel, maître des armées de même que l’on utilise volontiers l’expression l’armée des anges.

Gravure-illustration de Gustave Doré
Gravure-illustration de Gustave Doré

Le rabbin Haïm Korsia rappelle que l’armée des Israélites était composée de volontaires, de "oints pour la guerre" selon l’expression en hébreu. L’homme qui a peur ne saurait être recruté pour le combat, il est jugé inapte. Il faut qu’il sorte du rang pour être identifié et qu’il retourne chez lui. C’est dans le Pentateuque et particulièrement dans l’histoire de Josué qu’est évoquée cette méthode de recrutement particulière. Il ne s’agit pas de faire du nombre ; il s’agit de recruter ceux qui sont le plus aptes au combat, autrement dit ceux qui ont la foi.

Car ce n’est pas avec le nombre qu’il faut combattre mais avec l’esprit. Et le rabbin Korsia va plus loin en expliquant l’expression Dieu combat pour nous. Ce n’est pas un Dieu va-t-en guerre mais un Dieu qui veut éviter que les hommes ne se tuent les uns les autres.

Pour terminer, il évoque ce moment émouvant où le président égyptien Anouar al Sadate fut reçu, en 1977, à la Knesseth à Jérusalem. Madame Golda Meir -qui avait combattu contre les Egyptiens en 1973 - l’accueillit en lui disant : on vous pardonne d’avoir tué nos enfants. On ne peut vous pardonner d’avoir obligé les nôtres à tuer les vôtres...






© Canal Académie - Tous droits rééservés

Notez cette émission :

Commentaires