Mots clefs et suggestions


Académies européennes : réflexions et conclusion des débats

avec Marc Fumaroli, Jean Rossier et Michel Zink
La première rencontre des Académies européennes organisée par l’Institut de France en octobre 2007 s’est achevée sur les contributions de Marc Fumaroli, de l’Académie française et de l’Académie des inscriptions et belles lettres et de Jean Rossier, associé étranger de l’Académie des sciences. Michel Zink, membre de l’Académie des inscriptions et belles lettres a ensuite livré ses conclusions générales de la Rencontre, placée sous sa présidence scientifique.


T�l�charger le fichier sur votre ordinateur
Références Émission afficher
Émission proposée par : Solenne Robin
Référence : COL315
Adresse directe du fichier MP3 : https://www.canalacademie.com/emissions/col315.mp3
Adresse de cet article : https://www.canalacademie.com/ida2318-Academies-europeennes-reflexions-et-conclusion-des-debats.html
Date de mise en ligne : 26 octobre 2007


Plus de soixante académies avaient répondu présent à l’invitation de l’Institut de France, pour la première "Rencontre des académies européennes". A l’issue des deux premières demi-journées de travail, Marc Fumaroli, de l’Académie française, et Jean Rossier, associé étranger de l’Académie des sciences, ont présenté leur réflexion sur les enjeux auxquels sont confrontés les académies européennes.

Jean Rossier, Gabriel de Broglie et Marc Fumaroli
Jean Rossier, Gabriel de Broglie et Marc Fumaroli
©Martin Gadreau/ Institut de France

Marc Fumaroli le rappelle : "il faut établir une concertation interne sur les questions contemporaines et pressenties d’intérêt général" ; c’est ici une nouvelle responsabilité qui incombe aux académies.
Marc Fumaroli livre ensuite une réflexion de fond sur la "République des Lettres". Ce concept, précise-t-il, a été remis à l’honneur depuis deux générations par les historiens de culture savante ; il apparaît très actuel à l’heure où l’Europe semble chercher son identité spirituelle. L’histoire de la République européenne des lettres pourrait devenir l’une des raisons d’être que se cherche aujourd’hui l’Europe de l’esprit.

Dans cet optique, Marc Fumaroli a créé l’Institut d’Histoire de la République des Lettres, conçu comme un instrument efficace de coordination entre les nombreuses institutions européennes. L’histoire de cette République des lettres est encore largement à construire : des équipes de recherche internationales ont été constituées et des rencontres pluridisciplinaires ont été organisées.


Jean Rossier intervient ensuite, lors de cette séance de travail. Il dresse l’état des neurosciences au début de ce siècle. Les académies européennes, il le rappelle, se rencontrent pour penser à leur rôle au XXIeme siècle. Or s’il est un domaine qui s’est beaucoup développé pendant les 5 dernières décennies, c’est bien celui des neurosciences, discipline jeune, la connaissance des mécanismes cérébraux étant encore parcellaire.
L’idée essentielle à retenir ? La grande plasticité du cerveau : notre cerveau se modifie tous les jours. La plasticité cérébrale est même visible anatomiquement.

Le domaine des neurosciences, en plein développement, est susceptible d’exploser dans les prochaines années. On commence à développer l’interface cerveau-machine. L’activité cérébrale est utilisée pour commander des membres artificiels. Si cette technologie donne beaucoup d’espoir, il faudra des dizaines d’années de recherche avant de parvenir à un résultat probant.

Des programmes pourraient être développés en Europe avec le soutien des académies. "La recherche industrielle ne pourra s’épanouir que si la recherche académique européenne reste forte", conclut Jean Rossier.

©Martin Gadreau/ Institut de France

Après ces deux tours d’horizon, Michel Zink, membre de l’Institut, de l’Académie des inscriptions et belles-lettres, sous la présidence scientifique duquel la Rencontre avait été placée, livre ses conclusions générales.
Les académies sont bien présentes dans l’Europe du XXiè siècle, sans aucun doute. Des réseaux d’amitié savante existent. Mais Michel Zink le rappelle : "Le sommet de notre rencontre est encore à venir sur le thème de l’identité nationale et de l’universalité de l’esprit".
La question posée consiste à savoir comment les académies pourraient être projetées dans l’avenir et trouver une place dans l’Europe. Les académies ont véritablement une vocation historique et philologique, une vocation de lutte contre l’uniformisation et l’oubli. Elles entretiennent la nouveauté permanente de la création.

Ainsi, être académicien confère une distance et des devoirs  :" Les académies n’ont de sens et de légitimité que si elles remplissent leurs fonctions". Il est important de souligner le rôle essentiel des académies nationales dans la défense de leur propre langue. Faisant écho aux deux communications précédentes, Michel Zink précise enfin que "Les académies doivent être ouvertes et créatrices. Elles ne doivent pas être coupées du monde mais l’enrichir".

Ecoutez les autres séances de cette rencontre :
Les Académies face à l’Etat et à la société ainsi que
Académies européennes : mémoire, recherche et création






© Canal Académie - Tous droits rééservés

Notez cette émission :

Commentaires