Jacqueline de Romilly : un arbre pour la Grèce

de l’Académie française et de l’Académie des inscriptions et belles-lettres
Jacqueline de Romilly a ressenti vivement le drame qui, durant l’été 2007, a affecté la Grèce ravagée par des incendies. En signe de solidarité envers ceux qui ont tout perdu, elle lance un appel pour un geste symbolique : un arbre pour la Grèce.


T�l�charger le fichier sur votre ordinateur
Références Émission afficher
Émission proposée par : Hélène Renard
Référence : FOC307
Adresse directe du fichier MP3 : https://www.canalacademie.com/emissions/foc307.mp3
Adresse de cet article : https://www.canalacademie.com/ida2284-Jacqueline-de-Romilly-un-arbre-pour-la-Grece.html
Date de mise en ligne : 29 octobre 2007

Tout ce qui touche à la Grèce, touche Jacqueline de Romilly et quand la Grèce est touchée, elle l’est aussi. Elle avoue avoir été d’autant plus sensible à ces drames (qui ont fait, ne l’oublions pas, dit-elle, une soixantaine de morts) qu’elle-même connaît la peur du feu. Lorsqu’elle réside dans sa maison de Provence, face à la Montagne Sainte-Victoire, cette crainte est permanente.

La littérature grecque n’abonde pas en textes sur les arbres. Cependant, Jacqueline de Romilly évoque ici l’olivier, l’arbre donné par Athéna. Sophocle dans Oedipe à Colone rappelle qu’il y existait un olivier sur l’Acropole qui fut brûlé par les Perses et qui repoussa dès le lendemain. Jacqueline de Romilly a souhaité qu’une lecture soit donnée de ce passage :

Il est un plant dont je ne sache pas qu’un pareil ait surgi jamais, ni sur le sol d’Asie ni sur celui de la grande île dorienne de Pélops, un plant indomptable qui se refait seul ; un plant qui est l’effroi des armes ennemies et qui croît en ces lieux mieux que partout ailleurs l’olivier au feuillage glauque, le nourricier de nos enfants, l’arbre que personne, ni jeune, ni vieux, ne peut brutalement détruire ou saccager. Le regard vigilant du Zeus des Olivaies ne le quitte pas, et pas davantage celui d’Athéna aux yeux pers.

Elle rappelle aussi l’histoire mythologique de Daphné qui, poursuivie des assiduités amoureuses d’Apollon, se transforma en laurier. Quant à Platon, dans Phèdre, c’est un platane qu’il décrit.

Pourquoi et comment manifester sa solidarité envers la Grèce ? Par un geste symbolique : un arbre pour la Grèce.

Jacqueline de Romilly
Jacqueline de Romilly

Avec l’association l’Elan nouveau des citoyens, fondée par le Dr Philippe Rodet et dans laquelle elle s’investit, Jacqueline de Romilly encourage à aider au reboisement de la Grèce par ce geste de solidarité. "Nous ne pouvons pas reconstruire les maisons ni les usines mais nous pouvons replanter des arbres, redonner la vie et la beauté à ce pays". Un pays qui nous a tant donné...

L’Association ne se substitue pas aux autorités grecques qui gardent le choix des essences, des zones à reboiser, du moment et des moyens. Mais elle est consciente qu’un minuscule plant n’aurait aucune chance de survie si l’on ne prend pas en charge également les coûts de plantation, de protection et d’irrigation.

La souscription sera close en janvier 2008 et la liste des donateurs sera remise à l’Ambassadeur de Grèce à Paris, Monsieur Dimitrios Paraskevopoulos.

Concrètement...

Pour plus d’informations sur cette association et l’opération "Un arbre pour la Grèce", vous pouvez consulter le site www.unarbre.org

Le coût global d’un plant s’élève à 10 euros. Vous pouvez adresser votre chèque en le libellant à "l’Elan - opération un arbre pour la Grèce" (l’Association ayant plusieurs actions en cours, il est indispensable de le préciser).

adresse : l’Elan nouveau des citoyens, 106 ter rue Olivier de Serres 75015 Paris.






© Canal Académie - Tous droits rééservés

Notez cette émission :

Commentaires