Le prince Victor Napoléon ou le règne du "J’aurais pu être"

Le passage de Minerve à la muse Clio
Docteur en Histoire, Laetitia de Witt nous présente le portrait d’un homme oublié par la postérité, le prince Victor Napoléon, dont le sort fut à la charnière de la politique et de l’histoire. Délaissant la première, il promut la seconde.


T�l�charger le fichier sur votre ordinateur
Références Émission afficher
Émission proposée par : Christophe Dickès
Référence : HIST301
Adresse directe du fichier MP3 : https://www.canalacademie.com/emissions/hist301.mp3
Adresse de cet article : https://www.canalacademie.com/ida2179-Le-prince-Victor-Napoleon-ou-le-regne-du-J-aurais-pu-etre.html
Date de mise en ligne : 23 septembre 2007


Nos auditeurs les plus fidèles le savent, l’émission "Un jour dans l’Histoire" s’attache à présenter ce qu’on appelle les « périodes de transition ». L’esprit s’arrête en effet aux grands jalons, aux grandes dates de l’histoire et laisse le plus souvent de côté les entre-deux, les origines et les conséquences des grandes dates de l’histoire. Certes, l’Histoire est un ensemble de "périodes de transition" mises bout à bout, un ensemble de renaissances et de décadences, mais l’Histoire des grands événements reste belle et bien triomphante parce que sa lecture en est plus simple.

Le prince Victor Napoléon.
Le prince Victor Napoléon.

Christophe Dickès vous propose aujourd’hui de sortir des grands sentiers battus pour s’arrêter justement sur un personnage de transition. Le prince Victor Napoléon, car il s’agit de lui, naît en 1862 et meurt en 1926. Ce petit neveu de l’empereur Napoléon Ier et neveu de Napoléon III, vécut à une époque charnière : celle du déclin du bonapartisme, mais celle de l’émergence du mythe napoléonien. Plus qu’un simple spectateur, il participa même en le motivant de ce mouvement qui vit la fin d’une idée politique incarnée par la famille impériale : tandis que les royalistes encore aujourd’hui ont leur prétendant qu’il soit de la famille des Orléans ou issu de la branche des bourbons d’Espagne, l’idée impériale, elle, n’est plus guère incarnée. En revanche, l’actualité littéraire, les expositions, les reconstitutions historiques sur et de l’époque napoléonienne sont omniprésentes et régulières. Minerve, la politique, a laissé la place à la muse Clio, l’Histoire ; et c’est au prince Victor que nous le devons.

Laetitia de Witt, Le Prince Victor Napoléon, éditions Fayard, avril 2007

Présentation de l’éditeur.

En 1879, le Prince impérial, parti combattre les Zoulous aux côtés des Anglais, était tué. Cette mort aurait dû faire de Jérôme Napoléon, dit « Plon-Plon », seul cousin germain de Napoléon III, le prétendant bonapartiste au trône. Or le prince notifiait dans un codicille de son testament : « Les devoirs de notre Maison envers notre pays ne s’éteignent pas avec ma vie ; moi mort, la tâche de continuer l’oeuvre de Napoléon Ier et de Napoléon III incombe au fils aîné du prince Napoléon. » Malgré quelques tentatives d’accommodement, cette décision provoqua une rupture irrémédiable entre un père n’acceptant pas d’être privé de son destin politique et un fils finalement disposé à assumer le sien. Propulsé à la tête des bonapartistes alors qu’il n’avait pas dix-huit ans, il allait occuper cette position pendant près de cinquante, jusqu’à sa mort en 1926. En dépit de sa longévité, le prince Victor Napoléon est pourtant resté méconnu d’une part de ses contemporains et surtout des générations suivantes. La cause bonapartiste n’ayant cessé de décliner au XXe siècle, on peut se demander si le manque de popularité de son chef en a été la conséquence ou la cause… Pour la première fois, Laetitia de Witt, bénéficiant d’un accès privilégié à de volumineuses archives inédites, essentiellement familiales, dresse un fin portrait politique et psychologique de cet héritier d’une autre époque, témoin privilégié, de son exil bruxellois, de la mutation subie par la France depuis la chute du Second Empire jusqu’à l’aube des Années folles, en passant par les grandes heures de la Troisième République, et explique comment son incapacité à agir sur le présent a poussé le prétendant à vivre dans un monde exaltant la grandeur de la dynastie et à se consacrer notamment à la constitution d’une exceptionnelle collection d’oeuvres d’art. Ce prince fut bien un Napoléon avant tout.

Laetitia de Witt Arrière petite-fille du prince Victor Napoléon.
Laetitia de Witt Arrière petite-fille du prince Victor Napoléon.

L’invité de Canal Académie : Laetitia de Witt est historienne, docteur ès Lettres. Elle a consacré son travail de thèse au prince Victor Napoléon dont elle a tiré un livre publié chez Fayard. Sa filiation lui a permise d’accèder à des archives inédites qu’elle a pu exploiter au cours de ses recherches réalisées sous la direction de Jean Tulard, de l’Académie des Sciences morales et politiques . Laetitia de Witt a aussi été conservateur-adjoint au département XIXe siècle du Musée national des Invalides. Elle consacre actuellement ses recherches à la Troisième République.






© Canal Académie - Tous droits rééservés

Notez cette émission :

Commentaires