"Alicaments" : l’Europe légifère pour protéger les consommateurs

Avec les professeurs Pierre Bourlioux et Dominique Turck
Les alicaments (contraction d’aliment et de médicament) fleurissent dans nos supermarchés. Le plus souvent sous forme de produit laitiers, ils "renforcent nos défenses naturelles", luttent contre notre mauvais cholestérol, ou nourrissent "notre peau de l’intérieur". Une réglementation européenne est entrée en vigueur le 1er juillet 2007, permettant de faire le tri entre allégations vérifiées et mensongères... Explications des professeurs Pierre Bourlioux et Dominique Turck.


T�l�charger le fichier sur votre ordinateur
Références Émission afficher


Alicament, neutraceutique... Ces termes font bondir les pharmaciens qui leur préfèrent celui "d’aliment porteur d’allégation santé". Certains rétabliraient le transit intestinal, d’autres lutteraient contre l’excès de mauvais cholestérol ou favoriseraient la croissance osseuse.
Le marché est florissant : on estime que tous les ans, la cosommation de ces nouveaux produits augmente de 20% en France. En tête de liste, on retrouve les produits laitiers, mais il existe quantité de produits enrichis en vitamines et minéraux qui appartiennent également à cette catégorie.
Pour éviter toute allégation trompeuse et dans un souci d’harmonisation européenne, une réglementation est entrée en vigueur le 1er juillet 2007 (réglement concernant les allégations nutrionnelles et de santé portant sur les denrées alimentaires).

- Une des grandes dispositions de ce réglement :
les nouveaux produits porteurs d’allégation santé devront systématiquement être testés dans des laboratoires indépendants afin de vérifier si les effets vantés sur l’emballage sont prouvés scientifiquement.
Certains industriels prennent cette initiative, mais elle n’était pas obligatoire jusqu’à présent.
Les industriels ont aussi pour obligation d’être clairs dans leurs allégations, afin de ne pas induire en erreur le consommateur. Le texte réintroduit aussi l’article sur les "profils nutritionnels", pour empêcher le recours à des allégations de santé pour des produits alimentaires contenant une quantité élevée de sucre de sel ou de graisse.

S’agissant des produits existant déjà sur le marché, les industriels disposent d’un laps de temps pour se mettre en conformité avec la nouvelle réglementation. Cette période de transition est également valable pour tous les produits enregistrés avant la date du 1er juillet 2007 mais commercialisés après.

CocoaVia® est décliné sous toutes les formes aux Etats-Unis. En France, ce produit pourrait bientôt être vendu en pharmacie
CocoaVia® est décliné sous toutes les formes aux Etats-Unis. En France, ce produit pourrait bientôt être vendu en pharmacie

En octobre 2007 par exemple, le groupe Mars fabriquant les célèbres barres chocolatées, devrait lancer son premier alicament, CocoaVia®, sensé améliorer la circulation sanguine.
En 2008, Numico, groupe néerlandais leader en Europe de la nutrition pour bébés, se préparerait à sortir un alicament destiné à combattre la maladie d’Alzheimer.

Qu’en est-il ailleurs dans le monde ?

Certains pays n’ont pas de réglementation spécifique en matière d’allégation nutrionnelle et de santé. Vous trouverez ainsi aux Etats-Unis et au Japon des chewing-gums anti-rhume, des boissons anticancer ou de l’eau sans cholestérol...
La Chine se lance aussi sur ce marché, où cette fois c’est l’Etat qui attribue aux aliments une allégation santé du type "réduit les maux de tête" ou "prévient contre le cancer" !

Écoutez sans plus tarder les professeurs Dominique Turck et Pierre Bourlioux. Ils nous livrent tous les détails de cette réglementation.

Dominique Turck, président du comité d'expert de l'Agence française de sécurité sanitaire des aliments
Dominique Turck, président du comité d’expert de l’Agence française de sécurité sanitaire des aliments

Dominique Turck est professeur de pédiatrie à la faculté de médecine de Lille, président du comité d’expert de l’Agence française de sécurité sanitaire des aliments.

Pierre Bourlioux, professeur de microbiologie
Pierre Bourlioux, professeur de microbiologie

Pierre Bourlioux est professeur de microbiologie, président du Conseil scientifique de l’Institut Danone, membre de l’Académie nationale de pharmacie et de l’Académie des technologies.

En savoir plus sur :

- Pierre Bourlioux

- Réglement concernant les allégations nutrionnelles et de santé portant sur les denrées alimentaires

- L’Agence française de sécurité sanitaire des aliments (AFSSA)

- L’agence européenne de sécurité des aliments (AESA)

Écoutez également l’émission Eclairage Compléments alimentaires : miracle ou arnaque ? réalisée en compagnie du professeur Robert Anton, membre de l’Académie nationale de pharmacie.






© Canal Académie - Tous droits réservés

Notez cette émission :

Commentaires