Le Club

Découvrez le club Canal Académie et créez votre compte dès maintenant pour profiter des avantages, des exclusivités, des services...

Découvrir le Club

Mots clefs et suggestions


OVNI : que veulent les hommes ?

avec Jacques Arnould et Pierre Lagrange
Que recherchent les hommes à travers leur attrait pour les objets volants non identifiés, et la possible vie extra-terrestre ? Eléments de réponses avec le sociologue Pierre Lagrange, et Jacques Arnould, chargé des questions éthiques au Centre national d’études spatiales.


T�l�charger le fichier sur votre ordinateur
Références émission afficher

Référence : ECL278
Adresse directe du fichier MP3 : https://www.canalacademie.com/emissions/ecl278.mp3
Adresse de cet article : https://www.canalacademie.com/ida2008-OVNI-que-veulent-les-hommes.html
Date de mise en ligne : 5 août 2007



La vie est-elle possible en dehors de notre système solaire ? Si oui, à quoi ressemble-t-elle ? Est-elle beaucoup plus vieille que nous ? A-t-elle les moyens de venir à notre rencontre ? Et si oui, pourquoi le ferait-elle ?

La peur d’une rencontre hostile ?

Orson Welles, 23 ans, jeune réalisateur de pièces de théâtre, adapte, une fois par semaine sur CBS, un classique…
Cette semaine du 30 octobre 1938, il s’attaque au roman d’HG Wells, La guerre des mondes.

Pour le rendre plus attrayant, il décide de l’éditer sous forme de bulletin d’information, pour rendre compte des martiens débarqués sur Terre massacrant tout sur leur passage.

Le lendemain, la presse en remplit ses colonnes : la panique des Américains aurait provoqué une vague d’accidents, de suicides et d’embouteillages.

Pierre Lagrange, sociologue des sciences
Pierre Lagrange, sociologue des sciences

Que s’est-il réellement passé ?
Le sociologue Pierre Lagrange a longuement enquêté sur cette histoire. En replongeant dans les archives de l’époque, il n’a trouvé aucune trace d’émeutes, ou d’accidents… !
La réalité est plus banale : les années passant, et la renommée d’Orson Welles grandissant, la légende a enflé.
Un constat cependant dans cette affaire : la véritable rumeur n’est pas celle de l’arrivée des martiens, mais celle de la panique.

Dix ans plus tard, la naissance des « soucoupes volantes »

S’il est une affaire qui a remué profondément l’opinion publique, c’est bien Roswell.
Juillet 1947 : un cultivateur américain retrouve des débris dans son champ du Nouveau Mexique. Il les apporte à la base militaire de Roswell, et celle-ci émet une dépêche affirmant qu’elle vient de mettre la main sur un objet volant non identifié. Quelques heures plus tard, la base se rétracte en affirmant cette fois qu’il s’agit de débris d’un ballon de sonde. L’affaire disparaît.

Pourtant, quelques jours auparavant, le 24 juin 1947, un pilote d’avion affirme avoir vu 9 engins dans le ciel se déplaçant à deux fois la vitesse du son. Deux journalistes de l’Associated Press relatent cette information, et donnent pour la première fois le nom de « soucoupes volantes ».
De nombreuses observations suivront dans les heures et les jours qui suivent, sans pour autant susciter une vague d’engouement des médias et de la population.

L’affaire Roswell renaît en 1980, lors de la sortie d’un livre affirmant que l’armée américaine ment, et qu’elle serait bien en possession de débris d’un objet volant non identifié.
En 1993, une vidéo montée de toute pièce, réalisée par Jack Banett montre cette fois l’extraterrestre de Roswell, alors que l’on parlait jusqu’à présent de débris spatiaux. Elle fera cependant le tour du monde des chaînes de télévision. Et même si aujourd’hui, la supercherie est démasquée, certains adhèrent toujours à la thèse de l’extraterrestre de Roswell.

Jacques Arnould, chargé de mission « sur la dimension éthique, sociale et culturelle des activités spatiales » au CNES
Jacques Arnould, chargé de mission « sur la dimension éthique, sociale et culturelle des activités spatiales » au CNES

En France : prendre en considération les témoignages

Le GEIPAN, groupe d’études et d’informations sur les phénomènes aérospatiaux non identifiés, est une branche du CNES, centre national d’études spatiales.
Unique en Europe, ce groupe a pour objectif de répondre aux interrogations et aux attentes de la population face aux phénomènes aérospatiaux non identifiés (Pan).
Le 22 mars 2007, le GEIPAN a mis en ligne les témoignages recueillis depuis les années 70.

Le succès est sans commune mesure : en quelques heures le serveur est saturé… preuve que le public est à la recherche d’informations, sollicitant les explications de scientifiques.

Car le débat scientifique est très récent. Jusqu’alors, les chercheurs répondaient aux questions d’OVNI en évoquant des troubles psychologiques, des hallucinations, sous-entendant que les OVNI étaient de la pure croyance populaire.

Aujourd’hui, les scientifiques semblent admettre que la vie extraterrestre ne soit pas impossible.

Croquis d'un phénomène aérospatial non indentifié d'un témoin, parvenu au GEIPAN
Croquis d’un phénomène aérospatial non indentifié d’un témoin, parvenu au GEIPAN

La théorie du complot ?

Pourtant, la théorie qui voudrait que les gouvernements nous mentent et en sachent beaucoup plus qu’ils ne veulent l’avouer, a la dent dure !

La preuve avec le rapport COMETA, COMité d’ÉTudes Approfondies. Composé de militaires et d’ingénieurs de haut rang, cette association d’ufologie a remis de son propre chef en 1999 un rapport au président Jacques Chirac et à son premier ministre Lionel Jospin, pour sensibiliser les pouvoirs publics français aux OVNIS.
Si la première partie de ce dossier se base sur des témoignages tout à fait valables, en revanche, la seconde s’appuie sur des rumeurs infondées, laissant planer une certaine nostalgie de la Guerre froide :

Extraits du rapport COMETA

« Si décriée que soit souvent l’hypothèse d’engins extraterrestres présents dans notre ciel (pilotés, automatiques ou télécommandés), elle ne peut être écartée. Elle appelle donc, dès l’abord, une réflexion stratégique. Nous savons peu de choses des éventuels visiteurs et devons tenter de deviner leurs intentions. Veulent-ils simplement nous observer ? Veulent-ils de plus prévenir un holocauste nucléaire, ou nous détourner d’envoyer dans leur zone de résidence spatiale des fusées à ogive nucléaire pour modifier la course d’astéroïdes que nous souhaiterions exploiter ? Ces objectifs sont plus plausibles qu’un projet d’invasion, mais toutes ces hypothèses, et d’autres, doivent être évaluées en permanence. Des stratégies doivent être élaborées pour faire face à différentes éventualités, telles qu’une prise de contact d’extraterrestres avec un gouvernement.
Il est possible que les Etats-Unis en sachent beaucoup plus que nous, et qu’ils aient effectivement récupéré une épave (à Roswell ?), voire des cadavres. Leur politique de secret, voire de désinformation, sur les OVNI peut avoir diverses causes, mais la plus importante est probablement leur désir de conserver pour eux le bénéfice technologique des recherches sur le sujet ».

[...]
« Après les phases d’observation et de démonstration de leur existence, il nous semblerait logique qu’ils cherchassent à imprimer leurs marques et leur volonté aux Etats de la Terre, or aujourd’hui, rien ne permet de déduire de leurs manifestations l’existence d’une volonté directrice servant des buts que nous sommes incapables de discerner.
Il est plausible que l’on puisse attribuer aux Etats-Unis des contacts privilégiés. Mais rien ne contredit le possible établissement d’autres contacts avec certains pays européens ou encore avec la Russie, la Chine ou le Japon ou d’autres peut-être. Il paraît, cependant, difficile d’imaginer qu’ils auraient pu se positionner sur Terre avec la complicité de certains Etats ou en échappant à leur surveillance. »

Écoutez sans plus tarder les explications détaillées de nos deux invités, Jacques Arnould, chargé de mission « sur la dimension éthique, sociale et culturelle des activités spatiales » au Centre national d’études spatiales (CNES), et Pierre Lagrange, sociologue des sciences, chercheur associé au Laboratoire d’anthropologie et d ’Histoire de l’Institution de la Culture (LAHIC-CNRS), spécialisé dans l’étude des « parasciences »

En savoir plus sur :
- Jacques Arnould
- Pierre Lagrange

- Le CNES
- site du GEIPAN, Groupe d’études et d’informations sur les phénomènes aérospatiaux non identifiés

- Rapport COMETA

Bilbiographie

- Sous la dircetion de Yves Sillard, avec la collaboration de Jacques Arnould, Pierre Marx, François Parmentier, Jacques Patenet, Jean-Claude Ribes, Dominique Weinstein, Phénomènes aérospatiaux non identifiés, un défi à la science, éditions Le Cherche midi, 2007
- Pierre Lagrange, La rumeur de Roswell, éditions La Découverte, 1996
- Pierre Lagrange, La guerre des mondes a-t-elle eu lieu ?, Robert Laffont, 2005
- Pierre Lagrange, L’invention des soucoupes volantes, éditions La Découverte, publié fin 2007

- Pierre Lagrange,Ovnis : Ce qu’ils ne veulent pas que vous sachiez, éditions de La Découverte, 2007






© Canal Académie - Tous droits rééservés

Notez cette émission :

Commentaires