Vladimir Velickovic, de l’Académie des beaux-arts (2/2)

L’oeuvre du peintre
Grand peintre de renommée internationale, Vladimir Vélickovic a été élu à l’Académie des beaux-arts dans la section de peinture le 7 décembre 2005. Un entretien à l’antenne de "Carrefour des Arts " nous a permis de mieux faire sa connaissance. Dans la première partie, a été abordé le parcours de Vladimir Velickovic. Dans cette seconde partie, il est principalement question de son oeuvre.


T�l�charger le fichier sur votre ordinateur
Références Émission afficher
Émission proposée par : Krista Leuck
Référence : CARR246
Adresse directe du fichier MP3 : https://www.canalacademie.com/emissions/carr246.mp3
Adresse de cet article : https://www.canalacademie.com/ida1741-Vladimir-Velickovic-de-l-Academie-des-beaux-arts-2-2.html
Date de mise en ligne : 20 mai 2007
Logo Art absolument



Vladimir Velickovic nous a reçu dans son atelier situé dans une ancienne manufacture au sud de Paris. Sous une vaste verrière s’entassent des toiles des plus petits formats aux plus grands, jusqu’à des panneaux de plusieurs mètres de longueur.

Huile sur toile, "Tête", 2000
Huile sur toile, "Tête", 2000

Accueil chaleureux. Mais découverte d’un univers pictural sombre, baignant dans une gamme pratiquement monochrome, gris-noir, avec des tâches rouges… Un monde féroce, de corps basculés, de potences, de chairs mortes assombries par l’ombre des rapaces. Pour mieux évoquer cette atmosphère, voici quelques lignes d’un ouvrage de Michel Onfray sur la peinture de Vladimir Velickovic : « Il règne dans ces endroits un silence de mort, une impassibilité à l’odeur de sang, un calme de chambres mortuaires… Inventaire : des crocs, des murs sales, des instruments de traction, de tension, d’élongation, et toujours, sur les murs, traces de sanies, de déjections humaines… Et puis un trou, un cloaque par lequel s’écoulent le sang, la bave, les matières fécales, l’urine, les larmes - la vie ». Michel Onfray explique plus loin qu’il y a là une « métaphore de l’ existence, que la vie est placée sous le signe de la douleur, de la souffrance, et finalement de la mort. Cette topographie du mal ramasse la condition humaine, elle en exprime la quintessence. » Vladimir Vélickovic lui-même accorde à son auteur sa libre interprétation de son œuvre. Sa propre devise « J’ai toujours peint ce que l’homme est capable de faire à l’homme ».


Huile sur toile, "La Crucifixion", 1997




Vladimir Vélickovic répond ensuite à quelques interrogations plus générales sur les tendances artistiques actuelles, leur place en France et dans le monde, les valeurs éternelles de la peinture, l’ambition nécessaire pour l’évolution de son œuvre, et la position qu’elle occupe dans l’Histoire de l’Art.

Nous évoquons enfin son élection à l’Académie des Beaux-Arts et les ouvertures qu’offre cette appartenance aux Membres de l’Institut de France.


En savoir plus :
-  Vladimir Vélickovic à l’Académie des Beaux-Arts,

Pour écouter l’émission n°1 sur son parcours Vladimir Velickovic, de l’Académie des beaux-arts (1/2)

- Michel ONFRAY, Splendeur de la catastrophe, la peinture de Vladimir Vélickovic, Galilée, 2007.






© Canal Académie - Tous droits rééservés

Notez cette émission :

Commentaires