La fleur : de la naissance à la reproduction !

avec Christian Dumas de l’Académie des sciences
Comment et pourquoi, une fleur dégage-t-elle un parfum ? Comment se déclenche le processus de floraison ? Plus de 96% des fleurs sont hermaphrodites : comment font-elles pour ne pas s’auto-féconder ? Réponses avec Christian Dumas, à la fois biologiste et botaniste, membre de l’Académie des sciences.


T�l�charger le fichier sur votre ordinateur
Références Émission afficher

Référence : ecl267
Adresse directe du fichier MP3 : https://www.canalacademie.com/emissions/ecl267.mp3
Adresse de cet article : https://www.canalacademie.com/ida1677-La-fleur-de-la-naissance-a-la-reproduction.html
Date de mise en ligne : 10 juin 2007

Les plantes fabriquent des organes tout au long de leurs vies. En cela, elles se différencient des animaux.
Les végétaux se forment à partir de zones de divisions que l’on appelle méristèmes (zone située entre la tige et les rameaux) . À l’intérieur de ces méristèmes sont localisés des celulles souches, à l’origine des premières feuilles.
Une fois les feuilles et rameaux poussés, ces mêmes méristèmes se mettent alors à produire les fleurs.

Processus de floraison
Pour que la floraison se déclenche, les facteurs externes ont une part importante (durée des jours et des nuits, stress hydrique, choc thermique). Des facteurs internes interviennent également. En premier lieu, le florigène : un signal inducteur de la floraison émis par la feuille. Aujourd’hui, on sait que ce rôle est joué par la protéine FT qui se régule en fonction de la durée du jour et qui vient interagir sur la protéine FD.


La reproduction des plantes à fleurs :
C’est en 1694 que Camerarius découvre « la sexualité des plantes », une découverte validée par le grand classificateur Charles Linné élu Associé étranger à l’Académie des sciences en 1762. Ce dernier considérait la fécondation des plantes comme un mariage :
- les mariages « publics » et « clandestins » d’une part
- les mariages « monogames » et « polygames » d’autre part

C’est à cette époque que la botanique, jusqu’alors réservée aux femmes, devint une affaire d’homme !

Si l’on observe le processus sous un regard anthropomorphe, le pollen est semblable à des « spermatozoïdes » ( un grain de pollen contient trois cellules qui renferment chacune deux « spermatozoïdes »). La durée de vie du pollen peut varier de 1 minute à 1 an !
Le sac embryonnaire correspond à l’ovule. Un tube permet au pollen de venir fertiliser le sac embryonnaire. Pour les plantes vertes, l’ovule est renfermé dans une feuille fertile.

Le mécanisme de reproduction est fait de telle sorte qu’une plante ne peut pas s’autoféconder. Elle rejette le pollen qui lui est propre ainsi que le pollen qui n’appartient pas à son espèce.
La majorité des plantes sont fertilisées par les animaux et insectes.

Dans la dernière partie de l’émission, Christian Dumas évoque les espoirs et inquiétudes des organismes génétiquement modifiés chez les plantes.

Christian Dumas est biologiste et botaniste. Il dirige l’Unité mixte de recherche « Reproduction et Développement des Plantes », associée à l’INRA, au Centre national de la recherche scientifique (CNRS) et à l’École normale supérieure de Lyon. Ancien directeur scientifique du jardin botanique du parc de la Tête d’Or de Lyon, il vient d’accepter le poste de président de la Société botanique de France.

En savoir plus sur :

Christian Dumas, membre de l'Académie des sciences
Christian Dumas, membre de l’Académie des sciences

- Christian Dumas, membre de l’Académie des sciences
- La société botanique de France

- Écoutez également notre émission Les plantes ont une "mémoire" ! en compagnie de Michel Thellier






© Canal Académie - Tous droits rééservés

Notez cette émission :

Commentaires