Le Club

Découvrez le club Canal Académie et créez votre compte dès maintenant pour profiter des avantages, des exclusivités, des services...

Découvrir le Club

Rimbaud, poèmes en musique

La poésie se lit, se médite et même se chante, grâce à Patrick Hamel
Le comédien et chanteur Patrick Hamel, grand amateur des poètes du XIXe siècle, lit ici quelques poèmes d’Arthur Rimbaud puis, les ayant mis en musique, en propose une version chantée. Voyage sonore à travers les mots de Rimbaud... belle surprise !


T�l�charger le fichier sur votre ordinateur
Références émission afficher
Émission proposée par : Hélène Renard
Référence : VOI211
Adresse directe du fichier MP3 : https://www.canalacademie.com/emissions/voi211.mp3
Adresse de cet article : https://www.canalacademie.com/ida1670-Rimbaud-poemes-en-musique.html
Date de mise en ligne : 17 juin 2007



Arthur Rimbaud
Arthur Rimbaud

Patrick Hamel s’attache à partager son admiration pour les poètes du XIXe siècle et, depuis plusieurs années, il a mis au point un spectacle chanté dans lequel il évoque Rimbaud, Verlaine, Baudelaire, Mallarmé, Nerval, Apollinaire.

Pour lui, l’œuvre poétique se découvre aussi bien à travers la voix parlée qu’à travers la voix chantée. Ecrire la musique sur un poème et le chanter est un acte d’amour envers une œuvre, dit-il, c’est aussi la meilleure façon de la pérenniser, de la faire connaître et de participer à sa survie. On ressent par le rythme de la musique et de la voix une véritable émotion poétique. Le poème devient chanson, cela lui donne une autre portée, une autre compréhension et une autre dimension.

Partagez cette émotion poétique grâce à cette émission consacrée à Arthur Rimbaud. Patrick Hamel prend soin de commencer par donner quelques éléments biographiques utiles pour resituer l’œuvre dans la vie de l’auteur d’Une saison en enfer. Après chaque poème, il donne également quelques commentaires qui précisent le contexte dans lequel Rimbaud l’a rédigé.

Voici ce qu’en disait Paul Verlaine :


« Ce n’était ni le diable, ni le bon Dieu, c’était Arthur Rimbaud, c’est-à-dire un très grand poète, absolument original, d’une saveur unique, prodigieux linguiste, un garçon pas comme tout le monde, non certes ! De qui la vie est tout en avant, dans la lumière et dans la force, belle de logique et d’unité comme son œuvre. »
Rimbaud est celui que Verlaine appelait « l’homme à la semelle de vent. »
Rimbaud est né le 20 octobre 1854 à Charleville (« supérieurement idiote entre les petites villes de province, écrira-t-il plus tard ») et meurt à Marseille le 10 novembre 1891.
L’auteur d’une saison en enfer n’aura pas vécu trente sept automnes.
Dès son enfance, Rimbaud étonne ses maîtres par son intelligence brillante et ses dons pour l’étude, mais aussi par son caractère fantasque et instable. Il se lie avec les gamins des rues au grand dam de sa mère, que Rimbaud décrivait ainsi « elle est aussi inflexible que soixante treize administrations à casquettes de plomb. » Madame Rimbaud était très sèche, un peu dure avec beaucoup d’orgueil. Quant à son père, il a quitté le domicile conjugal très tôt, officier de carrière, il n’apparaît à la maison qu’au hasard des permissions.
Élève d’exception à la scolarité foudroyante faisant l’admiration de ses professeurs, Rimbaud est capable à quatorze ans de rédiger un poème de soixante vers envoyé au fil de Napoléon III. La guerre de 1870 le rend, lui, le fils unique d’un capitaine qui a conquis l’Algérie dans les armées de Bugeaud, antimilitariste. Commence alors les premières fugues, et la rédaction de fulgurants poèmes.
L’élève de rhétorique, dont le professeur est Georges Izambart, entre en pleine révolte. En 1871, Verlaine reçoit la lettre d’un adolescent de Charleville, Arthur Rimbaud âgé de 17 ans. A l’intérieur de cette lettre, plusieurs poèmes impressionnèrent Verlaine, qui, aussitôt invita le jeune poète à venir le voir à Paris. Verlaine lui envoie de l’argent pour faire le voyage. Rimbaud part donc pour Paris avec des poèmes pleins les poches. Voici le tout début de la célèbre lettre que Verlaine fit parvenir à Rimbaud « Venez chère grande âme, on vous appelle, on vous attend. » Mais leur liaison tumultueuse fait scandale dans les cafés parisiens où Rimbaud ivre comme Verlaine, insulte les écrivains mièvres et lève son verre aux victimes de la Commune.
Ils partent en Belgique, puis pour Londres. Le 10 juillet 1873 Verlaine, ivre, blesse Rimbaud au bras d’un coup de pistolet parce qu’il ne veut plus partager avec lui son errance. Verlaine est condamné à la prison. Deux mois plus tard, Rimbaud publie, à compte d’auteur, Une Saison en Enfer. Il croit avec ce texte accéder à une reconnaissance mais l’accueil est glacial. Alors il décide, après avoir écrit Les illuminations de ne plus écrire. A 19 ans, il renonce à la littérature.
1870 témoigne d’une grande production littéraire en même temps qu’elle donne lieu aux premières fugues vers cette ville ses rêves : Paris où il rêve de consécration littéraire en envoyant pour publication des poèmes au poète parnassien Théodore de Banville qui les rejette.
Voici donc ces poèmes de jeunesse. Seront ainsi lus et chantés par Patrick Hamel les poèmes suivants :

- Bannières de mai
- Roman
- Le Mal
- Le Dormeur du Val
- Les chercheuses de poux

Pour aller plus loin :

Le comédien Patrick Hamel
Le comédien Patrick Hamel

Les musiques sont composées par Patrick Hamel. Vous pouvez retrouver ses différents disques autour de la poésie, chez EPM, dans la collection "Poètes et chansons" chez les distributeurs habituels.

- A écouter aussi avec Patrick Hamel Verlaine, poèmes en musique

Retrouvez les grandes dates d’Arthur Rimbaud sur Kronobase






© Canal Académie - Tous droits rééservés

Notez cette émission :

Commentaires