L’art gothique en Chypre

Avec Jean-Bernard de Vaivre et Philippe Plagnieux
Chypre, sous domination byzantine jusqu’à sa conquête par Richard Coeur de Lion en 1192, passa sous le contrôle de Guy de Lusignan tout juste dépossédé de son royaume de Jérusalem. Découvrez les vestiges latins de cette île avec Jean-Bernard de Vaivre et Philippe Plagnieux.


T�l�charger le fichier sur votre ordinateur
Références Émission afficher
Émission proposée par : Marianne Durand-Lacaze
Référence : PAG266
Adresse directe du fichier MP3 : https://www.canalacademie.com/emissions/pag266.mp3
Adresse de cet article : https://www.canalacademie.com/ida1617-L-art-gothique-en-Chypre.html
Date de mise en ligne : 6 mai 2007
cathédrale Saint Nicolas, Famagouste
cathédrale Saint Nicolas, Famagouste
Extrait de "L’art gothique en Chypre"

Le patrimoine architectural chypriote actuel atteste de la diffusion de l’art gothique, venu d’occident sur cette île de la Méditerranée. Les artisans locaux de l’époque ont su adapter cet art de bâtir exogène et intégrer ces grandes réalisations architecturales dans un cadre multiconfessionnel, encouragé par les Lusignan.

Intérieur de Sainte Sophie, Nicosie
Intérieur de Sainte Sophie, Nicosie
Extrait de "L’art gothique en Chypre"

Les nombreux collaborateurs de l’ouvrage, L’art gothique en Chypre, de la collection Mémoires de l’Académie des inscriptions et belles-lettres, par un long travail de relevés des édifices gothiques de l’ensemble de l’île, ont rendu hommage au livre de l’archéologue Camille Enlard, publié en 1899, somme érudite longtemps incontestée sur ce sujet. Les historiens des croisades, du royaume des Lusignan et des temps vénitiens ont su ainsi apporter, par leurs recherches récentes, un complément à cet ouvrage publié depuis plus d’un siècle. Les nouveaux moyens d’analyse dont disposent les archéologues, ont rendu possible la rédaction d’une série de monographies consacrées aux principaux bâtiments gothiques de l’île. En rapport avec l’histoire urbaine, deux chapîtres sont dévolus aux deux villes princiaples de l’époque médiévale, Nicosie et Famagouste.

L’ouvrage magnifiquement illustré nous invite à découvrir l’histoire des grands monuments laissés à Chypre par les Francs. La cathédrale Sainte Sophie de Nicosie, l’abbaye de Bellepaïs, la forteresse de Kolossi ou le château de Lacarna, l’enceinte urbaine de Famagouste et le décor héraldique de ces monuments sont quelques uns des sujets traités au fil des pages.

Plan de Famagouste, gravure de S.Gibellino, 1571
Plan de Famagouste, gravure de S.Gibellino, 1571
extrait de "L’art gothique en Chypre"

En savoir plus :

  • Sous la direction de Jean-Bernard de Vaivre, correspondant de l’Académie des inscriptions et belles-lettres et de Philippe Plagnieux, L’art gothique en Chypre, tome 34 des Mémoires de l’Académie de inscriptions et belles-lettres, 480 p., 374 ill.,décembre 2006.

    • Jean-Bernard de Vaivre
    • Phillipe Plagnieux

Avec la collaboration de :

    • Christian Corvisier,
    • Nicolas Faucherre,
    • Gilles Grivaud,
    • Catherine Otten-Frou,
    • Christopher Schabel,
    • Thierry Soulard.

Diffusion : De Boccard, 11 rue de Médicis, 75006 Paris
xxx

  • Sur Chypre
    • Au Moyen-Âge, l’île sous domination byzantine fut conquise par Richard Coeur de Lion en 1191. Elle avait bénéficié jusqu’alors des échanges commerciaux florissants avec les Etats Latins d’Orient en permettant aux navires venus d’Occident de faire escale dans ses ports. Guy de Lusignan qui venait de perdre le Royaume de Jérusalem racheta l’île que le roi lui inféodait. Son successeur constitua un domaine royal : Chypre devint un royaume en 1196. Le nouvel Etat franc organisa une Eglise latine modelée sur la carte des diocèses grecs. Après l’intermède de la suzeraineté impériale de Frédéric II, la dynastie des Lusignan administra, en même temps, les Royaumes de Chypre et de Jérusalem participant aux croisades. Une période de querelles entre le roi et ses barons s’ensuivit. L’afflux de réfugiés de Terre Sainte, Francs et Syriens, contribua à l’essor de la ville de Famagouste. L’île connut une période de prospérité au XIV siècle malgré le fléau de la piraterie qui conduisit le roi de Chypre à occuper Smyrne sur la côte anatolienne. Les Vénitiens mais surtout les Gênois, bien implantés sur l’île, furent victimes d’émeutes. En 1373, la flotte gênoise attaqua l’île et 10 ans plus tard obtint la cession du port de Famagouste. La piraterie catalane et la montée en puissance des Ottomans vinrent à bout de la dynastie des Lusignan qui acceptèrent le titre de « vice-roi du sultan » à Chypre. La pérénité des institutions féodales était garantie. Un nouvelle société vit le jour où Grecs, Syriens, Francs, Gênois, Vénitiens cohabitaient. Les mariages mixtes furent nombreux. Dans le contexte des rivalités entre les puissances maritimes italiennes au cœur de la Méditérannée, Venise s’empara de l’île et réussit à faire accepter son annexion par le sultan d’Egypte en 1490. Chypre fut l’objet de raids et de pillages ottomans nombreux jusqu’à la capitulation de Famagouste en 1571 qui marque la fin de l’occupation franque en Chypre.
  • Camille Enlard
    • Très tôt attiré par les monuments et l’histoire de l’art, Camille Enlard entra à l’Académie des beaux-arts et à l’Ecole des Chartes en 1885 où il fit une thèse sur les monuments religieux d’architecture romane. En 1903, âgé de 44 ans, il fut chargé d’organiser et de diriger le musée des Monuments français au Trocadéro où il fit une longue carrière. Entre temps, il avait séjouné en Italie où il s’était familliarisé avec l’art gothique et en Chypre, où il resta 4 ans, pendant lesquels il sillonna l’île pour inventorier, photographier les édifices religieux et militaires laissés par les Latins au temps des croisades. Il s’est ainsi constitué un fonds photographique personnel et consacra rigoureusement, une monographie à chaque monument visité. Cette étude archéologique lui permit d’écrire l’ouvrage L’art gothique et la Renaissance en Chypre, publié en 1899.
  • Jean-Bernard de Vaivre
    • Chevalier de la Légion d’honneur, de l’Ordre national du Mérite, des Palmes académiques et des Arts et Lettres. Médiéviste ; spécialiste de l’héraldique et de la sigillographie médiévales ainsi que du décor des monuments et objets d’art du XIIIe au XVIe siècle ; président de la Société de l’Histoire et du Patrimoine de l’Ordre de Malte, il est à ce titre très versé sur ces sujets. Diplomate ; ministre plénipotentiaire, ancien ambassadeur de France à Chypre. il a été nommé le 22 novembre 1996 correspondant français à la place de Maurice Euzennat.
    • Jean-Bernard de Vaivre, « Les tombeaux des grands maîtres des Hospitaliers de Saint-Jean de Jérusalem à Rhodes », Monuments et Mémoires de la Fondation Eugène Piot, Tome 76, 1998.
    • Jean-Bernard de Vaivre,« La forteresse de Kolossi en Chypre », Monuments et Mémoires de la Fondation Eugène Piot, Tome 79, 2000.
    • Jean-Bernard de Vaivre, « Un bibliophile bourguignon au début du XVe siècle : Louis de Chantemerle, seigneur de la Clayette, et ses manuscrits », Journal des Savants, Juillet-Décembre 2005.
    • Jean-Bernard de Vaivre, « Peintures murales à Rhodes : les quatre chevaliers de Philérimos », CRAI, juin 2004.
    • L’essentiel des publications du catalogue de l’Académie sont actuellement disponibles auprès de DE BOCCARD - DIFFUSION : 11, rue de Médicis - 75006 Paris Tel : 01 43 26 00 37 / Fax : 01 43 54 85 83. Vous pouvez également commander et opérer le règlement d’une publication de l’Académie directement sur le site des éditions DE BOCCARD.
  • Philippe Plagnieux
    • Professseur à l’université de Besançon, spécialisé dans l’histoire de l’art au Moyen-Âge, auteur de La Basilique Saint-Denis, 1998 ; La cathédrale d’Amiens, Edition du Patrimoine, 2003 ; de Materiam Superbat Opus : Hommage à Alain Erlande-Brandebourg, 2006 ; Initiation à l’art roman, architecture et sculpture, Edition Zodiaque, 2002.






© Canal Académie - Tous droits rééservés

Notez cette émission :

Commentaires