Francis Aupiais, défenseur des cultures africaines

Pour une reconnaissance africaine
Suivez les traces du père Francis Aupiais, à la fois missionnaire français en Afrique et promoteur de l’Afrique en France, au temps des colonies. Un homme qui s’est battu toute sa vie pour faire reconnaître la richesse des cultures africaines.


T�l�charger le fichier sur votre ordinateur
Références Émission afficher
Émission proposée par : Philippe Laburthe-Tolra
Référence : PAR556
Adresse directe du fichier MP3 : https://www.canalacademie.com/emissions/par556.mp3
Adresse de cet article : https://www.canalacademie.com/ida1595-Francis-Aupiais-defenseur-des-cultures-africaines.html
Date de mise en ligne : 18 août 2010


Père Francis Aupiais (1877-1945), missionnaire au Dahomey
Père Francis Aupiais (1877-1945), missionnaire au Dahomey

En formation au grand séminaire des Pères Blancs, Francis Aupiais (1877 -1945) fait sa dernière année de théologie aux Missions Africaines et est ordonné prêtre le 29 juin 1902. Dès l’année suivante, il part en Afrique, au Dahomey tout d’abord, puis au Sénégal.
Toute sa vie, il se battra pour faire reconnaître la richesse des cultures africaines, leurs qualités humaines et leur morale. Il fonde d’ailleurs une revue avec ses anciens élèves en 1925, intitulée La Reconnaissance Africaine.

Le premier numéro présente l’ambition du père Aupiais : « arriver à dissiper l’équivoque par laquelle on fait une supériorité absolue de la différence qui existe entre l’état dit “civilisé” et l’état dit “primitif” au service du premier ». Un autre souci est de « faire connaître les religions fétichistes, les coutumes du pays et de tout ce qui se rapporte à l’histoire locale [...] de prouver que les indigènes possédaient un fond de sentiment et d’idéal élevé ».
Second objectif : donner la parole aux jeunes Dahoméens qui assimilent la culture du colonisateur et risquent d’être déculturés.

De retour en France en 1926, il organise une exposition d’Art Nègre. Tout en recueillant des fonds pour la grande église qu’il vient de commencer à Porto-Novo, il veut surtout montrer que les noirs sont tout aussi civilisés que les blancs, qu’ils ont un art différent mais bien réel. Parallèlement, pour mieux maîtriser ses connaissances acquises sur le terrain, de 1926 à 1928 il fréquente à Paris l’Institut d’Ethnologie qui vient d’ouvrir ses portes. Il est aussi chargé de cours à l’Institut Catholique de Paris et intervient notamment aux Semaines Missiologiques de Louvain, en Belgique.

En 1929 aidé par le mécène Albert Kahn et en compagnie du photographe et cinéaste Frédéric Gadmer, le Père Aupiais conduit une mission photographique et cinématographique au Dahomey. Il en sortira le premier film ethnologique français sur le culte Vodoun, et aussi un film intitulé Le Dahomey chrétien.

Pour une reconnaissance africaine, édité par le musée Albert Kahn, 1996

En savoir plus sur :
- Francis Aupiais
- La Société des missions africaines






© Canal Académie - Tous droits rééservés

Notez cette émission :

Commentaires