Le Club

Découvrez le club Canal Académie et créez votre compte dès maintenant pour profiter des avantages, des exclusivités, des services...

Découvrir le Club

22 juin 41 : l’un des trois jours où Hitler a perdu la guerre (jour 2)

avec Henri Amouroux, de l’Académie des sciences morales et politiques
Trois émissions proposées par Henri Amouroux (1920-2007) : "les trois jours où Hitler a perdu la guerre", c’est-à-dire les trois décisions qui l’ont mené sur la voie de la défaite. Voici le deuxième jour : le 22 juin 1941, Hitler déclare la guerre à la Russie de Staline.


T�l�charger le fichier sur votre ordinateur
Références émission afficher
Émission proposée par : Hélène Renard
Référence : HIST228
Adresse directe du fichier MP3 : https://www.canalacademie.com/emissions/hist228.mp3
Adresse de cet article :
Date de mise en ligne : 16 février 2007

Le texte ci-dessous résume les propos à l’antenne d’Henri Amouroux sans les reprendre in extenso. L’émission à écouter propose donc une analyse plus détaillée que ce texte

Henri Amouroux (1920-2007), journaliste, historien, membre de l'Académie des sciences morales et politiques.
Henri Amouroux (1920-2007), journaliste, historien, membre de l’Académie des sciences morales et politiques.
© Damien Laffargue / GetThePicture

Un dimanche, avec un mois de retard sur la prévision (à cause du « détour » provoqué par Mussolini, voir l’émission n° 1), le 22 juin 1941, Hitler attaque l’URSS. Coïncidence, c’est le jour anniversaire de l’attaque de la Russie par Napoléon ! Si bien que, dans l’automne et surtout dans l’hiver, on verra en Europe occupée, des "papillons" avec cette simple date "1812".
On le sait, le territoire russe est immense. Au début, les Allemands envahissent davantage de territoires qu’ils n’en avaient envahi en France. Mais, et les Allemands ne s’y attendent pas, les soldats russes résistent.
Or, les Allemands n’ont pas mis davantage d’avions qu’ils n’en avaient mis contre la France (3000 avions) Comme s’il y avait un mépris de l’adversaire… D’où naissait ce mépris ? De l’échec relatif des Russes en Finlande. Il faut savoir aussi que Staline avait liquidé, un an et demi plus tôt, une grande partie des officiers de son armée. Les Allemands se sont donc illusionnés sur les difficultés qu’ils allaient rencontrer.

Aux portes de Moscou

Dans la nuit du 4 au 5 décembre 41, les Allemands qui ont avancé rapidement, se trouvent à 30 km de Moscou. Mais soudain, la température qui était de – 4 degrés tombe à – 35 ! et l’armée allemande n’a pas de costumes pour l’hiver, seulement une tenue d’été ! Elle est donc condamnée au recul, à 200 km de là, dans des conditions difficiles, en décembre et janvier 41. Beaucoup de pertes. De plus, le Japon a fait discrètement savoir qu’il n’attaquerait pas la Russie…

Cette attaque de la Russie par l’Allemagne modifie les positions de Churchill et de Roosevelt. Churchill, anticommuniste, se fait immédiatement allié de Staline ! Roosevelt, qui n’était pas en guerre contre l’Allemagne, fait cependant savoir à Staline qu’il va l’aider.

Tout est donc changé psychologiquement !

Au début, les Russes reçoivent peu d’aides, les convois d’armes sont attaqués, plus de 55 % des bateaux sont détruits mais il arrivera quand même en Russie 20.000 avions américains et 12.000 chars américains, mais surtout du ravitaillement et des munitions.

Le 22 juin 1941 est donc un jour capital. Hitler perd la guerre ce jour-là.

L’Europe entière connaît une transformation du communisme (les communistes jusqu’à présent n’avaient pas pris collectivement position ; certains, en 1940, penchaient pour l’Allemagne). Il n’est qu’à lire L’Humanité clandestine des débuts de l’occupation... et même des premiers mois de 1941 lorsque l’Humanité attaquait également et Pétain et De Gaulle. A cela il y eut naturellement des exceptions (Pierre Daix par exemple) car il ne faut jamais généraliser.

Il y aura 29.000 fusillés en France. Or, entre le 1er juillet 40 et le 1er juin 41, il y en eut 22.
C’est à partir d’août 1941 que commencent les attentats voulus par les communistes et qui vont entraîner les représailles, celles-ci étant de plus en plus nombreuses, touchant communistes, juifs et résistants gaullistes. Ce qui se passe en France se passera (après l’invation de l’URSS dans tous les pays occupés), en Yougoslavie et en Grèce notamment. Il ne faut pas isoler la France du reste du monde. J’ajoute que dans des pays comme la Pologne, la Russie dans sa partie envahie, la Grèce, la Yougoslavie, ont connu une répression plus atroce que la France.

Pour en savoir plus :

- Écoutez les deux autres émissions :

- Henri Amouroux, membre de l’Académie des sciences morales et politiques.






© Canal Académie - Tous droits rééservés

Notez cette émission :

Commentaires