Merveilleux francophiles argentins : Francisco Bullrich (1/2)

Un esthète ami de la France
Dans cette première émission sur Francisco Bullrich, Axel Maugey, auteur d’un essai intitulé "Les élites argentines et la France" évoque sa rencontre avec un des plus fameux architectes de Buenos Aires.


T�l�charger le fichier sur votre ordinateur
Références Émission afficher
Émission proposée par : Axel Maugey
Référence : SAV214
Adresse directe du fichier MP3 : https://www.canalacademie.com/emissions/sav214.mp3
Adresse de cet article : https://www.canalacademie.com/ida1302-Merveilleux-francophiles-argentins-Francisco-Bullrich-1-2.html
Date de mise en ligne : 4 janvier 2007

C’est sa mère qui, ayant suivi des études secondaires en France, l’incite très tôt à s’intéresser à notre pays et à la culture française. Francisco Bullrich a eu la chance d’appartenir à ces familles argentines fortunées qui venaient résider des mois, voire des années à Paris, avant la Seconde guerre mondiale, parce que la France, en ce temps-là, était moins chère que l’Argentine devenue véritable eldorado.

M. Bullrich m’apprit, se souvient ici Axel Maugey, que de nombreux peintres argentins avaient vécu à Paris entre 1919 et 1929, travaillant dans les ateliers d’Othon Friesz et d’André Lhotte.

Francisco Bullrich considère que cette francophilie provient d’une fascination pour tout ce qui est artistique et littéraire. Or, la France a toujours excellé dans ces disciplines.

Axel Maugey poursuit : "mon interlocuteur sait de quoi il parle, puisque Victoria Ocampo était la cousine germaine de son père Or, l’on sait le rôle prédominant que cette femme a joué non seulement dans les relations entre la France et l’Argentine mais dans les relations entre l’Argentine et plusieurs autres pays".

Francisco Bullrich se souvenait parfaitement avoir vu Victoria, la première fois, lorsqu’il était enfant. Elle portait avec munificence ses quarante huit ans : "c’était une femme impressionnante de beauté", précise-t-il.

C’est grâce à la générosité de cette personnalité, fort riche à l’époque, que le Congrès mondial du Pen Club put avoir lieu en 1937, à Buenos Aires. Stefan Zweig, Thomas Mann et Drieu La Rochelle y participèrent. En outre, de 1939 à 1944, elle soutient financièrement Don José Oriega y Gasset exilé à Buenos Aires.

Réalisation de la Banque de Londres à Bueno Aires en 1959, par l’architecte Fransisco Bullrich.
Réalisation de la Banque de Londres à Bueno Aires en 1959, par l’architecte Fransisco Bullrich.

La seconde émission consacrée à Francisco Bullrich est disponible en libre téléchargement dans notre médiathèque : Merveilleux francophiles argentins : Francisco Bullrich (2/2)

L’ouvrage d’Axel Maugey Les élites argentines et la France est paru aux éditions de l’Harmattan en 2004.






© Canal Académie - Tous droits rééservés

Notez cette émission :

Commentaires