Rechercher

Le Club

Découvrez le club Canal Académie et créez votre compte dès maintenant pour profiter des avantages, des exclusivités, des services...

Découvrir le Club

A savoir

25 octobre – 27 novembre

Exposition Une odyssée sibérienne de Claudine Doury, lauréate en 2017 du Prix de Photographie Marc Ladreit de Lacharrière en partenariat avec l’Académie des beaux-arts. Plus d’informations

Kamel Daoud, écrivain de l’émancipation

Kamel Daoud, écrivain de l’émancipation

« Kamel Daoud voit en effet dans l’écrivain un “récrivain”, qui ne cesse de récrire une littérature préexistante qu’il s’approprie, faisant ainsi coïncider universalité d’un fond et singularité d’un auteur. Ce principe mis en œuvre dans Meursault est encore plus visible, comme allégorisé dans Zabor ou les Psaumes, qui raconte l’histoire d’un personnage en marge d’une communauté villageoise, dans un Orient où l’on peut reconnaître l’Algérie, pourvu d’un don digne des Mille et une nuits : celui de prolonger la vie des mourants en écrivant leur histoire en français avec un titre emprunté à des livres existants. Zabor est un être qui, par l’apprentissage clandestin du français et une lecture foisonnante qui l’a ouvert à d’autres univers, notamment à celui de l’érotisme, se libère du poids de l’oppression, de l’explication univoque du monde que porte le Livre sacré. Zabor est aussi un double de l’écrivain algérien qui prône la liberté dans le monde qui est le sien. C’est enfin une fable universelle qui, en Algérie et ailleurs, s’ouvre à la diversité des lecteurs et à la singularité de chacun. »

Extrait de l’allocution prononcée par Hélène Carrère d’Encausse lors de la remise Prix mondial Simone et Cino Del Duca à Kamel Daoud, le 5 juin 2019.