L’Egypte à l’opéra

par Michel Dewachter
Michel Dewachter est égyptologue, chercheur au CNRS, et passionné d’opéra. Il a composé un livre magnifique sur l’Égypte à l’opéra, qui fourmille d’exemples sur une égyptophilie qui traverse les siècles dans la musique vocale.


T�l�charger le fichier sur votre ordinateur
Références Émission afficher
Émission proposée par : Priscille Lafitte
Référence : CARR863
Adresse directe du fichier MP3 : https://www.canalacademie.com/emissions/carr863.mp3
Adresse de cet article : https://www.canalacademie.com/ida1120-L-Egypte-a-l-opera.html
Date de mise en ligne : 16 novembre 2006

Trois siècles de cantates, oratorios, opéras et ballets ont proposé peu à peu une Égypte particulière et inattendue. Imperméable aux progrès de l’archéologie, car les librettistes furent rarement des érudits, cette féérie reste toutefois malléable, retouchée au gré des reprises et traductions, mais puise largement ses traits principaux dans le folklore biblico-oriental et l’univers du conte et du roman. C’est ainsi que Michel Dewachter résume l’influence égyptienne à l’opéra : sur les décors, les costumes, dans la composition des airs... L’influence est parfois fortuite : au gré d’une réutilisation de décors et de costumes, de « recyclage » d’un air déjà composé pour une oeuvre antérieure et abandonnée en cours de route.

L’égyptophilie exerce son influence via les premiers écrits de la Grèce ancienne, les cabinets de curiosité, les textes bibliques, les loges franc-maçonnes, puis s’affine avec l’expédition de Bonaparte. Point d’orgue de cette influence : évidemment, Aïda de Giuseppe Verdi, commandée pour l’inauguration du Canal de Suez, et représentée avec deux ans de retard en 1871 à l’opéra Khédivial du Caire construit pour l’occasion.

La réalité de cette inspiration égyptienne fait parfois débat, et varie selon les mises en scène. Ceci est particulièrement troublant dans les représentations de La Flûte enchantée de Mozart, plus ou moins « égyptisante » selon les interprétations.

Pour terminer, Michel Dewachter évoque le « choc en retour » : la réappropriation de l’opéra par les Égyptiens.

Références de l’ouvrage :

L’Égypte et l’opéra, de Jean-Baptiste Lully à Philip Glass, éditions Le Capucin, Lectoure, 2004. Disponible auprès du musée des beaux-arts de Carcassonne, et du musée des beaux-arts et d’archéologie Joseph Déchelette à Roanne.

Extraits musicaux :
- Jean-Baptiste Lully, Isis
- Wolfgang Amadeus Mozart, die Zauberflöte
- Giuseppe Verdi, Aïda
- Philip Glas, Akhenaten
- Georg Friedrich Händel, Jules Cesar en Egypte






© Canal Académie - Tous droits rééservés

Notez cette émission :

Commentaires