"Sténie", le premier roman de Balzac

Découvrez les premiers pas de Balzac en littérature dans notre rubrique "En colloque"
A ses débuts, Balzac est-il un écrivain tourangeau ou un “exilé de Tours” ? C’est sur cette question que se penche le propos d’André Lorant à propos du roman Sténie ou les erreurs philosophiques (1819). Roman par lettres, récit d’un amour brûlant et de l’échec douloureux de son accomplissement, il est alourdi quelque peu par des réflexions métaphysiques.


T�l�charger le fichier sur votre ordinateur
Références Émission afficher

Référence : COL726
Adresse directe du fichier MP3 : https://www.canalacademie.com/emissions/col726.mp3
Adresse de cet article : https://www.canalacademie.com/ida10028-Stenie-le-premier-roman-de-Balzac.html
Date de mise en ligne : 6 janvier 2013

Sténie appartient aux premiers Essais romanesques (1819-1822) de Balzac, restés inédits de son vivant Le texte (Œuvres diverses, Pléiade, t.I) est caractéristique de “ l’imaginaire tourangeau” du jeune auteur.

L’œuvre débute par le retour de Job des Ryès, qui sous prétexte d’affaires à régler, à Tours, Job del Ryès se rend à Tours, sa ville natale ; en réalité, il voudrait retrouver ses souvenirs d’enfance sur place. Il y retrouve Sténie (Stéphanie), sa sœur de lait, sur le point de se marier, qui deviendra pourtant l’objet de toutes ses pensées. Dans une lettre adressée à son ami parisien, matérialiste et obsédé par l’idée du Néant, – l’écrivain se dédouble à travers ses personnages -, Job, “champion des songes”, idéaliste inguérissable, décrit d’une manière à la fois précise et enthousiaste les environs de son lieu de naissance, mais tarde à entrer au centre de la cité. Il est à l’image de son créateur, éloigné dès sa naissance du foyer familial, frustré d’amour maternel.

Trois ans après, Mme de Berny, la maîtresse maternelle, pouvait l’aider à apaiser ce traumatisme et à reconquérir la Touraine de manière imaginaire. Le roman, destiné à la publication, resté inachevé et inédit, a des qualités littéraires incontestables : il est rythmé par des “scènes reparaissantes” ; le même événement est éclairé, grâce à la technique épistolaire, par divers points de vue ; le style traduit l’exaspération des passions. A travers la montée du désir qui agite le jeune couple, Balzac se révèle un physiologiste hardi de la maladie d’amour.

Le roman, édité et commenté par René Guise, se trouve au tome I des Œuvres diverses de Balzac, dans la collection de la Pléiade.

André Lorant, spécialiste des romans de jeunesse de Balzac
André Lorant, spécialiste des romans de jeunesse de Balzac

- Retrouvez d’autres émissions sur Honoré de Balzac, sur le site de Canal Académie :

- Quelques lettres de Balzac à Madame Hanska

- Du nouveau sur Balzac : L’anonyme ou ni père ni mère

- L’impécunieux Balzac et ses expériences gastronomiques






© Canal Académie - Tous droits rééservés

Notez cette émission :

Commentaires