Le Club

Découvrez le club Canal Académie et créez votre compte dès maintenant pour profiter des avantages, des exclusivités, des services...

Découvrir le Club

Jérôme Bonaparte, roi de Westphalie

Par Jacques-Olivier Boudon, professeur d’Histoire de la Révolution et du Premier Empire à l’université de Paris-Sorbonne
Depuis le 10 octobre et jusqu’au 8 janvier 2009, le château de Fontainebleau présente une exposition dédiée à Jérôme Napoléon, roi de Westphalie. Jusqu’à présent, ce dernier frère de Napoléon Ier était avant tout connu pour ses frasques, son goût immodéré pour l’argent et les femmes. Il s’agit d’une vision limitée. Dans sa biographie du roi Jérôme, Jacques-Olivier Boudon révèle une personnalité complexe, placée au cœur du dispositif napoléonien.


T�l�charger le fichier sur votre ordinateur
Références émission afficher
Émission proposée par : Laëtitia de Witt
Référence : hist522
Adresse directe du fichier MP3 : https://www.canalacademie.com/emissions/hist522.mp3
Adresse de cet article : https://www.canalacademie.com/ida3753-Jerome-Bonaparte-roi-de-Westphalie.html
Date de mise en ligne : 7 décembre 2008

Des années mouvementées

Né le 15 novembre 1784 à Ajaccio, le plus jeune frère de Napoléon a à peine plus de trois mois lorsque son père meurt. Son enfance se déroule donc dans un entourage féminin, formé de sa mère, ses sœurs et sa grand-mère maternelle. Il a neuf ans lorsque la famille Bonaparte est obligée de quitter la Corse pour s’installer à Toulon. La France est en pleine Révolution. L’agitation du pays conjuguée à la précarité de la famille Bonaparte ont des conséquences directes sur l’éducation de Jérôme. Aussi Napoléon décide-t-il de reprendre en main son frère. Il l’envoie d’abord au collège irlandais de M. Mac Dermott, puis chez les oratoriens du collège de Juilly, avant d’orienter sa carrière militaire vers la Marine.
Sa première grande expédition le conduit aux Antilles. Sur la route du retour, en 1803, il abandonne son navire pour faire un détour par les États-Unis. Là-bas, il rencontre Elizabeth Patterson, fille d’un riche négociant de Baltimore, et l’épouse le 24 décembre sans demander l’autorisation à sa mère Létizia (en effet, le nouveau Code civil exige l’autorisation des parents pour toute union de mineurs de moins de vingt ans) et surtout à son frère Napoléon. Celui-ci désapprouve aussitôt cette union qui n’entre pas dans ses desseins politiques.
En 1804, Jérôme décide pourtant de rentrer en France en compagnie de son épouse enceinte. Interdite de débarquer, elle erre d’abord à Lisbonne puis à Amsterdam, pour finalement accoucher en Angleterre d’un fils.
De son côté, Jérôme avait préféré se réconcilier, le 6 mai 1805, avec son frère, devenu empereur des Français. Cette réconciliation est récompensée le 16 août 1807 : Napoléon lui confie le royaume de Westphalie. Cette couronne s’accompagne d’une nouvelle union pour Jérôme.

Jérôme, roi de Westphalie

Dans le cadre de sa politique d’alliances, Napoléon Ier fait annuler le mariage de Jérôme avec Elizabeth Patterson pour le marier, le 22 août 1807, à la princesse Catherine de Wurtemberg, fille de l’électeur et duc Frédéric de Wurtemberg, devenu roi de ce territoire en décembre 1805 par « décision » de Napoléon. Frédéric de Wurtemberg est aussi le cousin du roi de Prusse et l’oncle du tsar. Jérôme et Catherine font leur entrée à Cassel, capitale de leur royaume, le 8 décembre. Jérôme n’a alors que vingt trois ans.
Construit de toutes pièces par Napoléon Ier, le royaume de Westphalie doit représenter un État modèle calqué sur l’exemple français. Entouré d’un secrétaire d’État et de quatre ministres, Jérôme est chargé d’appliquer la politique décidée par son frère aîné. Il prend sa mission très à cœur, mais d’une nature insouciante et légère, il s’entoure d’une nombreuse cour et mène une vie de plaisirs extrêmement dispendieuse.
En 1809 débute la campagne d’Autriche : le royaume de Westphalie fait l’objet de plusieurs attaques que Jérôme ne sait pas contrer. La situation de la Westphalie est fragile, d’autant plus que l’état de ses finances est catastrophique. En 1810, Napoléon ampute une partie importante du territoire ; Jérôme en est profondément affecté. Deux ans plus tard, c’est la campagne de Russie et la fin du royaume de Westphalie. Jérôme quitte Cassel en octobre 1813 pour se réfugier en France.

En exil

En 1814, malgré les nombreuses incartades de son époux et les propositions de son père, la reine Catherine reste auprès de Jérôme. Le couple s’installe alors à Trieste. C’est là que naît leur premier fils en août 1814. Apprenant le retour de Napoléon de l’île d’Elbe, Jérôme rejoint Paris puis participe à la bataille de Waterloo, où il se distingue.
Après la seconde capitulation de Napoléon, s’ouvre alors la période d’exil, qui va durer trente-trois ans. Il s’agit d’un des exils les plus longs du XIXe siècle, plus long que celui de Victor Hugo.
Jérôme et son épouse trouvent d’abord refuge auprès du roi de Wurtemberg. En proie à une surveillance insupportable, ils décident de s’installer de manière plus indépendante en Autriche, à partir d’août 1816, sous le nom de comte et comtesse de Montfort. Après plusieurs années d’errance entre l’Autriche et l’Italie, où naissent, à Trieste, leur fille Mathilde, le 27 mai 1820, et leur second fils, le prince Napoléon, le 9 septembre 1822, Jérôme et sa famille s’installent à Rome, auprès de Madame mère. Cette fois-ci, ce sont les agitations du mouvement carbonari, auquel participent le futur Napoléon III et son frère, qui obligent Jérôme à s’installer à Florence.
En 1835, la reine Catherine décède. Toute la période d’exil du roi Jérôme est occupée par les problèmes d’argent. La mort de son épouse aggrave les choses, Jérôme n’a plus droit aux subsides versés jusqu’alors par le Wurtemberg. Il confie donc ses deux aînés à leur oncle, le roi de Wurtemberg, tandis que « Plon-Plon », son dernier fils, est envoyé chez la reine Hortense.

Le retour en France

Le roi Jérôme peut finalement revenir en 1847 à Paris. Entre temps, il avait épousé morganatiquement une riche Italienne, la marquise Bartholini, mais qu’il laisse à Florence. Avec l’élection de son neveu Louis-Napoléon à la présidence de la IIe République, il devient gouverneur des Invalides, puis maréchal de France et président du Sénat. Il meurt le 24 juin 1860 dans sa propriété de Vilgénis, près de Paris. Son inhumation aux Invalides le 3 juillet donne lieu à une imposante cérémonie.

Présentation de l’éditeur

« Quel roman que ma vie ! » Ce mot de Napoléon Ier peut tout aussi bien s’appliquer à son plus jeune frère, Jérôme, devenu, par la volonté de l’Empereur, roi de Westphalie. Entré dans la Marine à 16 ans, il a navigué de l’Égypte au Brésil, de Sainte-Hélène aux États-Unis. Revenu en Europe, il participe à la campagne de Prusse en 1806-1807, avant d’épouser Catherine de Wurtemberg et de prendre possession du royaume de Westphalie. Pièce essentielle du système européen élaboré par Napoléon, ce royaume doit aussi être un État modèle dans l’Allemagne française. Souverain prodigue et charmeur, il multiplie les conquêtes féminines et mène avec sa cour une vie de plaisirs, qui lui vaudra le surnom de « König lustig ». Mais il est aussi un roi réformateur, qui introduit les principes de 1789 dans son royaume. Associé aux grandes étapes de l’histoire de l’Empire, il sombre avec lui, avant de revenir en France aux Cent-Jours et de s’illustrer à Waterloo. Commence ensuite pour Jérôme et sa famille un long exil, qui ne s’achève qu’à la veille de la révolution de 1848. Il est à Paris aux premières loges pour mesurer la popularité du nom qu’il porte, et soutenir la prise de pouvoir de son neveu, Louis-Napoléon Bonaparte, avec l’espoir de jouer un rôle dans le nouvel empire. Tour à tour gouverneur des Invalides, président du Sénat, membre du Conseil de régence, il est alors l’incarnation vivante, accentuée par sa ressemblance avec Napoléon, du lien unissant le Premier au Second Empire. Acteur de l’épopée impériale, il a surtout été le témoin d’un siècle, marqué par la figure tutélaire de Napoléon Ier.

Jacques-Olivier Boudon
Jacques-Olivier Boudon

L’auteur

Jacques-Olivier Boudon, ancien élève de l’École normale supérieure, est professeur d’Histoire de la Révolution et de l’Empire à l’université de Paris-Sorbonne et président de l’Institut Napoléon. Il est l’auteur d’une quinzaine d’ouvrages, parmi lesquels Napoléon et les cultes (Fayard, 2002), La France et l’Europe de Napoléon (2006).

En savoir plus :

- L’exposition "Jérôme Napoléon, Roi de Westphalie" se tient au château de Fontainebleau jusqu’au 8 janvier.
- De nombreux articles de Jacques-Olivier Boudon sont disponibles sur le site de la Fondation Napoléon.

Les dates principales de Jérôme Bonaparte sont sur Kronobase






© Canal Académie - Tous droits rééservés

Notez cette émission :

Commentaires